Se brancher sur Bison Futé et filer vers la mer, direction le Fort de Saint-Père. La Route du Rock s’offre pour sa 29ème édition une programmation émaillée de valeurs sûres peut-être peu excitantes (notamment en tête d’affiche), mais aussi de quelque trouvailles réjouissantes.

La Route du Rock, c’est un festival à l’image de sa région hôte, la Bretagne. Festif, sympathiquement populaire grâce à une programmation où se côtoient jeunes talents et mastodontes internationaux, mais surtout affichant une fidélité sans faille à des principes d’indépendance tant sur l’affiche que dans l’organisation. La Route du Rock propose d’ailleurs cette années une programmation fortement affiliée à l’esprit que le festival a gardé à cœur de conserver tout au long de ses 29 éditions.

Quels sont les artistes qui vous feront prendre l’autoroute des vacances pour cette nouvelle édition ?

Le festival sera l’occasion de prendre une petite de leçon de rock anatolien. L’étoile montante ambassadrice de ce genre hybride qui mêle fond de rock-psyché et sonorités turques sera là en la présence d’Atlin Gün. La thématique solaire de la journée du vendredi trouvera son prolongement dans la folk de Beirut. Pour les fans de dérèglements climatiques (alors déjà, vous avez de la chance parce que le futur a l’air de vos préparer de jolies surprises), vous pourrez prendre un coup de froid juste après, sur la techno frissonnante de Paula Temple.

Avant ça, vous aurez sûrement eu le temps de bien vous mettre le cerveau à l’envers avec une journée du vendredi dédiée à des sonorités psychédéliques, planantes voire expérimentales (si on omet la baffe vénère et bien ancrée dans le réel de Fountains D.C), avec de dignes représentants de la classe : Tame Impala, Stereolab ou Lena Wilikens. Si les deux têtes d’affiche que sont Metronomy et Tame Impala peuvent nous faire penser que cette programmation sent le vintage, voire carrément la petite sieste bien installée sur ses lauriers, elle propose quand même quelques nouveautés qui fêteront leur première transhumance sur la Route du Rock, comme le collectif expérimental Crack Cloud ou les filles dark de Oktober Lieber.

Atlin Gün
Crack Cloud
Oktober Lieber – ©Titouan Massé

Et pour la programmation complète : 

2 commentaires

  1. Bières sans bulles, millimètres de whisky sans goût, conversations désolantes, son de merde.
    Je resterai chez moi écouter Joachim Kühn.

Répondre à 20000 c'est C.B. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares