Lire l'Article

LE PRINCE HARRY [INTERVIEW]
God save the dragqueen

Le jour est levé depuis déjà longtemps. Le retour a la réalité frappe au sommet du crane. Des flashs en stroboscope éblouissent et abîment mes pensées. Confusion. Aucun réveil ne sera possible, “Le Prince Harry” s’est installé dans ma tête avec son troisième album “It’s getting worse”, coproduit par le label parisien Teenage Menopause et le label belge Rockerill records. Cet opus pourrait être la bande originale de ma migraine.
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

THE LIMINANAS [INTERVIEW]
“Votre côté yéyé m’emmerde”

On se souvient vaguement de la déferlante des bébés rockeurs montée de toutes pièces par quelques anciens influents qui n’en pouvaient plus de voir les jeunes s’identifier à Britney ou Justin. Pour la plupart, des Parisiens juste pubères, souvent fils de bonnes familles, une mèche travaillée au babyliss, « L’écume des jours » fraichement achetée dans la poche arrière d’un jean slim diesel et un je-m’en-foutisme sous contrôle. Que reste-t-il du fameux « J’écoute les Cramps » des BB Brunes, unique déplorable rescapé de cette génération à combustion spontanée ? Quand une génération fait pschitt, que reste-t-il ?
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

WILDMEN
Des sauvages dans un monde de brutes

Enième victime d’une situation ubuesque, je me trouve dans le Pôle Emploi de Valence à attendre un hypothétique rendez-vous qui je le sais, ne portera pas ses fruits. Une odeur d’agrume est diffusée dans le hall d’attente. Cette fragrance est sensée calmer les nerfs à vif de la lie de l’humanité selon Copé, cette légion d’assistés, de feignants et de vampires assoiffés par les revenus de ceux qui travaillent. Cette odeur acidulée m’agresse les sens et me file la nausée. C’est aux cotés d’un homme sans âge en parka bleu flic et vêtu d’un jogging noir que j’attends mon tour. J’ai de la chance, j’ai réussi à attraper une chaise, il n’y en a que trois. Les autres restent debout et tournent tels des squales affamés.
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

GUN CLUB REVISITED
« 24 salvo of gunshot » ou la théorie de la panenka artistique

Le panache, c’est préférer la beauté du geste à la victoire. Comme une panenka en finale de coupe du monde de football, sortir un double vinyle hommage au Gun Club de Jeffrey Lee Pierce est pour un label un suicide commercial. Acte fondateur d’une défaite annoncée, l’important n’est jamais l’atterrissage mais les figures de style avant le crash. Les spécialistes lèvent leur petit carton, applaudissent et disent adieu de la main à l’amoureux éconduit par les dures lois du marché.
Lire l'Article
Partager
La playmate du mois
Lire l'Article

LES MOTIFS DE L’ANONYMAT
Les repêchages de 2012

Le chroniqueur musical est une vache comme les autres. La vitesse le bouscule. L’image d’Epinal du bovin épanoui ruminant son herbe fraiche en regardant passer les trains Corail de province est aussi éculée que celle du chroniqueur infusant un album sur sa platine vinyle armé d’une plume, d’une feuille blanche et d’inspiration. Le TGV qui sillonne la France en croix à plus de 300 km/h a ulcéré les charolaises et les Limousines au même titre que le haut débit a noyé les rocks critics.
Lire l'Article
Partager

THE SUBSONICS
In the Black Spot

Les périodes de fêtes et les anniversaires sont toujours doccasion d’injecter un peu de botox dans les chairs putréfiées de vieilles gloires d’antan, histoire de faire gonfler le chiffre d’affaires de majors déjà bouffies et obèses. On réédite donc le coffret officiel de luxe du Velvet Underground pour fêter leurs 40e anniversaires avec la banane de Warhol pour étendard. L’histoire d’une œuvre d’art devenue un simple logo, sorte d’accomplissement pour le publicitaire artiste.
Lire l'Article
Partager