Dans la série Man Machine, Gonzaï s’intéresse au lien étrange et magique qui unit les musiciens électroniques, souvent français, à leurs machines. Quels rapports entretiennent-ils avec ces mystérieuses joujoux en plastique ? Sont-ils fétichistes de l’objet ? Et comment sont-ils tombés dans leurs boites de Pandore ? Premiers éléments de réponse avec Jonathan Fitoussi, ex rockeur (One Switch to Collision) passé du côté obscur voilà dix ans avec « Pluralis », son premier album synthétique chez Pan European. Une décennie plus tard, il nous explique tout, par petites touches.

A écouter d’urgence, son dernier album avec JB Dunckel de Air, « Mirages ».

Interview : Bester
Concept, réalisation et montage : Bob le Flambeur
Cadre : Margaux Deslandes

  • 11
    Partages

9 commentaires

  1. cher JONATHAN FITOUSSI j’imaginerais bien une collaboration avec l’immense James Leyland Kirby et que cette collaboration aboutisse à un disque

Répondre à tiertio c'est Lourdo! Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.