L’émission la plus cool du monde revient dans votre poste de télévision. C’est Strip-tease, et c’est tous les lundis à 23 h 05 sur la troisième chaîne. Comme à la grande époque.

Flashback. C’était il y a un petit moment. Pas si longtemps non plus. Des amis me parlent de Strip-tease. J’avais déjà vu le fameux épisode consacré à « Jacky Tuning », mais je ne connaissais pas l’émission. Ensuite, je me suis tapé pas mal d’épisodes dans ces moments où, entre potes, le désœuvrement le plus total te pousse à mater des vidéos sur YouTube. Quand je pense qu’un ami me disait regarder ça avec ses frères et sœurs, le dimanche après-midi, dans le salon familial. Ah, l’âge fantasmé de quand il y avait des choses bien à la télé.

Encore avant. Marco Lamensch et Jean Libon ont crée l’émission en 1985 pour RTBF. Diffusée également sur France 3 à partir de 1992, l’émission est un véritable ovni télévisuel. Documentaire, le programme ne s’intéresse qu’à l’insolite, avec une particularité qui deviendra signature : l’absence totale de commentaire. Quelques phrases lancées en guise de générique au début de l’émission, puis plus un mot. De temps à autre, quelques phrases échangées directement avec le protagoniste filmé. La réalité. Dans tout ce qu’elle a de plus absurde, souvent. C’est arrivé près de chez vous, l’excellent film de fin d’études de Poelvoorde et ses copains, en est une version cyniquo-burlesque.

Un peu moins avant. Lundi, 2 juillet 2012. Tu devrais t’en souvenir, c’était la semaine dernière. Le fameux générique, enfin vu à la télé. En fait, c’est pas vrai, j’ai pas la télé. Mais j’imagine que ça devait être quelque chose. Au programme, Damien, agriculteur, cherche femme, alors on lui propose Roxana, roumaine cherchant mari. Pendant qu’au même moment, sur M6, les agriculteurs trouvent tous l’amour dans le pré, Roxana s’en va. Polémique. Cruauté, voyeurisme. Alors, Strip-tease, ancêtre de l’infâme télé-réalité, maman de Loft Story et consorts ? Pas vraiment. D’abord parce qu’il faudrait faire remonter la télé-réalité à plus avant. Du moins, au sens où la vie quotidienne des vraies gens commence à s’inventer comme source de divertissement, on pourrait parler de la création du Petit journal, canard relatant uniquement des faits divers… Non, je déconne. Mais des émissions diffusaient déjà la vie des vraies gens dès les années 70. Ensuite, Strip-tease est réalisé sans aucun commentaire. La vérité toute nue. Si le voyeurisme de la chose n’en est pas moins présent, reste qu’on n’explique pas quoi penser, quoi voir. Alors que la Voix, Denis Brognart ou Benjamin Castaldi nous expliquent que Tatiana et Mickael sont en train de manigancer un plan contre David, Strip-tease nous laisse voir tout ça avec nos yeux et notre petite conscience. Et ne demande pas de taper 1 si Roxana est une pute, ou 2 si xx est consanguin. Parce qu’ici, c’est la vraie réalité à la télé.

Au final, on ne sait plus très bien qui est foutu à poil ; les pauvres gens qu’on nous montre — tous plus cons les uns que les autres, ces gros beaufs — ou nous, les téléspectateurs. Car l’émission nous révèle ce que nous sommes au fond. Pour preuve, les réactions massives à l’épisode de lundi. Entre l’indigné, le rebelle et le moqueur, je vous épargne l’inventaire des tweets les plus croustillants. Au final, cela éveille nos instincts les plus bas. Et, voyeurisme ou documentaire, dégueulasse ou non, reste que nous avons tous eu cette espèce de fascination qui nous a fait regarder jusqu’à la fin, malgré le malaise. Parce que la vie des autres, c’est hyper intéressant. Et, en plus, c’est souvent moins bien que la nôtre.

Bon, parce que c’est drôle quand même, et parce que Strip-tease c’est comme tout, c’était mieux avant, on vous offre une petite sélection du meilleur de l’émission.

1. Jacky Tuning. Sûrement le plus classique de tous. Pour vous parler un peu de ma thug life, j’avais ce genre de type là où j’habitais, enfant. Le genre de type dont la voiture crame tellement il y a de néons sous le plancher, et qui prétend que ce sont des jaloux qui ont fait le coup.

2. Parce qu’il n’y a pas que les pauvres qui sont consanguins.

3.  Le meilleur de tous.

Dans l’épisode à venir, une incroyable militante anti-aspartame, une belle galerie de connards friqués (qui ne vaut pas la version old school montrée plus haut, mais la scène de la veste à 2000 balles, ou l’histoire de Dom Juan, sont drôles), et le classique triste de la gosse de 16 ans enceinte. Pour la suite, Strip-tease s’exporte, et c’est tant mieux. Il n’y a pas qu’en Belgique ou dans le Nord qu’on trouve des pauvres et des consanguins.

http://strip-tease.france3.fr

2 commentaires

  1. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de voix off qu’on voit la vérité toute nue, que ça n’est pas scénarisé et qu’on ne souffle pas aux protagonistes de faire ceci ou cela pour avoir des images. Quitte à leur mentir. Après s’ils sont crédules, c’est tant pis pour eux.
    Arrêtons de jouer les hypocrites : le but de strip-tease c’est de trouver des gens hors norme et de se payer leur tête.

Répondre à Louis Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.