La semaine dernière, en voyant partir Maadiar, bottes cirées et sourire niais aux lèvres, vers cette ville merdique d'Angoulême, on s'est dit qu'on était foutu, que le monde de la BD l'avait eu et que ce petit sac à merde allait passer trois jours à sucer des bulles au frais de Gonzaï pour préparer gentiment la sortie de son album. C'était fini, le système l'avait bouffé comme il avait bouffé Jerry Rubin.

C’était sans compter sur une averse, un accident chez l’imprimeur, des collègues qui n’ont pas leur bites dans la poche et un incommensurable besoin de cracher sur les petits copains.

Non, Maadiar n’a pas vu Aurélie Filippetti, Maadiar n’a pas dîner avec Joann Sfar et Maadiar n’a pas ciré les pompes de Willem. Mais il a quand même eu le temps de casser les couilles de Chester Brown, de coincer Terreur Graphique, et nulle doute qu’après la lecture de ces pages, il va encore perdre quelques amis…

angougou_650angougou_0002_650angougou_0003_650angougou_0004_650

8 commentaires

  1. On n’est pas certain qu’Hitler kiffait Tintin, on pense plutôt que Tintin kiffait Hitler.
    En tout cas, Hergé kiffait Degrelle.

    Alors toi aussi tu confirmes l’adage “Festival de la BD = festival de la baise” ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares