Longtemps batteur pour Klaus Schulze et Ash Ra Temple, Harald a sorti au début des années 80 deux disques en drogues de synthèse. A l'occasion de son passage à Paris sur une soirée Gonzaï, on a testé l’intérieur de son cool germanique. Trois minutes pour vous convaincre, alors : cool ou pas cool ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.