Une compilation parue l’an dernier chez Ace Records rend hommage au travail du britannique Robert Kirby, un compositeur décédé voilà 10 ans et à jamais associé à Nick Drake, pour avoir réalisé presque tous les arrangements de ses deux premiers albums. 

Way To Blue où le chemin le plus court pour atteindre le spleen. Dans la fameuse track 4 de son “Five Leaves Left”, Nick Drake se sépare de sa guitare, laissant la première place aux cordes. Des cordes dramatiques qui viennent découper en larges nappes le fond de la chanson, faisant peser sur elle une menace grise.

L’arrangement de ce titre phare du premier album du chanteur anglais est dû à un certain Robert Kirby. Un musicien alors âgé de 21 ans que le jeune folkeux dépressif a rencontré à l’université de Cambridge. Il signera la quasi-totalité de ses orchestrations , avant que Drake termine sa carrière et sa courte existence dans le dénuement neurasthénique de “Pink Moon” (1972).

Pour en finir avec Nick Drake

Une compilation parue cette année chez Ace Records propose de dépasser l’étape « Drake », pour se concentrer sur le reste de l’œuvre de Kirby, moins connue. Le disque rappelle ainsi qu’il fut un arrangeur majeur du début des années 1970, se situant à contre-courant des fastidieux efforts de sophistication des groupes « mainstream » de l’époque. Et ce malgré quelques inévitables fautes de goût que l’on imputera à l’impossibilité de refuser certaines commandes (il faut bien manger ma petite dame).

Résultat de recherche d'images pour ""Robert Kirby" nick drake"Ce barbu rondouillard aux yeux rieurs, officia surtout pour des artistes de la prolifique scène folk britannique de l’époque, dont certaines, comme Vashti Bunyan ou Shelag McDonald, faute de succès, n’ont pu produire que peu d’enregistrements. Des âmes fragiles laissées sur le bas-côté de l’histoire de la pop, et dont Kirby aura pourtant su souligner la beauté simple avec des parties orchestrales parfois bucoliques. Mais son style se fait aussi délicat que brumeux. Peuvent parfois s’en rapprocher à l’époque, les emballages orchestraux crépusculaires des américains Scott Walker et Lee Hazlewood, le romantisme british en moins. En témoignent, les chœurs lointains ajoutés par Robert Kirby sur l’entêtant Forest and the shore, de Keith Christmas, représentant du courant « acid folk » et dont le principal fait d’arme fut d’officier à la guitare acoustique sur le Space Oddity de Bowie en 1969.

De fait, Kirby propose une façon alors peu commune de traiter les morceaux : ses arrangements cinématographiques et vaporeux (le magistral I’ve Seen The Movie sur l’oublié Nina And The Dream Tree du guitariste Andy Roberts – 1971) rompent avec la luxuriance décorative de la pop baroque de la fin des sixties tout en évitant soigneusement de verser dans l’emphase du rock dit « symphonique » de la première moitié de la décennie suivante.

Résultat de recherche d'images pour ""Robert Kirby" nick drake"John Cale ne s’y trompe pas

La compile constitue par ailleurs un itinéraire bis pour replonger dans l’œuvre de figures plus familières (Richard et Linda Thompson, Iain Matthews…). John Cale – qui faisait pourtant jusque-là très bien le job tout seul – confiera d’ailleurs à Kirby les parties orchestrales de son anxieux “Helen of Troy” (1975). On se dit néanmoins qu’il aurait eu tort de s’en priver à l’écoute de la tristesse caressante et élégiaque des violons de I Keep A Close Watch.

Manque cependant sur cette galette d’Ace Records quelques pièces majeures du compositeur de Cambridge. Rien qui témoigne du boulot monstre qu’il effectua aux côtés de l’inclassable songwritter David Ackles pour son désormais mythique “American Gothic”, fascinant album de music-hall d’ « auteur » que l’on pourrait comparer aux premiers Randy Newman, en plus alambiqué. Mais l’on regrettera aussi l’absence des sept minutes de The Ferry Man, troublante chanson du troubadour Ralph MacTell, et sœur méconnue de The River Man, seul titre de “Five Leave Left” dont l’arrangement n’est pourtant pas dû à Kirby (la tâche fut confiée au compositeur écossais Harry Robinson). Comme dans le morceau de Nick Drake, il est ici question d’un type entretenant un rapport d’exception avec un cours d’eau. On y trouve surtout ce qui fait la signature de Kirby : ce voile de cordes qui déboule sans prévenir, pour mieux vous plonger méthodiquement la tête dans un lent courant de morosité.

When The Day Is Done – The Orchestrations Of Robert Kirby // Ace Records, 2018

5 commentaires

  1. j’ai pondu dans les 90’s une cassette Audio sur DAVID ACKLES c’est la volume 22
    de 1990 a 2000 j’ai enregistré pour moi et mes amis et girlfiend une serie de compilation de k7 audio (que des artistes de coeur de mr perseverance) la serie s’appelle « la politique des songwriter » un clin d’œil a la politique des auteurs des cahiers du cinéma) j’ai pondu exactement 500 volumes puis je me suis arrêté. j’ai toujours essayé à ma bien modeste échelle d’etre un passeur , il y a peu lors d’un dégât des eaux dans le garage de mes parents je suis retombé sur une partie des k7 , et dans les 1er volume je suis tombé sur des marottes de coeurs qui me parlent encore en 2019 , la vol 3 etais consacré a johan asherton ,le vol 7 a Dave Kusworth ,bref que des losers magnifique ,je vais progressivement mettre en ligne sur mon blog cette série de cassette avec mon adresse perso et je me ferais un plaisir a qui sa intéresse encore de lui faire une copie et de lui envoyé via la poste moyennent 2 francs si 6 sous ,histoire que sa couvre les frais port
    PS: j’ai depuis repris cette série

    LA POLITIQUE DES SONGWRITER les 10 premiers volumes dans l’ordre c’est
    vol 1 McCarthy
    vol 2 The Wolfhounds
    vol 3 JOHAN ASHERTON
    vol 4 Eyeless In Gaza
    vol 5 The Monochrome Set
    vol 6 SUN RA
    vol 7 Dave Kusworth
    vol 8 Nikki Sudden
    vol 9 TVP’S
    vol 10 FELT

    ainsi de suite jusqu’au volume 500 terminé le 26 decembre 2000 le jour de mon ani
    il me reste 300 volume environ
    il y a 10 jrs j’ai decidé de poursuivre la serie et je vous ‘annonce que le volume 501 sera consacré a Leyland Kirby ,le vol 502 aux ethiopiques le 503 a fela kuti le 504 a françois de roubaix etc

Répondre à PERSEVERANCE Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares