Yan Wagner est l’une des plus belles choses qui soit arrivée à la France depuis le Minitel et le Concorde. Et comme il sera en concert à La Maroquinerie le 22 décembre, on lui a fait passer un interrogatoire à la lumière de ses amplis à lampes.

Certains l’appellent le dandy du circuit imprimé, d’autres le fils caché d’Étienne Daho, ou encore le Dracula du club-bing, Yan Wagner est aussi le Lohengrin du BPM et son dernier album, “This Never Happened“, fait de lui un jeune gens très moderne. La preuve en dix madeleines de Proust, forcément un peu novö.

Ton premier émoi synthétique ?

C’est certainement lié à la télévision : était-ce le générique de Thalassa ou celui de Temps X ? La publicité Nesquik ou le générique de X-Files ? Je ne sais plus. Mon premier synthé, c’était un Yamaha CS1X, un synthé digital somme toute assez médiocre, mais versatile. Je me souviens avoir essayé un SH-101 qui coûtait alors beaucoup moins cher mais, con de moi, je voulais faire des accords.

Ton synthé fétiche ?

Le RS-09. C’est un string machine très sommaire qui comporte également une section orgue, tout ce qu’il y a de plus cheap. Il est pourtant magique dès qu’on lui colle une petite reverb. J’ai notamment fait tous les sons de cordes de mon dernier album avec celui-ci. Ce n’est certainement pas le synthé le plus cher à mon cœur mais c’est un brave compagnon, et puis il m’est arrivé du Japon dans un bel écrin très chic, et je n’ai pas d’histoires folles à raconter à son propos.

Résultat de recherche d'images pour "synth RS-09"

Tu revends parfois, ou tu préfères entasser le matos ?

J’entasse. J’ai bien des trucs qui prennent la poussière, mais la flemme de retrouver mon mot de passe Audiofanzine, pour poster une annonce, est plus forte que tout.

“Je ne suis pas très Korg.”

Tu dois choisir entre ta copine et un Korg, tu prends qui ?

Je ne suis pas très Korg. Et d’ailleurs je contente tout le monde.

Ta première relation analogique ?

Dans la cave d’Arnaud Rebotini.

OK. Et première relation digitale ?

Mon dépucelage était analogique comme je viens de vous l’expliquer.

Pousses-tu la collectionnite jusqu’à avoir des instruments en double ?

J’essaie de ne pas boire au travail.

Si tu étais une marque ?

Crumar, ça sonne bière, ça sonne vrai.

Le meilleur riff de synthé selon toi ?

It’s More Fun To Compute de Kraftwerk, ex æquo avec Los Ninos del Parque de Liaisons Dangereuses.

This Never Happened de Yan Wagner est sorti sur le label Her Majesty’s Ship.
Interview initialement parue dans le numéro 24 Spécial Synthétiseurs.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares