MONSIEUR UNTEL
« Opération Johnny »

20 mai 2011. 21h. 18e arrondissement de Paris, chez Untel. « Les lentilles corail, tu aimes ? », me demande mon hôte, le nez dans la cuisine qui est aussi le salon. Tout prince qu’il est, monsieur Untel ne mène pas la vie de château. On papote sur fond de musique classique pendant qu’il jongle au four et au moulin. La raison de ce dîner : Johnny. Johnny Hallyday.
Lire l'Article
Partager

DROKK
Geoff Barrow, Stallone et John Carpenter

Un machin synthétique censé servir de bande originale à un film fondé sur la ville imaginaire d’une BD dans laquelle évolue le super héros Judge Dredd, avec des robots vampires venus du futur. C’est en ces quelques mots, à la fois clairs et précis, que le patron m’a refilé cet album qui s’avère finalement être une assez bonne surprise, même si j’avais plus réagi aux mots « robots vampires venus du futur » qu’au reste.
Lire l'Article
Partager

FETICHISME DU VINYLE (3/3)
Victor Kiswell

Qu’il s’agisse des gothiques portés SM ou des amoureux du disque, le vinyle est une matière qu’on caresse toujours avec envie. Ultime portrait de notre série consacrée à ce format qui refuse de crever : Victor Kiswell. Véritable explorateur en matière de musique, il parcourt les terres les plus arides pour dénicher la perle rare. Cet Indiana Jones du disque gère son commerce depuis son canapé. Et pour cause, sa mystérieuse boutique est installée chez lui, à Cadet. Kiswell, ouvre-toi.
Lire l'Article
Partager

EL GRAN CHUFLE
Waitecas

Le chapeau d’un papier, c’est un peu comme une mineure bulgare égarée au bois de Boulogne passé minuit ; ça dandine du bas de casse, ça racole, mais l’extase n’est jamais garantie sur facture. À peine plus jeunes que Tristane Banon mais nettement plus cosmiques, les chicanos d’El Gran Chufle s’extraient quant à eux du trou noir – rien à voir avec Tristane – pour livrer un OVNI qui sonne comme le duo de Air qui aurait gobé du pris du Peyotl dans un saloon pour Playmobil avec Link Wray dans le rôle du parrain. Voilà pour la notice putassière.
Lire l'Article
Partager

ROCK À LA CASBAH #49
“Ghost Songs” de Delaney Davidson

Il y a des petits moments de fierté dans une carrière aussi modeste que la nôtre. Voilà à peu près huit ans — les experts rectifieront — que Rock à la Casbah est né. Après plusieurs années de solitude, c’est maintenant cinq personnes qui se débattent derrière les micros. Ces mêmes personnes ont aussi décidé de monter leur propre label indépendant, Casbah Records. Aujourd’hui, nous avons l’honneur de sortir l’un de nos artistes fétiches, Delaney Davidson, qui a hanté nos ondes ces deux dernières années.
Lire l'Article
Partager
La playmate du mois

BEAR IN HEAVEN
Backroom love

C’était sur le topic des vrais amis sur le forum de la Techmob. J’avais entrepris de faire un report de ma soirée “Hollande Président”, ça parlait de chips bien sûr. Et puis aussi d’un ami chilien qui ressemble à Carlos, en moins sympathique. Evidemment il était tard, et donc forcément sur le board il n’y avait que Morula qui tenait absolument à me poser une question : “Naked, si je me mets des mollards de ritaline dans le cul et que je suis enrhumée, est-ce que je risque de me refiler des staphylocoques à l’anus ?” C’est drôle, je me posais exactement la même question à propos du dernier album de Bear in Heaven.
Lire l'Article
Partager

FÉTICHISME DU VINYLE
L’Exodisc de Larry Debay

Qu’il s’agisse des gothiques portés SM ou des amoureux du disque, le vinyle est une matière qu’on caresse toujours avec envie. Après Alexandre, patron du label Croque Macadam, voici une mémoire vive de la musique : Larry Debay. Défenseur de la contre-culture, il a de la bouteille millésimée, et tient aujourd’hui un magasin : Exodisc, disquaire du 18e arrondissement de Paris.
Lire l'Article
Partager

ALINE
Les danseurs se cachent pour draguer

C’était déjà l’été moite dans mon slibard, et je ne serais jamais allé à cette soirée si on ne m’avait pas mille fois confirmé qu’il y aurait des meufs et de l’alcool trop sucré. Il y avait aussi de la musique, une piste de danse, l’horoscope promettait trois soleils… à tel point que j’avais fini par oublier que le Seigneur, dans sa miséricordieuse négligence, m’avait laissé en chantier en m’abandonnant sur des jambes molles et sans souplesse. L’écoute du premier EP d’Aline n’y a rien changé : je ne sais toujours pas danser.
Lire l'Article
Partager

RADIO GONZAÏ # 31
Rock & politique

Changement de locataire à l’Élysée oblige, voici donc une nouvelle émission radio Gonzaï consacrée à la politique en chansons. Tous voulaient être libre, tous s’exaltaient le bas ventre dans la pensée du « grand élan national » (quoi que cela puisse être). Tous se sentaient frustrés, les chaînes aux pieds, bouillonnant de rage devant l’incompréhension. Il fallait bien que, d’une manière ou d’une autre, ça sorte.
Lire l'Article
Partager