Lire l'Article

ZIG ZAGS
Les éternels adulescents

On vous a souvent conté les histoires de la clique Segall, Dwyer, Tim Presley et autres groupes « from California » qui ont suscité une secousse interplanétaire au sein de la scène garage. Mais on a rarement fait du bruit autour de Zig Zags, même délire que ces affreux énergumènes aux piles Duracell décidément increvables.
Lire l'Article
Lire l'Article

ARCTIC MONKEYS
Le Bon, La Brute et ses Truands

Si je devais résumer l’année 2013 en seul groupe, c’est sans aucun doute que je choisirais les Arctic Monkeys. En sept ans, les petits gars de Sheffield ont bien évolué et n’ont cessé de me mener en bourrique telle une balle de flipper. Comme si toute leur discographie n’était qu’une constante évolution : de la vie d’adolescent («Whatever People Say I Am, That’s What I’m Not») à leur vie d’adulte (« AM »), plusieurs virages parfois difficiles à cerner avec depuis quelques temps la main précieuse de « la sainte parole », alias Josh Homme.
Lire l'Article
Lire l'Article

MARVIN
« Barry », aussi frénétique que possible

Dans ma terre natale qu’est Montpellier, il m’arrive de renier complètement la scène locale. Premièrement parce que j’ai toujours eu ce préjugé complètement con sur la musique de chez moi qui se limiterait à du « punk-rock hardcore » ou du « métal industriel ambiant ». Et deuxièmement parce que je ne mise aucun espoir sur une ville où les noms de groupes sont aussi horrifiants que les Palavas Surfers ou Salut Les Anges.
Lire l'Article

LIVE MUSIC IS DEAD
Revolution won’t be on (mini) screen

Quand Morrissey fout les pieds au Belle Vue pour voir T-Rex en juillet 1972, le leader des Smiths semble effaré par le concert : « Ça frisait le ridicule. Bolan était le messie, bien sûr, mais les cris des fans couvraient la musique. » C’était il y a quarante ans, l’époque où les smartphones n’étaient pas encore branchés et où le concert se vivait dans son intégralité.

Lire l'Article
La playmate du mois

THE XX
Trois corbeaux et un fardeau

La rentrée est synonyme de nouveauté en tous genres (littérature, cinéma, etc.), mais aussi parfois synonyme de sorties d’albums en-voulez-vous-en-voilà. Il y a les bons et les mauvais, les moyens et les passables. Il y a ceux qui vous promettent monts & merveilles et qui à l’arrivée se vautrent littéralement, les quatre fers bien en l’air. En l’occurrence the XX et leur deuxième album, « Coexist ».
Lire l'Article