Le 22 juin à la Maroquinerie et le lendemain à la Péniche de Lille, Gonzai entonne le cocorico avec le fameux refrain du « produire français ». Cette sixième soirée Gonzaï marquera le retour des freaks de The Married Monk après cinq longues années d'absence mais sera aussi l'occasion de déguster le cocktail tropico-kraut de NLF3 et la "soft machine" des Marquises en ouverture du bal.

À tous ceux qui trouvent que la fête de la musique est aussi irritante qu’un Nagui vêtu d’un pull en mohair, Gonzai propose une alternative pour éviter le supplice du 21 juin avec un appel différé de 24H. Plus chauds qu’une baraque à frites et transcendé par l’appel du Général de Gaulle, nous aurons à coeur de célébrer nos soldats, parfois inconnus et souvent tombés pour la France.

GONZAÏ VI: THE MARRIED MONK, NLF3 ET LES MARQUISES
VENDREDI 22 JUIN À LA MAROQUINERIE (PARIS) // 10 € EN PRÉVENTE EN CLIQUANT ICI, 12 € SUR PLACE

En tête d’affiche, The Married Monk. Un groupe longtemps sous-estimé que Gonzaï tenait à honorer comme il se doit. Fondé en 1993 et en dépit d’une carrière sans faute, la bande de Christian Quermalet a longtemps prêché dans le vide jusqu’aux chefs-d’œuvre que restent « R/O/C/K/Y » (2001) et « Elephant People » (2007). Album sublime de bout en bout et parsemé de fulgurances dignes d’un « Virgin Suicides » ou d’un Robert Wyatt au sommet de sa forme, ce dernier disque en date restera peut-être comme leur grand chef d’œuvre. Rejoint par Etienne Jaumet, les Married Monk prouveront ce soir que les freaks ont le droit à la parole et que certaines prières, lorsqu’on croit en la belle pop française, peuvent parfois donner de belles résurrections.

http://www.myspace.com/themarriedmonk

Juste en dessous sous l’affiche, NFL3. N pour Nicolas, F pour Fabrice, L pour Ludovic (remplacé en 2006 par Mitch), et 3 pour… trio? Ben oui, tout simplement. En onze ans et cinq albums, ces équilibristes ont prouvé qu’ils savaient jongler entre musique pop et expérimentale, psyéchédélique et kraut-répétitive. Jadis soutenus par Fugazi et les Thugs, ces vieux briscards n’ont jamais rien cédé à l’indépendance comme en atteste la création de leur label Prohibited Records. Après la publication de leur dernier EP « Beast Me », ces explorateurs made in France viendront secouer nos cocotiers. On cautionne à fond les ballons.

http://www.nlf3.com/

Et pour l’ouverture, un groupe français dont le nom est directement inspiré par une chanson de… Jacques Brel. Trio emmené par le lyonnais Jean Sebastien Nouveau( Immune, Recorded Home, Colo Colo), Les Marquises a publié son premier album  « Lost, lost, lost » en 2010. A mi-chemin entre entre rock solitaire, electro brumeuse ou folk aquatique, ils livrent une musique qui donne envie de se perdre quelque part entre les iles flottantes et les grands bras de Nico, tout cela sous le regard attentif de Robert Fripp et Shearwater. La musique des Marquises ressemble à un bout de caillou en perpétuelle évolution contre lequel l’auditeur viendrait se cogner au gré des marées. Bouées de sauvetage fournies sur demande.

http://lesmarquises.net/

GONZAÏ VI: THE MARRIED MONK ET LES MARQUISES
SAMEDI 23 JUIN À LA PÉNICHE (LILLE) // 9 € SUR PLACE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.