Connect
To Top

PROCOL HARUM
50 shades of Pale

Il y a 50 ans sortait le premier single de Procol Harum : A Whiter Shade Of Pale, titre le plus joué des 75 dernières années, selon la BBC. Des mille théories construites sur le sens de ces paroles cryptiques, parfois répandues par leurs auteurs même, ma préférée reste celle du parolier Keith Reid : « ça vient d’une pub pour une boisson française, l’absinthe. Le slogan était A Lighter Shade Of Green ».

Gary Brooker est seul maître à bord de Procol Harum aujourd’hui, entouré d’un équipage issu de la reformation du groupe dans les années 90. A Whiter Shade Of Pale est sa création, mais en retour, son destin a été lui aussi, d’une certaine façon, façonné par ce tube en dehors de toutes les normes. A la fois un bienfait et une malédiction, qui le suit de port en port, l’empêchant de jeter l’ancre une bonne fois. Le vieil homme qui pêche à la mouche sur les rives de la Dordogne se fond dans le décor. Les milliers de retraités anglais vivant dans le Périgord le croisent sans le reconnaitre, ses chemises psychédéliques sont soigneusement rangées. Mais son aspect inoffensif est un leurre : nulle besoin de soulever son pan de chemise pour sentir qu’il dissimule un pistolet à silex. Quelque part un coucou suisse sonne midi. L’interview est en anglais. Je choisis de traduire you par tu quand c’est lui qui parle, et par vous quand c’est moi, parce que ça me semble fidèle à ce que nous avons vécu.

Gary, vous partez en tournée avec Novum, le nouvel album de Procol Harum, 14 ans après le précédent. Pendant la première partie de cette tournée près de la moitié de la setlist est consacrée à cet album. Vous revenez pour défendre ce nouveau répertoire.

Procol Harum ne va pas souvent en studio. Avec « Novum », c’est la première fois depuis 2003. C’est une étape importante pour nous, et c’est le 50ème anniversaire du groupe. Alors on fête ça avec un album et une tournée. Et on éprouve un énorme plaisir à jouer. On n’a pas encore décidé quelles chansons on va faire mais elles sont toutes jouables, parce qu’on a enregistré l’album live.

Sunday Morning en particulier est vraiment typique du style de Procol Harum

On est Procol Harum. J’écris beaucoup, je chante beaucoup, alors ça n’est pas très étonnant si c’est reconnaissable. On est content du résultat. Mais c’est toujours difficile pour nous de proposer de la musique nouvelle. Ça fait 50 ans qu’on est là. Les gens se souviennent de A Whiter Shade Of Pale ou de l’album « A Salty Dog », ou peut-être « Grand Hotel », et c’est très difficile pour eux d’admettre l’idée que, oui, on peut encore faire de la musique nouvelle, aller vers de nouvelles directions. Et que ça veut le coup d’écouter. Tu sais, je suis un fan de Fats Domino et moi aussi je reviens toujours à Blueberry Hill. C’est difficile de dépasser cet écueil.

Vous êtes le seul membre d’origine du groupe aujourd’hui, est-ce que c’est le thème de la chanson The Only One ?

Possible, mais je n’ai jamais pensé à ça. Le sens est plutôt religieux pour moi. Tu peux avoir différentes interprétations. Différents sens pour différentes personnes. Ça peut être tellement de choses. Pour moi, ça parle d’une présence supérieure à la nôtre.

Cet album est le premier sans la collaboration de Keith Reid, le parolier historique de Procol Harum depuis toujours. Qu’est-ce qui s’est passé ?

Keith Reid est arrivé à un carrefour, il a tourné, et Procol Harum et moi on a continué tout droit.

« La musique actuelle est dominée par la technique, tout le monde sonne pareil. »

Qu’est-ce que vous pensez de la musique actuelle ?

Il n’y a pas grand-chose qui arrive à me faire dresser l’oreille ces temps-ci. Ed Sheeran a beaucoup de talent, il a réussi à trouver de nouvelles façons d’arranger les choses. Il y a des bonnes chanteuses comme Emeli Sandé. J’espère qu’un jour il y aura un nouvel album de Kate Bush. Je suis sans doute comme beaucoup de gens de mon âge : il y a tellement de bons trucs des années 60-70, que tu peux tout le temps retourner dans ta collection, en tirer un disque, que tu écoutes pendant quelques jours, et que tu n’avais pas écouté depuis 25 ans. Tu espères que ça sera aussi bon qu’avant, et dans la plupart des cas, ça l’est. La musique actuelle est dominée par la technique, tout le monde sonne pareil. Il y a des pans entiers de musique pour lesquels je n’ai pas une minute à consacrer. Le hip hop, le rap me passent complètement à côté. Je ne comprends pas l’agressivité et la haine. Je suis tellement attaché à la qualité des paroles. C’est toujours par-là que je suis attiré ou repoussé en premier. Ce sont des foutaises. Qui veux chanter ça ? Si j’avais un tube comme ça, je serais fatigué de le chanter au bout de 6 mois. Les paroles que je chante, écrites par Keith Reid, Pete Brown ou moi-même, ont un intérêt, et elles ne sont pas comme les autres. Je dois les interpréter de façon crédible, intelligible, c’est ça mon job. “Hey baby, dance all night long, do it, do it do it”, non merci.

Vous vivez dans le Périgord une partie de l’année, comme tellement d’autres britanniques, qu’est-ce que ça fait d’être une icône anglaise entouré d’anglais ?

Les gens ne me reconnaissent pas quand je suis en short, haha. J’ai beaucoup d’amis ici, je suis très francophile. Ma femme est suisse francophone. J’ai appris à parler français, je peux communiquer. Ça me surprend toujours quand je vois des Brits qui sont là depuis 30 ans et qui ne parlent pas un mot de français. C’est très agréable pour moi de passer du temps ici.

Quelles sont vos occupations quand vous êtes en France ?

Il y a une vie sociale intense autour de nous. Si tu veux, tu peux sortir diner tous les soirs dans une maison différente. Parfois, il y en a tant que ça me fatigue. Je viens de faire ça six soirs de suite : diners et fêtes. Aujourd’hui, je suis off. J’aime voir les collines et les rivières, aller pêcher à la mouche, jardiner un peu, écrire des chansons. C’est différent de l’Angleterre ou tu es tout le temps interrompu. Beaucoup plus paisible.

Vous avez toujours aimé la France : dès 67 vous jouez avec Procol Harum à l’Olympia.

On était à l’Olympia en 67, mais j’y avais joué avant, en 65. Tout un mois avec Sandie Shaw. Elle était très populaire en France, et à cette époque je jouais dans The Paramounts qui était son groupe de scène.

Vous écoutiez Bach à cette époque, et au début des 60’s vous adoriez les deux premiers albums des Swingle Singers, « Jazz Sebastien Bach » et « Going Baroque », ce qui vous a amené à collaborer avec l’une des chanteuses de ce groupe, Christiane Legrand, pour Fires (Wich Burn Brightly) sur l’album « Grand Hôtel ».

Christiane Legrand est une personne formidable. The Swingle Singers ont donné une nouvelle vie à Bach, qu’ils ont teinté de jazz. Quand Ils ont fait ces deux albums avec des pièces de Bach, ça a été une grande inspiration pour moi. Je suis allé les voir en concert à St Tropez en 65. Et quand j’ai entendu Christiane Legrand chanter lead, c’était absolument magnifique. Quand on a fait l’album « Grand Hôtel » la chanson Fires (Which Brun Brightly) était inspirée du clavier bien tempéré de Bach. Immédiatement, j’ai pensé que Christiane pourrait vraiment amener quelque chose en plus. Par des amis communs je l’ai appelée le jour même, et elle a dit « j’arrive ! ». Elle est arrivée en avion de Paris dès le lendemain, et elle a dit « si je peux juste avoir un bon steak et une bouteille de rouge, et après je suis prête à y aller » haha. Et puis elle a chanté, et pendant toute la session j’avais Les Parapluies de Cherbourg en tête. On joue toujours Fires (Which Brun Brightly) sur scène aujourd’hui. Malheureusement on n’a pas Christiane tous les soirs. Un soir on jouait à Paris, elle était dans le public. Je l’ai invitée à monter sur scène, et elle l’a fait avec nous, et c’était super.

Dans les 60’s, vous étiez un acteur du Swingin’ London. Comment était la vie quotidienne à Londres en 67 ? de quoi était faite une journée type ?

Je vivais à Londres à l’époque. Je dirais qu’une bonne partie de la journée se passait à sortir acheter des vêtements. Trouver de nouvelles façons de s’habiller. Je n’ai jamais été tant attiré que ça par la mode, mais il y avait tellement de choses différentes qui se passait à ce moment-là. Les gens expérimentaient. Les créateurs arrivaient avec des idées nouvelles, tout le temps. Il y avait de super boutiques autour de King’s Road et Carnaby St. Tu pouvais toujours trouver de super vêtements. Je pouvais être habillé en mage, ou parfois avec un uniforme militaire, peut être Belle Epoque, Edwardian, ou avec du velours, ou des broderies, ou des imprimés, plein d’idées différentes. Tu pouvais sortir, tu achetais des nouveaux vêtements et tu ne ressemblais à personne d’autre. J’y consacrais une bonne partie de la journée. J’ai toujours quelques-uns de ces vêtements aujourd’hui. Et ils sont toujours à ma taille. Parfois j’en ressors quelques-uns. Les plus psychédéliques. Et puis, il y avait beaucoup de fêtes, beaucoup de bons clubs à Londres. On allait au Speakeasy, voir les Beatles, ou Jimi Hendrix, et il y avait toujours quelqu’un avec qui partager une bouteille de whisky.

[Gary raconte une version incroyablement modeste de l’histoire : le 12 mai 1967, jour de sortie de A Whiter Shade Of Pale, Procol Harum joue au Speakeasy, et le groupe est rejoint sur scène par Jimi Hendrix. Le 24 mai, ils rejouent dans ce même club, et les quatre Beatles sont dans le public. Sgt Pepper’s est sorti 2 jours après].

« Ma femme m’a fait peur l’autre jour, elle m’a dit « Jerry Lee Lewis est mort ». Mais ce n’était que Jerry Lewis. »

Votre musique est décrite habituellement comme du rock progressif, mais l’utilisation du piano et de l’orgue en même temps est typique des productions Soul. Est-ce que la Soul était une source d’inspiration ?

La combinaison du piano et de l’orgue Hammond te donne beaucoup d’espace. Tu peux avoir un son d’une grande ampleur avec ces deux instruments. Si tu ajoutes la guitare, la basse et la batterie, tu obtiens une grande flexibilité, comme une toile vierge sur laquelle tu peux peindre. Le premier disque que j’ai écouté était « What’d I Say » de Ray Charles. Ça m’a frappé de plein fouet. Mais je suis aussi un grand fan de Jerry Lee Lewis. Il y a également beaucoup d’émotions, de sentiment dans la Country, c’est juste chanté différemment. Ma femme m’a fait peur l’autre jour, elle m’a dit « Jerry Lee Lewis est mort ». Mais ce n’était que Jerry Lewis.

Il faut aussi que je vous pose quelques questions à propos de cette chanson

Tu veux parler de Shades of Pearly White, ha ha.

A Whiter Shade Of Pale a été utilisé depuis toujours dans de nombreux films, dernièrement dans Oblivion avec Tom Cruise. La plupart du temps, c’est dans le but d’établir une complicité facile avec le spectateur. C’est assez simple de choisir une chanson qui va encapsuler l’esprit d’un moment. Mais en 1989, Martin Scorsese dans Life Lessons est allé plus loin que ça, il l’a utilisée comme un sentiment. Comme une parfaite illustration de la perte de l’amour, de la fin d’une relation.

Martin Scorsese est accro à la musique. Il est complètement dans ces trucs des années 50 à 70, il est vraiment collé à cette période. Il utilise cette musique le plus qu’il peut dans tous ses films. On ne s’est jamais rencontré, on a eu plein d’occasions manquées. Je devrais aller à New York et frapper à sa porte. Je ne pense pas que je me ferais jeter, haha.

Brian Wilson a déclaré qu’il voulait que A Whiter Shade Of Pale soit joué pour ses obsèques…

Oh je ne savais pas…J’espère que Brian aura 98 ans quand ça arrivera. J’ai énormément de respect pour lui. La première période des Beach Boys, the big stuff, était complètement révolutionnaire, et elle est passée à la postérité.

Cette tournée est celle du 50ème anniversaire du groupe et de A Whiter Shade Of Pale. J’ai trouvé un titre pour l’interview : 50 Shades Of Pale, qu’est-ce que vous en pensez ?

That’s brilliant. So simple, yet brilliant. Il y a trois références : 50 ans, A Whiter Shade Of Pale et 50 Shades Of Grey. Et tu me permettras de penser que ça peut vouloir dire qu’il y a beaucoup de façons pour Procol Harum de jouer de la musique, d’écrire des chansons, et d’avoir un effet sur l’auditeur, le public. Oui, on est célèbre partout dans le monde pour A Whiter Shade Of Pale, mais il y a 50 nuances, si tu veux, 50 autres nuances de Procol Harum.

Si vous aviez à choisir une chanson de Procol Harum, ce serait laquelle ? La postérité a fait son choix, mais quel serait le vôtre ? 

Ma préférée a toujours été A Salty Dog. Il y a là quelque chose, dans la mélodie, les accords, qui fait que je peux toujours la chanter avec une grande passion. J’aime l’histoire qu’elle raconte, et qui n’est pas littérale, qui peut être interprétée de mille et une façons, beaucoup plus que A Whiter Shade Of Pale. Tu peux la prendre de tellement de façons différentes.

Explore the ship, replace the cook,
Let no one leave alive.

Cette histoire de marin, c’est le voyage d’un homme qui traverse la vie, qui arrive finalement à son terme, et qui trouve quelque chose plus grand que lui.

We fired the guns, and burned the mast,
And rowed from ship to shore.
The captain cried, we sailors wept,
Our tears were tears of joy!

Est-ce que vous vous considérez aujourd’hui comme un vieux loup de mer (a salty dog) ?

Yes, definitely. Or more like a pirate.

Procol Harum // Novum // Universal
En concert au Trianon le 12 novembre

 

 

4 Comments

  1. au pressoir

    29 août 2017 at 10 h 05 min

    yo, j’ai votre semi rempli de palettes, ou que je les débarquent, nin, vite, je reprends l’asphalte.

  2. laurel fitousi

    3 septembre 2017 at 11 h 33 min

    popol harlem boit du rhum au harem, remplis d’harengs

  3. LOU

    21 septembre 2017 at 11 h 35 min

    Merci pour lui….

  4. çà Jazz?

    22 septembre 2017 at 17 h 28 min

    dehors le LOUdingue

Laisser un commentaire

A lire aussi