Connect
To Top

TOMAGA
Le clip de ‘Futura Grotesk’ en exclu

Si au royaume des aveugles les borgnes sont rois, au pays du bizarre le groupe londonien Tomaga servira certainement à tapisser les chambres capitonnées. Fraichement signé chez Hands in the Dark pour un premier LP à paraître en novembre, le duo temporairement échappé de The Oscillation nous offrent un premier clip pour épileptiques récidivistes.

Ca pourrait n’être qu’une blague pour graphistes arborant fièrement un T-Shirt HELVETICA dans les open space d’une agence de com’ où tout serait écrit en COMIC SANS MS. Le nom du premier album de Tomaga, « Futura Grotesk », est non seulement la contraction de deux polices bien connues des typographes de bon goût – la Futura créée en 1924 et l’Akzidenz-Grotesk vieille de 115 ans – pour leur côté indémodable, mais il est aussi une subtile porte d’entrée pour un disque illisible, parce que franchement barré et certainement pas prévu pour rentrer en rotation sur Ouï FM avant 2053.

Mené de mains de sorciers par Tom Releen et Valentina Magaletti de The Oscillation, Tomaga est une sorte de récréation qui repousse les limites de l’amusement. Sur « Futura Grotesk », c’est autant la pop d’après demain qu’on entend – façon Kubrick quand vous mangerez des pilules dans l’espace en écoutant une compilation des meilleurs BLIRP BLIRP de tous les temps – qu’un écho à la musique expérimentale des années 50 et 60, faite de collages qui oscillent (sic) entre l’abstract hip hop et le psyché gazeux, la musique futuriste du début du 20ième siècle chère à Luigi Russolo et une certaine conception de la mélodie tordue, cachée comme un otage au Pakistan sous sa couverture de survie. Mis en image par Ross Adams, le titre éponyme à découvrir ci-dessous vous donnera un aperçu de l’étrange monde dans lequel baigne le duo.

Pour paraphraser le nom du premier EP de Calin, c’est surement pas de la harpe et encore moins un jouet à mettre entre toutes les main. Un objet non identifié qui devrait certainement ravir les amoureux du « Fourth World, Vol. 1: Possible Musics » de Brian Eno et Jon Hassell – lui même prévu pour une réédition le 24 novembre chez Glitterbeat. Avec toutes ces références obscures, vous aurez bien compris que Nicki Minaj n’a pas droit de cité dans cet article ; on lui laisse le présent grotesque et on opte pour ce futur surréaliste

Tomaga // Futura Grotesk // Hands in the Dark (Sortie le 12 novembre en vinyle )
https://tomaga.bandcamp.com/album/futura-grotesk

Front-Cover--TOMAGA-'Futura-Grotesk'

3 Comments

  1. Pingback: Hands In The Dark

  2. Rubin Steiner

    13 novembre 2014 at 9 h 52 min

    (y)

Laisser un commentaire

A lire aussi