Avant de devenir le groupe préféré des lecteurs quinquagénaires à queue de cheval de Guitar Part, il fut un temps où King Crimson sortait des disques. De 1969 à 1974, et jusqu’au superbe “Reds”, le groupe de Fripp imposera un rock progressif qui bientôt fera vomir les détracteurs. Bien dommage, tant le premier album “In the Court of the Crimson King”, sorti le 10 octobre 1969, reste une merveille avec des farfadets, des flutes et une petite brise moyenâgeuse qu’on entend toujours sur I talk to the wind.

Cinquante ans après tout ça, le toujours impeccable Ricky Hollywood livre son hommage au Roi pourri avec Le vent ne m’entend pas, une cover de all-star-band avec entre autre Jérôme Pichon de Canari et Halo Maud. “Pendant notre enfance, mon père nous réveillait, ma sœur et moi, en musique à très fort volume. Un de mes souvenirs les plus marquants est l’intro de l’album “In the court of the Crimson King” très puissante et brutale, en tout cas pour une alarme matinale… j’adorais ! Pour les 50 ans de cet album, j’ai voulu rendre hommage à mon père et sa technique de réveil, et à la géniale musique de Robert Fripp et ses compagnons, en adaptant en français mon morceau préféré de l’album, I talk to the wind”. Il n’y a rien de plus à rajouter, juste à écouter pour se laisser bercer. 

Ricky Hollywood prépare un nouvel album qui devrait sortir en 2020.

8 commentaires

Répondre à Battlejoyce Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares