Une minute avant que l’attachée de presse ne m’annonce que c'est à nous d'interviewer Marianne Faithfull, je me rends compte que je n’ai toujours pas résolu ce problème : comment fai

Une minute avant que l’attachée de presse ne m’annonce que c’est à nous d’interviewer Marianne Faithfull, je me rends compte que je n’ai toujours pas résolu ce problème : comment faire tenir en vingt minutes toutes les questions que je rêve de lui poser depuis vingt ans?

Au signal, je me lève, je suis le corridor menant à la mystérieuse pièce où, depuis le début de l’après-midi, les journalistes disparaissaient en révisant une dernière fois leur phrase d’introduction. L’instant d’après, elle est là, devant moi. Le reste se déroulera comme dans un rêve. Tout y était. Magique, intact. Le regard, la voix, le rire… Vous serez sans doute déçus par cet interview. Parce que ce ne sont pas les questions que vous auriez posées si vous aviez été à ma place. Mais il faudra faire avec. Car j’avais ces deux ou trois trucs à évoquer avec elle : Godard, The Master and Marguarita, les concerts de Françoise Hardy au Savoy… Mais je m’arrête, vous connaissez tout cela aussi bien que moi!

Dans les bacs (ou ce qu’il en reste):
Marianne Faithfull //
Easy come easy go // Naïve

Interview réalisée en novembre 2008 par Gonzaï
Réalisation: Julien Perrin
Caméras: Laurence Wasser et Julien Perrin
Illustration: Terreur Graphique

http://www.myspace.com/mariannefaithfullofficial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.