Le rock n’est pas mort, il vit en région parisienne et a un profil LinkedIn

Pour la première fois depuis la création du Hellfest, la ministre de la Culture s’est déplacé jusqu’à Clisson. Comme on voyait parfois arriver un prêtre aux petites heures de l’aube dans la maison où depuis de longues heures un malade ou un vieillard se bat avec la mort, on peut soupçonner que la présence d’une huile officielle relève ici aussi de l’extrême onction. Car derrière la cathédrale en toc qui marque l’entrée du lieu, la mort plane, une mort complexe et métaphysique, plus vicieuse que celle de la riche iconographie du metal (en vrac les zombies, les crânes, les pluies de sang et les cadavres qui grimacent sur les tee-shirt et les tatouages des festivalier.es). Bien sûr, comme tout individu cultivé, on se souvient des paroles d’Ace of Spades.
Lire l'Article
Lire l'Article

Musiques extrêmes et spiritualité : rencontre avec Igorrr le synesthète

Envoyée très spéciale de Gonzaï au Hellfest 2022, Bebe Melkor-Kadior (à la fois guérisseuse intuitive, autrice, canal spirituel et même cover girl de notre numéro sur l’Afrofuturisme) en a profité pour prendre la contre-allée et est partie sonder certains des groupes présents au plus profond de leur âme, loin des questions faciles associées au metal. Premier volet d’un triptyque où l’on retrouvera également Regarde les Hommes Tomber et Hangman’s Chair, avec en ouverture un échange spirituel avec Gautier Serre, aka Igorrrr.
Lire l'Article
Lire l'Article

Hellfest 2022 : portraits de festivaliers

Plus de mille jours que les métalleux étaient privés du seul moment de l’année où ils se sentent à peu près normaux.  Pour marquer le coup et rentrer dans leurs frais, les organisateurs du Hellfest leur avaient concocté un programme dantesque : deux festivals pour 7 jours au total d’une orgie de gros son servi par 360 groupes, avec en point d’orgue la première de Metallica au pays du Muscadet. Autant dire que ni la putain de canicule annoncée ni le fameux shitstorm électoral en gestation n’allaient ruiner la fête. Surtout pas la tienne, parce que tu aimes au moins autant raconter le plus grand rassemblement français dédié aux musiques extrêmes qu’aller t’y faire poncer les tympans. Et raconter le Hellfest, c’est aussi rencontrer sa faune et ses visages. 
Lire l'Article
La playmate du mois