Après une ou deux semaines de cale sèche et pain dur, l’équipe de choc du Gonzaï Radio Show remet le couvert, sans pincettes. Lâchez les chiens !  Pour preuve : deux heures et quelques de boursoufflures, en totale inadéquation avec l’été, saison où l’homme de la rue est d’habitude plus enclin à la légèreté, à la paresse.

Rien du tout, cette quinzaine sera réservée à ceux qui feront fi de ces obstacles balancés exprès sur les ondes comme on mine un parcours de santé à coups de schrapnels. Ca grince, ça gicle, c’est poussé, ça laisse autant de traces qu’une cuite monstrueuse… On se tient à la rambarde : Contortions, Residents, Beefheart, Nico, Gong, Bauhaus, j’en passe et des meilleurs… Au train où on va, une perversion pourrait être mise en place dans certains lieux adaptés : écouter l’émission dans un camping, en pleine pétanque. Ou au bord d’une piscine bondée, à plein volume, histoire de faire place nette. C’est rigolo, mais c’est salaud.
Bonnes vacances.

Emission écoutable/téléchargeable sur notre compte Soundcloud, et toujours le podcast Itunes en cliquant ici.

RADIO GONZAI #9 : Démesure et surenchère (part 1) by Gonzai

10 commentaires

  1. Bravo les mecs, mon chat vient de se suicider après l’enchainement Beefheart-Zappa. Hormis ce fait divers, c’est dingue comme j’ai du mal avec ce titre de Silver Apples, j’arrive pas à m’empêcher que ce titre est à la fois génial ET inécoutable. Dingue.

  2. Silver Apples, c’est historique, voire scientifique. On est pas non plus obligé de s’envoyer ça dès le matin (sauf dans le cas précis – et c’est là où ça peut fonctionner – où on regarde le jour se lever après une nuit à fort dosage. J’ai essayé, ça marche ; avec Neu! ou Soft Machine aussi).

  3. J’ai beaucoup apprécié votre sélection,étant un fervent amateur de musique qui gratte les oreilles,seul bémol,vous suggérez que Van Der Graaf fait de la musique pas très raffinée,ce qui est absurde et vous ne passez pas un morceau complet alors que Peter Hammil a aussi fait des morceaux courts piano/guitare /voix et qu’il aurait été intéressant de présenter un échantillon de ses délires vocaux et mystiques.
    j’attends avec impatience la deuxième couche!

  4. Bonsoir,

    Brrr.. Déjà qu’on touchait ce disque avec des pincettes…
    Eu l’occasion d’entendre certains titres de Nitrite d’Hammil en solo, verdict – Nadir’s Big Chance mis à part (mais pas tout) : je m’ennuie (je m’ennuie déjà assez comme ça pour ne pas avoir à en rajouter, n’étant pas d’un naturel pervers). C’est un truc pour célibataires ou monomaniaques (les van der agrafes, les ai en Charisma rose originaux offerts gentiment par quelqu’un de scrupuleux, ça en humidifiera certains, moi je m’en fiche ; mais ça ou d’autres choses, ça sert tard la nuit pour foutre les incrusteurs hors de la bicoque).
    Concernant le, heu, mysticisme, je préfère – et de loin – écouter les Sun sessions d’Elvis ou Joe Meek.
    Une chose encore : on bricole ces émissions parce que ça nous amuse – du moins je l’espère – et que s’en payer une bonne tranche en balançant des vannes devient ces jours-ci aussi rare qu’une paye tout court. Un peu de légèreté quoi.
    Celle-là comme les autres.
    Après on empêche personne de fumer la pipe en écoutant religieusement les disques convenant à ce genre d’activité, mais ici, ce n’est pas le propos.
    Boys keep swinging, etc.

  5. @Bester : c’est le même que celui auquel tu devais acheter à manger après la dernière conf de rédac? Toutes mes condoléances. Sinon quelqu’un peut-il m’expliquer en quoi les Dandy Wharols ont été créatif par rapport à My Bloody Valentine? Je ne suis pas un Shoegazing Geek. Merci.

  6. euh matt je ne pense pas que l’on ait parlé de ça d’autant qu’à mon sens ces deux groupes n’ont strictement rien à voir ensemble, les dandies sont très loin du shoegaze quand même

Répondre à stéphane Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.