Certains disent qu'aujourd'hui la vie de rockstar n'est plus possible. Les foules de groupies qui vous attendent à la sortie du jet privé, c'est vrai que c'est le genre d'image d'Epinal qu'on verrait difficilement aujourd'hui. Mais tout de même, Bob log III, lui, fait le tour du monde a plein temps, pour une fête qui ne s'arrête presque jamais. Ouvrier du rock, combinaison scintillante de patineur artistique, casque d'homme canon vissé sur la tête avec un téléphone incrusté dans la visière il se lève chaque jour pour faire suer des salles entières. Et le travail est bien fait.

Ce soir là, Bob Log III est de nouveau en France avec tous ses copains de Tucson. On comprend la filiation; tous les déviants du fin fond de l’Arizona ont joué à qui aurait le live le plus impressionnant, et les Pork Torta notamment tiennent bien la compétition – catégorie prestation live non identifiée. J’ai rencontré l’homme au casque à Lille, qui m’accueille à ma grande surprise sans le casque : « what did you expect ? » me dit-il. Ca pue là dedans.

IMG_9579

Hey Bob, comment ça va? Comment c’était hier à Paris?

C’était fou! Je suis monté sur un bateau, sur la foule. Les gens m’ont porté, ils ne m’ont pas laissé tomber. C’était incroyable.

Comme d’habitude non?

Bah… on me laisse tomber parfois. (rires)

Pour commencer, je voulais te demander: comment est-ce que ce bordel de téléphone est arrivé là?

Je l’ai collé! Un jour je me suis rendu compte que les combinés de téléphone avait exactement le même diamètre… [se penchant vers la porte de la loge] bon pas ce bouton de porte, mais si tu veux percer un trou dans une porte, pour y mettre un bouton de porte normal, le trou sera de la même taille qu’un téléphone [ndlr: ??]. Donc j’ai percé un trou dans la visière de mon casque, et j’ai mis ce téléphone dans ce trou qui rentrait parfaitement, et depuis j’ai toujours chanté dedans, yeah.

Et plus généralement, comment est ce que le personnage de Bob Log; le casque, le costume… est arrivé?

J’ai commencé… j’étais dans un groupe à deux, mon batteur s’est barré, j’avais huit heures avant le concert et je ne savais pas quoi faire. Je me suis dit que peut-être je devrais rentrer, ou peut-être je devrais jouer malgré tout – parce que ça c’était déjà produit avant. Mais cette fois ci je me suis dit : « tu sais quoi? J’ai pas envie de rentrer à la maison et je vais conduire jusqu’au concert« … Et j’ai jeté un oeil autour de moi dans la voiture et qu’est ce que j’avais dans la voiture? J’avais un casque, ma guitare et son étui. Alors je me suis dit : « je peux taper sur l’étui, pendant que je joue de la guitare, avec le casque sur ma tête, pendant que je chante dans le téléphone« . J’étais en tournée avec Wind, tu connais Wind?

Non je connais pas…

… Ces mecs sont un très bon groupe. Je les ai appelé et j’ai dit : « le batteur s’est barré, mais je vais venir ce soir et taper sur mon étui à guitare avec un casque sur ma tête, pendant que je joue de la guitare« . Et Wind a dit… : ok.

Donc tu avais déjà le téléphone à ce moment?

Ouais j’avais le téléphone, je chantais déjà dedans, juste je ne chantais pas dans un casque. Je l’avais juste sur un pied, j’avais un téléphone sur pied – et ensuite, pour être honnête… Est ce que c’est pour la radio ou quelque chose?

Non ça n’est pas pour la radio.

Donc je peux dire ce que je veux?

Vas-y.

D’accord, donc j’ai joué le concert avec tout mon attirail et les gens sont devenus fous. Une fille a tellement aimé qu’elle m’a ramené après le concert et m’a baisé toute la nuit dans le placard de sa pote. Donc j’ai dit « bordel je vais faire ça encore »!… J’espère que ma fille n’écoute pas ça.

« Le rock’n roll c’est quand tu prends le blues et que tu en fais une fête. »

Je t’ai vu il y a trois ans je crois… [s’en suit une digression sur ma ville d’origine et les Magnetix avec qui il a déjà joué]

Ouais, je joue beaucoup de concerts, environ 150 par an.

Et donc je me demandais où en étaient tes productions, parce que depuis je ne crois pas que tu aies sorti d’album…

OKIMG_9541Ah si il y a beaucoup de choses qui sont sorties, il n’y a juste pas eu d’album. Mais j’ai un nouveau single, j’ai un nouveau CD live, j’ai un nouveau DVD… j’ai deux nouveau DVD qui sont sortis! Ça fait beaucoup de trucs quand même. Mais en ce qui concerne un album studio, ça arrive. Mais je suis tellement occupé à voyager autour du monde et à faire des fêtes dingues que parfois c’est dur de s’assoir et faire un album, je l’avoue. J’aimerais jouer de la guitare tous les jours, j’adorerais, et quelqu’un pourrait… Tu sais quoi? Je devrais embaucher quelqu’un pour me suivre partout et enregistrer chaque concert – et on pourrait faire un album. Genre : « qu’est ce que c’était que ça ? » « – J‘en sais rien, c’est une chanson, bang! » (rires). S’il y avait un studio mobile pour me suivre sur la route, je pourrais faire un album vraiment vite ! J’ai juste pas trop de temps pour m’assoir et faire un album mais ça arrivera, ça arrivera. Ça finit toujours par arriver.

Je me demandais aussi, parce que t’es en fait un des seuls qui fassent primer autant le live sur le studio et l’enregistrement, est ce que ce serait une manière de garder en vie un certain esprit du blues?

Je sais pas mec, je joue du rock’n roll. Le blues c’est super, j’adore le blues. Mais le rock’n roll c’est quand tu prends le blues et que tu en fais une fête. C’est ce que Chuck Berry a fait, c’est ce que Screamin Jay Hawkins a fait, c’est ce que AC/DC fait. Et c’est ce que je fais. Définitivement ma musique vient de là mais je me vois pas aller là bas et jouer une chanson de blues. Tu sais quoi? Je pense aussi à un truc : si tu écoutes tout Robert Johnson, ou tout Son House: ils voulaient faire la fête aussi. Ils ne voulaient pas d’une salle pleine de gens tristes, ils voulaient des filles dansant sur les tables, vraiment. C’était pas s’assoir dans une salle et faire la gueule. Certaines chansons sont tristes mais il y a une manière de danser cette tristesse et je pense que c’était ce que Son House essayait de faire. C’est définitivement ce que Bo Diddley essayait de faire, comme Robert Johnson. J’imagine que ce que je fais n’est pas très éloigné de ce que ces gars tentaient de jouer tous les soirs. J’essaie d’avoir une salle remplie de personnes et qu’elles pètent un câble. Je veux qu’ils s’amusent tellement qu’ils s’en fichent de leur cheveux en vrac, de la gueule de leur maquillage ressemble, de savoir à quoi leurs vêtements ressemblent, de quoi ils ont l’air. Ils sont juste en train de suer, point barre. Je sais pas comment tu appelles ça mais c’est ce que je fais. Si tu sues et pues tellement que tu te fiches de savoir ce à quoi tu ressembles, c’est que tu passes du bon temps.

Photos : Nicolas Giraud

5 commentaires

Répondre à Francesco Charlotte via Facebook Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.