Alors qu’elle aurait largement pu faire exploser les compteurs des plateformes de streaming avec sa voix et son talent, Tirzah – accompagnée de ses compères Mica Levi et Coby Sey – a préféré sortir « Colourgrade », un deuxième album expérimental et inspiré où elle raconte sa vie de mère de famille heureuse.

Emerger de l’underground pour se laisser ensuite porter par le doux torrent du mainstream reste encore aujourd’hui la norme pour beaucoup d’artistes. Les cas récents de Jorja Smith ou Arlo Parks en témoignent : après des débuts flirtant avec l’alternatif, les deux Anglaises ont opté – volontairement ou pas – pour des disques à la production polie qui, à défaut de creuser une démarche indé, les ont portées vers la gloire et les soirées d’awards ravissant les lecteurs de Gala. C’est une démarche absolument pas critiquable et tout à fait compréhensible qui laisse pourtant un léger goût de regret tant ces deux exemples semblaient armées pour l’exploration du si riche patrimoine britannique en matière de pop et de R’n’B détraqués.

Ce qui permet d’en venir au cas de Tirzah, parfait contre-exemple en la matière. Soit une démarche loin des standards qui se confirme encore plus avec son deuxième album, « Colourgrade ». Avec sa dégaine d’anti-star à base de pulls trop grands et cheveux attachées, la Londonienne – qui pourrait tout aussi bien être votre voisine – cultive le côté dilettante qui la suit depuis ses débuts il y a presque dix ans. Elle travaillait jusqu’à peu dans le design, a donné naissance à deux enfants (avec Kwake Bass coproducteur notamment du « Black Metal 2 » de Dean Blunt) et le projet musical portant son nom était en réalité un duo avec l’hyperactive Mica Levi (Micachu, les B.O. à succès de « Under The Skin » et « Jackie »). C’est même aujourd’hui un trio avec le chanteur Coby Sey déjà présent sur son premier disque « Devotion » (2018). Un album marquant et acclamé qui s’était fait attendre depuis l’improbable petit hit I’m Not Dancing (2013) marqué par l’influence UK garage et club puis une série d’EPs dans un genre assez similaire mais déjà empreint d’une touche lo-fi qui montrait bien qu’elle(s) n’étaient pas venue(s) pour remplir les festivals d’EDM. L’impeccable « Devotion », donc, bifurquait déjà vers un R’n’B ultra-dépouillé qui laissait une grande place à la voix de Tirzah dont on se demande encore comment une telle impression de flemme et d’apparent détachement peut provoquer d’emblée une telle intimité et un tel enchantement.

 

A ce disque rassemblant près d’une dizaine d’années de travaux disparates succède aujourd’hui « Colourgrade » qui a été plus pensé comme un véritable album. En allant même jusqu’au concept autour du corps, de l’amour et de la maternité alors que la chanteuse attendait son deuxième enfant pendant l’enregistrement, ce qu’elle appelle une « human deadline » pour le terminer. Mais là où « Devotion » se voulait plutôt coloré, l’ambiance est ici beaucoup plus sombre et l’approche encore plus expérimentale, voire même déstabilisante aux premiers abords. Une tendance assez forte actuellement dans la production d’artistes anglais traumatisés par un confinement hardcore et les conséquences du Brexit qui amène aujourd’hui leurs compatriotes à se castagner pour quelques litres de gasoil.

Le désormais trio a décidé de racler encore un peu plus les quelques millimètres de peau qui restaient encore à sa musique tout en jouant davantage sur le mystère de la voix de Tirzah : totalement à nue et mixée à fond en avant, au point de l’entendre se racler la gorge au milieu d’un titre (Beating) ou de fredonner en murmurant la mélodie sur la fin d’un autre (Tectonic). Une place prépondérante de la voix qui vire même au manifeste sur Crepuscular Rays, longue divagation de gémissements filtrés non sans rappeler Arthur Russell donnant l’impression que la mélodie se crée en temps réel. Un morceau pivot dans le disque qui ouvre une fin d’album plus abordable après une première partie assez expérimentale (du duo avec Coby Sey Hive Mind au trip-hop industriel de Recipe ou la guitare grasse de Sleeping renvoyant aux deux albums de confinement de Mica Levi « Ruff Dog » et « Blue Alibi »). C’est même une configuration un peu à l’envers de ce qui se fait actuellement avec les potentiels single squattant les premières pistes. Les parfaits Send Me et Sink In sonnent ainsi comme du Tirzah classique avant l’incroyable et inattendue conclusion Hips : sur fond de seulement quelques boucles rave très early 90’s, la voix de Tirzah prend encore une nouvelle dimension jusqu’à l’introduction d’une basse faisant basculer le titre dans quelques chose de soudainement plus inquiétant, le tout au milieu de paroles relevant de l’intime.

C’est ce qui fascine le plus chez Tirzah : cette sincérité qui donne l’impression qu’elle vient poser sa voix entre deux changements de couches et les courses à Tesco pour raconter les éléments les plus personnels de sa vie et délivrer une émotion assez universelle. Et si la musique inventive qui l’accompagne se fait de plus en plus décharnée et rugueuse perdant presque toute forme de groove, elle sert encore mieux la voix de cette diva qui n’a probablement jamais voulu l’être.

Tirzah // Colourgrade // Domino

  • 42
    Partages

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.