Lire l'Article

GONZAÏ SHOW #1
Les Olivensteins, Marvin, le Pape du Cool et des solutions suicide

Les Olivensteins, Marvin, The Dictaphone… sur le papier c’était largement suffisant, et ces concerts entre entre Clermont et La Maroquinerie ont déjà suffi à beaucoup. Mais voilà, bien nous a pris de produire un “Gonzaï Show”. Résultat quinze minutes en format magazine, histoire de vivre par procuration ce qui s’est passé ce week-end de janvier, avec en rabe une homélie papale, de la réclame, et le mode d’emploi de l’incruste chez les clermontois.
Lire l'Article
Lire l'Article

LA COLONIE DE VACANCES
La revanche du boucan à la française

Peut-être que dans dix ans, la tentation sera forte, un whisky douze ans d’âge à la main et les pieds au chaud devant la cheminée, de lancer à ses convives d’un week-end que, oui, « j’y étais ». En attendant, se réjouir d’avoir vécu La Colonie de vacances suffit. Le principe ? Quatre groupes, un public au milieu et partout, des cheveux qui se dressent et se dressent encore. Ils étaient Papier Tigre, Marvin, Pneu, Electric Electric, nous étions la foule. Bouleversée, galvanisée ; joyeuse d’avoir été rendue sourde.
Lire l'Article
Lire l'Article

MARVIN
« Barry », aussi frénétique que possible

Dans ma terre natale qu’est Montpellier, il m’arrive de renier complètement la scène locale. Premièrement parce que j’ai toujours eu ce préjugé complètement con sur la musique de chez moi qui se limiterait à du « punk-rock hardcore » ou du « métal industriel ambiant ». Et deuxièmement parce que je ne mise aucun espoir sur une ville où les noms de groupes sont aussi horrifiants que les Palavas Surfers ou Salut Les Anges.
Lire l'Article