LE CuLTE
//////////1 JANVIER 2009

GONZAÏ C’EST QUI?

Pour savoir qui nous sommes et comment nous contacter, tout est en dessous.

Rédaction en chef: Bester Langs (aka Thomas Ducrès)
Rédacteur partenariat et communication: Matt Oï
Publicité : Christophe Deodato
Contact (soirées, business, dons, insultes, etc) et service abonnement : desk@gonzai.com

—————————————————————————————————————-

Les propos tenus sur le site Gonzaï ne représentent que l’opinion de leurs auteurs et n’engagent pas l’association de loi 1901 ni les sociétés, entreprises ou collectifs avec qui il peut être associé ou employé.

—————————————————————————————————————-

Envoi albums, maquettes, démos, chèques et sous-vêtements :
Atelier 31 / A l’attention de Gonzaï / 31 rue Louis Blanc 75010 Paris

Nous n’acceptons pas les CDs de world altermondialiste, les albums de rap métal, le mauvais goût en baggy, la chanson française qui parle de tes factures ou du cancer de ton tonton et de manière générale nous haïssons le mauvais goût improvisé. Pour tous ces envois, merci d’adresser vos plis à :

Gonzaï, allée les Bleus (surtout pas suivi du contact Gonzaï que vous avez en votre possession) 657, Islamabad, PAKISTAN

—————————————————————————————————————-

L’équipe

Crée en mars 2007, la rédaction Gonzaï, est devenu, au fil du temps, une grande famille. Les égos surdimensionnés côtoient les écrivains brillants, les critiques ratés surnagent dans la même vase que les journalistes au flair incroyable, parfois le trait de génie surfe sur le coup de torchon. Plus loin, quelques interviews cultes se réalisent, entre deux papiers approximatifs, sur un coin de table. Nous ne gagnons pas d’argent, du moins pas salement *

Tout débute dans une chambre noire, par une nuit de pleine lune. Enfin disons qu’il faisait nuit. Deux jeunes gens tentent vainement de trouver une alternative à la presse écrite où de toute les manières personne ne leur répond. Gonzaï nait sous leur impulsion. Bester Langs voit le jour par l’inversion subtile de quelques lettres, Little Johnny Jet pas très loin derrière assure les arrières. Un jeune illustrateur brillant à l’avenir lumineux, quoique l’entrejambe étriquée dans des pantalons trop serrés, les rejoint pour concevoir le site gonzai.com. Ce jeune homme, Jüül est un futur cadre du monde, il crée l’esthétique et le charme. D’autres auteurs rejoignent rapidement le navire. Il y a Pierre Mikaïloff, auteur à succès (Biographie de Taxi Girl, auteur de So clichés, bio de Francoise Hardy), l’incroyable Syd Charlus (musicien émérite, groupie transi de Reed Lou: le pilier historique du fond et de la forme), Doud, le spécialiste des chroniques chamarrées exotiques rendues avec six mois de retard en moyenne, Duhsse, devenu depuis musicien presque célèbre,Guy-Michel Thor, ex-star iconoclaste des 70′s, reclu à Enghien-les-Bains, et Charles Von Strychnine, dont l’éclair de génie du pseudo rivalise avec le culte des papiers qu’il écrit entre deux absorptions médicamenteuses. Jean-Emmanuel Deluxe, patron du label Martyrs of Pop, auteur et journaliste, complète le tableau initial pour des odes aux chemises de Brian Wilson et manifeste anti prof-rock dont il s’est fait le pourfendeur.

Sylvain Fesson, attiré par l’article consacré à Gonzaï dans le Technikart de juin 2007, rejoint le bateau pour des interviews d’en général plus de 120.000 signes. C’est à ce jour le meilleur intervieweur du clan, pro de toute la vie de Gérard Manset et autres stars oubliées dont personne n’a plus rien à foutre. Quelques femmes intègrent l’équipe, puis, pour des raisons incompréhensibles, démissionnent. Quelques photographes, hommes de lumières tapis dans l’ombre, se joignent à ce déja beau bordel. Ils sont Virgile Biechy, Audrey Cerdan (de la famille du boxeur mais tout le monde s’en fout) et plus récemment l’incroyable Fiston (recruté sans qu’aucune photo n’ait été envoyé au préalable. La légende raconte qu’il est le fils de Bester Langs), Muntz Termunch, à la plume aussi grasse et épaisse que ses clichés sont fins et remplis de foutre. Une autre femme photographe, Gaëlle, reste pour des raisons incompréhensibles encore membre, en tant que photographe à vagin. Victor Holl, réalisateur à grosse focale, contribue à la notoriété du site de par ses videos cultes (Eudeline, Dantec, Burgalat, des hommes de droite qu’on aime quand même) et cède sous l’usure, il est un Gonzaï boy comme d’autres sont gays, comme une évidence. Lassé de laisser plusieurs commentaires par semaine, le désormais célèbre Hilaire Picault rejoint l’équipe, faisant lentement mais sûrement son petit trou tel un Guy George du gonzo writing. Il est aujourd’hui indispensable, nous remercions tous les jours Dieu pour son arrivée. On a d’abord remarqué pour son documentaire sur Faust, et puis ses qualités (humaines, professionnelles et financières) nous ont convaincu, Julien Perrin, aka KrautBoy, est arrivé en tant que mad realisator. Il est important.

Une troisième vague d’auteurs fit soudain son apparition, un beau jour d’un mois qu’on a depuis oublié, tellement leur présence est devenue au fil des jours indispensable. Il y a Stéphane Guinet, dit SG, le gonzo belge aux envolées plus lyriques qu’un concert d’Ariel Dombasle, Vernon, le marseillais trinqueur au coeur grand comme le découvert de l’état français, Elea VonPicNic, la madame rêve de l’équipe, basée à Bruxelles, Alex Kacimi, monsieur Pop au goût sur et solide, ou encore le fumeur de cigares sans qui Gonzaï ne serait rien actuellement, Formerly W. Goethe, dont la prestance n’a d’égal que ses articles toujours à côté, mais jamais hors-cadre. Christophe Deodato, tombé du ciel comme une bombe, vint exploser ses neurones comme par enchantement, puis les journées ne furent plus jamais pareilles.

Le temps passa, la concurrence s’étiola, nous étions encore là. Charline, petit bout de femme revenue de Dublin, pointa le bout de son petit nez. Elle est trop cutie cute Charline. Ah j’oubliai Ursula, la niçoise qui raconte jamais de salades, Federico Mascarpone, l’homme aux sept articles en un an de présence (mais quels articles… ils en parlent jusqu’en Laponie), Captain Mucha Dick, le psychopathe violeur de mots au destin fragile et beau. Louie Louis, du fin fond des DOM-TOM, assure la correspondance avec un autre monde, le culte, les gens oubliés, les vieux rockers et le fantasme perdu. Dernières recrues en date, Nash (le spécialiste des live-report, c’est bien simple vous pouvez pas le rater il mesure 2.0 mètres et son regard est doux comme la cuisse d’une jeune femme), Mr Ig (le petit gringalet branché qui sort 10.000 mots à la seconde, il n’aime pas le Régine, le Baron et tous les clubs à paillettes, NDR), le génial Terreur Graphique, illustrateur bazooka et porte-flingue, et Yoann Bazin, le street-reporter génial des vernissages et expositions, oeuvrant pour un monde meilleur, plus juste, avec ses videos d’Insomniarts. Arrivé des profondeurs abyssales où tout n’était à ses ouies que symphonies et concertos en tous genre – il créé même son site ResMusica en 1999 – Christophe Le Gall alias le poulpe gère sa crise de la quarantaine en décidant de mener une double vie teintée au mercurochrome. Attiré par les lumières du concept Gonzaï, Bester le chien lui lippe le bulbe et lui ouvre la porte du temple où il peut enfin s’encanailler à loisir.
Derrière tout cela, il y a Sylvia, l’infatigable relectrice au regard clair et désarçonné, Arnaud Pagnier, un webmaster à toute épreuve, et Jérôme Feigean, graphiste hémiplégique très fort en sprint. Récemment, l’incroyable Clément (The incredible Clément, en VO), nous rejoignait en tant que stagiaire, aidé par son indicible passion pour Barbara Streisand jeune (surtout la période 1945-1973) , de même que la star des planches à repasser Maadiar (il est dessinateur, d’où le jeu de mots) et Poucet, lecteur, chroniqueur, comédien et également chef de la rubrique culture du Ring, en gros pro des duels qui sème de petits cailloux blancs en déserteur, ici ou ailleurs. Cette équipe, c’est celle de Gonzaï, tous permettent depuis trois ans déjà de petits miracles, tous continuent de regarder droit devant telle une armée de centurions lorgnant sur la Gaule.

Ce beau bizarre, c’est Gonzaï. Une rédaction en perpétuelle mutation. Sans doute demain serons nous riches, que vous pourrez nous cracher dessus pour des raisons futiles et vérifiées (l’excès de confiance, le trop plein de bon goût, le mou du genou, la suffisance de l’âge), mais aujourd’hui… Aujourd’hui, nous sommes jeunes (ou presque), nous sommes fiers (au moins) et assumons le travail que la presse écrite ne fait plus.

Signé: La direction

Vous avez bien évidemment le droit de ne pas souscrire à cette doctrine/manifeste, encore faudra-t-il nous montrer que vous savez faire mieux.

—————————————————————————————————————-

* Ceci est d’ailleurs l’occasion de passer un golden hello à nos amis et néanmoins con-frères des Inrocks, Longueur d’onde, Rock & Folk, Longueur d’onde, BeHype, Radio Neo et autres dont j’oublie hélas le nom. Que les oubliés se reconnaissent sans être nommés.

41 commentaires

Montrer tous les (36 autres) commentaires

  1. - Clément

    Barbra Streisand, ce n’est totalement pas vrai. Je pourrai même pas te citer une chanson d’elle. J’ai des trucs honteux à cacher, mais c’est à toi de les trouver… Après, qu’est-ce qui est honteux? Tout est relatif. Pour toi, chère Bergamote, aimer Polnareff c’est la honte. Alors que pour moi, ne pas l’aimer est un signe évident de mauvais goût..

  2. - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Bergamote

    Non non je n’ai pas dit que c’était la honte quand même, mais franchement, je ne comprends pas. D’ailleurs, moi, les mecs qui chantent avec des voix de castrat, j’ai vraiment du mal à supporter.

    Quant à Barbra Streisand, la garce, elle est sortie avec Robert Redford au paroxysme de sa splendeur : ce détail m’a plus marquée que l’ensemble de sa discographie. Du coup, là, le titre de ses chansons ne me revient pas, mais je peux te dire qu’elle a réalisé « Yentl », et le film sur le tournage duquel elle a rencontré Bob, ça devait être « Nos plus belles années », un truc dans ce genre…

    A part ça, je suis une petite curieuse et j’ai bien l’intention de découvrir ces noirs secrets.

  3. Anonyme

    j’aime beau cul le côté roboratif du style

    j’aime oh si le côté subversif du con tenu

    haut-les-coeurs et bas l’épate les p’tits gars !

    rappels de corde des années soixante,

    glorieuses et insolentes à souhait,

    nos vingt ans rebelles, militants,

    non moins tant nos victoires patentes

    que les coeurs battant, nos élans

    non moins tant nos vaines espérances

    que la fronde et l’amour libre

    non moins tant nos naïves utopies

    que nos ardeurs nos rires, notre ire

    vous êtes la relève, le vent se lève,

    il faut tenter de vivre, libres et fiers…

  4. William Dumont

    Bonsoir,
    J’ai récemment découvert GONZAÏ et étant éducateur..mais surtout chroniqueur rock sur plusieurs webzines (Muzzart, Inside Rock, STNT, Premonition etc..), je vous le dis sans détours: j’adore! Autant que les sites sur lesquels j’écris, c’est dire..
    Continuez ainsi, et à très bientôt j’espère…

  5. Anonyme

    Se promulguer tenant d’une approche Gonzo du journalisme, c’est quand meme le pretexte idéal pour reconvertir les narcissiques et les ratés du monde de la Culture sous une étiquette visant à réhabiliter. Gonzai est donc un service public pour les petits happy few en mal de reconnaissance.

    Votre journal étudiant est très rigolo : non seulement vous n’avez pas peur de perdre toute crédibilité du fait de votre amateurisme, l’inanité de vos réflexions gluantes de byactol sur la société et les immenses conformismes bobos que diffusent vos articles mais le ridicule ne vous fait pas non plus peur : car dans un monde pronant l’individualisme comme conformisme supreme, reutiliser l’approche de Mr Thompson en fait un produit marketing hype pour penseurs mous, à la fois anachronique, peu inventif et finalement pas très courageux.

  6. Anonyme

    cher et courageux anonyme, bien que je ne partage avec toi qu’un patronyme d’apparat – étant une misérable lopette dénuée de toute bravoure (et de toute capacité d’inventivité), j’aurais aimé te demander :

    qu’est-ce que tu proposes? que tous ces gars abandonnent le style gonzo, pour contrer l’individualisme « prôné par ce monde comme conformisme suprème »? c’est pas le serpent qui se mordrait la queue, ça? dans le sens où, quoi qu’on fasse, on sera toujours conforme à d’autres : tous les loups blancs sont blancs, tous les vilains p’tits canards sont vilains et petits, tous les moutons sont des moutons.
    (pour approfondir la métaphore animalière. si tu veux, j’ai aussi un truc avec les albatros)

    ou tu proposes autre chose?

    ou encore, rien?

    je te le dis tout de suite, je n’ai rien à voir avec ce « journal étudiant », ni même avec quelque tentative journalistique que ce soit – ca doit se voir.
    et le « byactol » m’est mortel, je suis un vieux bouton géant.

    je m’interroge seulement quant au message que tu portes. j’ai du mal à comprendre, besoin qu’on m’explique lentement.

  7. Shalala

    ce que l’on peut constater c’est cette approche nombriliste de gens – qui n’ont pas leur carte de presse – qui parlent de sujets qui les dépasse.
    Alors oui il y a un coté « gazette estudiantine » un peu suranné : outre le fait de se griller vis-à-vis de la profession sérieuse, le ridicule atteint encore plus lorsque dans une société qui cultive autant l’ego, l’individualisme, la subjectivité (tout hiérarchie critique est devenue réactionnaire) on tombe dans le conformisme absolu avec l’approche dite « Gonzo ».

    Au moins Hunter Thompson n’était pas aussi niais.

  8. harold martinez

    bonjour,je m’occupe du groupe »clan edison »(pochette avec un corbeau),je vous ais envoyé un disque il y a une dizaine de jours…je voulais si vous l’aviez bien reçu ou peut être écouté pour une éventuelle chronique…
    je vous remerçie de me tenir au courant
    bonne continuation
    harold pour le clan edison

  9. harold martinez

    bonjour,je m’occupe du groupe »clan edison »(pochette avec un corbeau),je vous ais envoyé un disque il y a une dizaine de jours…je voulais si vous l’aviez bien reçu ou peut être écouté pour une éventuelle chronique…
    je vous remerçie de me tenir au courant
    bonne continuation
    harold pour le clan edison

  10. Catherine

    Après avoir officialisé son retour sur scène tambour battant, depuis maintenant et oui 4 ans et après 20 ans passés dans l’ombre, Charles de Goal, leader de la scène post punk française n’avance plus désormais visage masqué. Le Général rappelle, donc ses troupes pour un nouveau concert à la Flèche d’or qui renait de ses cendres elle aussi. La date symbolique choisie est fixée on vous le donne en mille le 18 JUIN 2010. Répondez tous présents à LA PELLE DU 18 JUIN 2010 pour commémorer l’événement.

  11. Mouche

    Je ne vous connaissais pas.
    Et au première article que j’ai lu, je me suis demandée si vos articles allaient vraiment m’apprendre des trucs utiles.
    J’en doute un peu mais j’ai lu ça :
    « Nous n’acceptons pas les CDs de world altermondialiste, les albums de rap métal, le mauvais goût en baggy, la chanson française qui parle de tes factures ou du cancer de ton tonton et de manière générale nous haïssons le mauvais goût improvisé. »
    J’crois que j’souffre d’incontinence tellement j’en ai ri. Et j’pense que la prochaine fois que je lis un de vos chroniques, il va falloir porter une couche.
    Bravo pour votre audace ;)

  12. john

    bonjour
    j’aimais bien votre article sur pascal nègre donc j’ai parcouru votre site.
    la méchanceté, l’aigreur et le pointillisme parisianistes (qui n’est souvent pas le fait des parisiens, ne méprenez personne) avait déjà sa presse, mais vous souhaitez ajouter votre patte.

    a ce titre l’analogie avec le gonzo est plutôt clairvoyante : de la petite prod alternative pour ratélististes…

  13. jean-louis

    Bonjour,
    je m’occupe du groupe de mon cousin (vainqueurs du tremplin « Rock en Creuse »). Je vous est envoyé une maquette il y a presque trois mois et elle m’est revenue avec la mention destinaitaire inconnue. Pouvez-me communiquer votre nouvelle adresse?
    Merci d’avance de vous occuper de cela au plus vite.
    Cordialement

  14. gu

    Encore un blog de merde où tout le monde se croit plus malin que les autres et essaye de faire des « billets d’humeur » pleins d’esprit… Je vous chie dessus.

  15. LE_POULPE

    Hey gu … va te faire enculer … merde c’est étron d’honneur que je défèque … merde … crotte … j’avais oublié qu’il existait des bouses sur nos trottoirs !!

  16. Bester Auteur de l’article

    Il s’agit d’un complot.
    Si vous comptez le nombre exact de voyelles présentes dans le papier, vous pourrez résoudre les plus grandes énigmes encore non résolues: l’espace a-t-il une fin? Madonna est-elle déjà morte? Et qui a tué le colonel Moutarde? A vous de jouer.

  17. Laura Fontanet

    Bonjour !

    Je suis étudiante en deuxième année de Bachelor Technicien Audiovisuel à L’IDEM (Institut de Développement et Enseignement Multimédia) à Le Soler (66270), en spécialisation Image.

    Dans le cadre de ma formation, je suis à la recherche d’un stage d’une durée de 2 mois, se déroulant aux mois d’Avril et de Mai.

    Ce stage a pour but de valider ma deuxième année.

    Je me permet de prendre contact avec vous, afin de proposer ma candidature.

    Je vous remercie par avance de l’intérêt porté à ma demande.

    Bonne journée !

  18. léonie

    besteradi, LEONIE n’est même pas sur internet, si! sur you tube dans so long, john , BESTER ADI LEONIE a fini en cachetonnant chez GOTAINER , non, elle a commençé avec GOTAINER,
    Je remets les pendules à leur place, vous souhaite bonne continuation pour GONZAI et si vous voulez en savoir plus via mon mail, n’hésitez pas!

  19. - - - - BSTR

    Oh détend toi hin hin, j’ai oublié plein de monde et le papier est pas sensé être encore online en fait (pardon pour les lecteurs)

  20. - - - - Clément

    Meuh oui je sais… Faut bien donner de la dramaturgie aux lecteurs, des conflits d’ego et le fantasme de potentielles estafilades…

  21. - - - - - - - - - - - - - - - - - - Bergamote

    C’est vrai que c’est pas sympa d’avoir oublié Clémentine : entre les smoothies, le catch et les superhéros, il fait presque marcher le site à lui tout seul ces derniers temps !
    (Tu vois comme je te soutiens, hein, Clémenzo, ma bonté me perdra.)

  22. - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Bergamote

    « Depuis, sa force culturelle, ses biceps blindés à la testostérone et une indicible passion pour Barbara Streisand jeune (surtout la période 1945-1973) ont permis à Gonzaï de regarder droit devant telle une armée de centurions lorgnant sur la Gaule. »

    Je sais bien qu’il était vexé, mais n’est-ce pas pousser la flagornerie un peu loin ? On parle bien du même Clément, là ????????

  23. - Clément

    Merci Bergamote pour ton soutien inconditionnel… Oui, inconditionnel.
    Merci, cher maître pour ces apports qui résument magnifiquement, par le biais de la comparaison avec les centurions, mon caractère impérialiste totalement assumé.

    Cela dit, il faut aborder la question de mon salaire : j’exige qu’il soit dès maintenant multiplié par 2 + la prime à la casse (de stagiaire).

  24. - - - - - - - - - - - - - - - - - - Bergamote

    Inconditionnel, faut quand même pas pousser ! Et quant à revoir ton salaire à la casse, méfies-toi qu’on ne te réponde : « Casses-toi »!

    D’ailleurs, c’est vrai cette histoire de Barbra Streisand ? Encore un noir secret dévoilé (grâce à Bester ? Merci Bester).