Plus de 500000 entrées quand on googlise Polanski + Suisse. Depuis 15 jours, la polémique enfle de toute part. Pas un jour sans un « rebondissement ». De son arrestation à Zurich, au

Plus de 500000 entrées quand on googlise Polanski + Suisse. Depuis 15 jours, la polémique enfle de toute part. Pas un jour sans un « rebondissement ». De son arrestation à Zurich, aux révélations d’un accord financier passé avec la victime (dont personne ne peut affirmer le règlement, ce qui rend caduque l’utilisation de cette source), le feuilleton Polanski fait vendre.

Tout le monde se pense autorisé à discuter du cas judiciaire. Pour le « bien » de l’information, on nous abreuve de détails scabreux (dernier en date, il aurait sodomisé la jeune fille de 13 ans, ce qui en soi ne change pas grand-chose sur les coulisses de l’affaire). Les médias, sous couvert de vulgarisation d’un cas complexe sous juridiction américaine (est-il à rappeler que le droit Californien et le Français ne se ressemblent pas) commettent des raccourcis douteux. Les relations sexuelles avec mineur se transforment en viol. On en vient même à évoquer aujourd’hui la pédophilie.

La télé, sniffant l’aubaine d’audience, prépare des émissions sur les détraqués sexuels. Dans « Mots Croisés » ce lundi, Marine Le Pen, toujours prête à se souiller les mains pour gratter quelques voix, en a profité pour balancer des extraits choisis de La Mauvaise Vie de Frédéric Mitterrand, fait l’amalgame entre homosexualité, prostitution, pédophilie et l’on reparle alors de…Polanski, soutenu lors de son arrestation par ce même ministre (je cherche encore le lien car, à ma connaissance, Polanski est hétéro, et selon toute vraisemblance il n’est pas accusé de côtoyer des prostituées). Idem lors de « 7 à voir », où ça discute de viol, de récidive, de castration chimique et de …Polanski, encore lui !

La presse musicale embraye, elle sur la sortie décalée de l’album d’Emmanuelle Seigner, à cause, paraît-il, d’un duo assez cul, ce qui lui permet de rebondir sur…Son Polanski de mari. Même l’Assemblée Nationale pense à se doter d’une loi d’imprescriptibilité concernant les violences sexuelles (loi en vigueur en Californie, ce qui explique pourquoi le ramdam Polanski dure depuis plus de trente ans).

On peut alors s’attendre à ce que tout média participe à la curée. A quand un télé-achat, avec en présentation un beau couteau, copie de celui utilisé par Charles Manson, lorsqu’il éventra Sharon Tate, la femme de…Polanski. Ou peut-être une émission de Delarue sur la victime qui devient bourreau, du genre un enfant battu devient une personne violente, un enfant du ghetto de Cracovie un violeur. Ou une émission sur la santé où il serait question des dangers de la sodomie, exemple à l’appui avec…the King of media…Polanski.

En revanche, alors qu’on parle d’un réalisateur, pas un film n’est diffusé. Depuis 1977, à part réaliser des films (huit long-métrages au compteur), le franco-polonais n’a pas vraiment défrayé les chroniques judicaires (ni même mondaines). Les signataires de l’appel à sa libération (ça fait ricaner quand même de voir que certains de ceux qui ont apposé leur signature au bas de cette pétition ont aussi signé en faveur de l’adoption d’Hadopi, comme quoi, pirater un disque ça vaut de la taule, mais quand une fille est abusée par un réalisateur, la clémence serait de mise), ces signataires donc, feraient mieux de militer pour la diffusion de ses films. Quitte à juger de quelque chose, autant que ce soit de l’artiste et non de l’homme.

Polanski a couchaillé avec une mineure (il a reconnu les faits en 1977), ce n’est guère glorieux quand on a quarante ans. Il a profité d’une autorisation légale de quitter le territoire américain pour ne jamais y remettre les pieds, c’est pleutre, sans doute, mais facile de jeter la pierre quand on est vautré devant son poste à grignoter des Pringles. Le problème est que l’on assiste au glissement d’une affaire de justice vers un grand raout moral. Cette hystérie médiatique est obscène et contamine toutes les strates d’informations (presse politique, féminine, musicale, people…), aussi obscène que le montage en épingle d’un pauvre fait divers (le coupable est célèbre, mais les actes ne mériteraient pas plus qu’un entrefilet journalistique).

À force de confondre œuvre et artiste, morale et éthique, la démagogie prend lieu et place de la démocratie. On a les médias que l’on mérite, et si le comportement de Polanski est illégal, c’est à un juge d’en décider et sûrement pas aux téléspectateurs de cette mise en scène grotesque.

  •  
  •  
  •  
  •  

16 commentaires

  1. cher anonyme
    tu fais preuve d’une sacrée connerie en parlant de pute arriviste
    est ce que tu dirais cela d’un mec ? tu vois quand je lis cela je n’ai même pas envie de lire le reste de ton propos

    excuse moi mais ce n’est pas parce que l’on est contre les bien pensants que l’on devient sexiste

  2. Je trouve l’affaire Polanski est trop médiatisé. Pour moi il mérite pas le prison après 32 ans de faits commis. Pour moi il a fait une bêtise mais il a fait plus de choses bien que mauvaises dans sa vie. Comme cinéaste il a trouvée sa place dans le monde. N’oublie pas que lui même a aussi déja beaucoup souvert..assasinat de sa deuxième femme…….un survivant de nazi’s…je trouve il était déja assez puni par la vie même;

  3. @ Serlach : si Carla Bruni est bien une pute arriviste et je pense la même chose pour les hommes si tu veux tout savoir : marcher sur la tête des autres, écraser et blesser jusqu’à ses proches pour réussir dans la vie : je ne pense pas que c’est un modèle très glorieux, à la fois civilisationnel et spirituel. Maintenant nier cette réalité (l’arrivisme de Carla) et “l’exemple” que cela donne pour les filles, excuse moi mais le vrai sexisme est là.

    Très heureux par ailleurs que Carla ait été caricaturée en nymphomane dans les simpsons récemment, comme quoi cela n’a pas échappé à d’autres.

    l’anonyme du 11 octobre par ailleurs choqué qu’ici à Gonzai, derrière une façade branchée et rebelle, on sert bien la soupe aux puissants (médiatiques/culturels/politiques). Bravo pour la non-prise de risque de cet article qui vient de faire “le cadeau du réel au FN” comme disait l’autre philosophe.

  4. cher anonyme, je pense que tu as oublié la théorie du complot judéo maçonnique à gonzai qui tient des réunions secrètes avec des rites peu ragoutants

    et tu ne peux pas savoir le nombres de diners en ville dans lesquels je me congratule avec le tout Paris, c’est scandaleux !!!

    arriviste est un mot qui se suffit à lui même ( et dans le cas de Bruni je suis tout à fait d’accord), pute te permet juste de déballer ta haine ce qui en soit n’est pas particulièrement fin et intéressant. Le vocabulaire français est pourtant si riche…
    dernière petite chose ce n’est pas parce que Carla Bruni s’est envoyé en l’air avec de nombreuses personnes que c’est une pute mais peut être que finalement ça t’excite de penser à elle dans un rôle de pute ?

  5. pute est un mot qui existe et qui peut recouvrir une autre réalité que celle de la prostitution : je te souhaites un peu d’expérience de vie afin de t’en rendre compte par toi même : cette catégorie de garce existe ne t’en déplaise. La Fille Levy a été profondément blessée par notre 1ere dame et je compatit à sa souffrance d’avoir été victime de la vampirisation de cette femme.

    Carla Bruni m’excite autant qu’un Cyborg : je lui préfère les femmes qui ont gardé de l’humanité dans leur coeur (merci de te préoccuper de ce qui m’excite mais l’on dévie de plus en plus de l’affaire Polanski là juste parce que tu t’es offusqué du mot “pute”, ce qui est avoue le un peu nunuche)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.