Les 20 ans du premier album de Baxter Dury raconté par Baxter Dury

En 2002, l’Anglais suivait les traces de son papa avec « Len Parrot’s Memorial Lift », un premier album réalisé à l’arrache avec une troupe de musiciens aguerris. Le résultat, quelque part entre les Beatles et Sparklehorse, n’a pas vraiment lancé la carrière de Baxter. Mais ça, on s’en fout. Allô mister Dury, how are you ? Tu te souviens bien de ton premier disque ? Quoi, pas vraiment ? Bon, on fait l’interview quand même ? C’est parti.
Lire l'Article

BAXTER DURY
(Sea) Sex & Drugs & Rock’n’roll (and Sun)

Il a l’accent cockney, des yeux de cocker et un nouveau disque sous le bras ballant, trois marques de fabrique du flegme anglais qui caractérisent bien sa démarche. Cinq ans après avoir secoué les plaques tectoniques avec un Floor Show secoué au fond du trou, Baxter Dury revient pour recoller les morceaux. Les grumeaux plutôt, car Happy Soup est un potage fait d’eau trouble et de gros boulets qui remontent à la surface. Du père génétique (Ian Dury) au mentor spirituel (Serge Gainsbourg), le “fils de” remonte les courants à la recherche d’une reconnaissance. Après plusieurs ratés, j’ai fini par enfin le croiser.
Lire l'Article
La playmate du mois