Son 24ième album, « Happy Xmas », sortira le 12 octobre. Il sera composé de classiques de Noël, contiendra de l’Anthrax destiné aux petits enfants et sera à écouter après avoir égorgé toute votre famille. A moins que ledit disque ne soit destiné aux plus de 60 ans encore en vie après la canicule ?

On aurait du le surnommer « Slow death ». Eric Patrick Clapton, 73 ans, continue de sortir des albums alors que tous ses potes soit bouffent leurs dentiers, soit sont crevés et deviennent riches post-mortem grâce à des compilations publiées en streaming, du temps où il avait encore un truc à raconter. Clapton, lui, n’a plus rien à raconter. Ca fait… Attendez, ça fait combien de temps que ça dure ?

Depuis presque 20 ans presque en incluant « Riding with the king » (2000), papy alterne disques de chevet pour Georges Lang, tribute à des gens qu’il a pillé (« Me and Mr Johnson », « Sessions for Robert J. ») et autres disques déambulateurs auxquels personne ne trouve rien à dire pour la simple et bonne raison que tout le monde s’en fout. Le dernier né, « Happy Xmas », représente de ce point de vue un point Godwin définitif : le communiqué annonce que Rico y reprendra des standards du 24 décembre – la Verveine n’est pas inclue dans le package – et que comble du bonheur, un inédit sera présent (ça s’appelle For love on Christmas Day et là aussi, tout le monde s’en fout aussi). Sauf surprise, cet objet de fin d’année devrait accompagner vos séances les plus furieuses de macramé en attendant que le corps de Jimmy Page ait été intégralement brûlé dans le feu de cheminée.

Résultat de recherche d'images pour "clapton xmas"
La pochette est de Clapton. Et il en est fier en plus.

Si la vieillesse est un naufrage, alors Clapton, lui, est certainement un océan de merde. Dans les écoles de commerce (voir la photo ci-dessous, prise en 1987 période Wall Street), peut-être un professeur se décidera-t-il un jour à faire de l’ancien Cream un cas d’étude tant la capacité de « God » à survivre à sa propre médiocrité sur près de 4 décennies est un miracle seulement explicable par le fait que ses fans, à force de vieillir, sont devenus aussi abrutis et rétrogrades que lui.

Qu’un employé d’EHPAD vienne chercher tout ce beau monde dans le studio pour leur faire leur toilette avant de les ramener à l’hospice Keith Richards. Vite.

Le Coca, le pantalon en toile, la chemise qui bouffe : vision d’horreur d’un Yuppie en 87.

54 commentaires

    1. Bonjour Bernard,
      Je comprends votre désarroi, néanmoins, en ma qualité de spécialiste, je peux tout à fait confirmer qu’Éric Clapton est un gros naze qui n’a jamais rien fait d’intéressant depuis Cream (et encore)
      Bien cordialement,
      DOCTEUR F.

      1. Et le gratte papier qui a écrit l’article : il a fait quoi, au juste ????

        Il y a un minimum de respect …

        Ou alors il faut accepter de se faire ramasser comme un p’tit con qu’il est, probablement …

        1. Complètement d’accord j’ai plus de 60 balais la canicule ne m’a rien fait et j’emmerde le con qui a écrit cet article,qui n’aura peut-être jamais cet âge qu’il estime avancé !!!!

          1. Bonjour Christian,
            Il n’est bien évidemment pas question de souhaiter la mort de nos sympathiques sexagénaires, cependant, il faudra se rendre à l’évidence: si vous êtes en mesure de confirmer que la canicule n’a pas eu d’impact sur votre capacité à apprécier la qualité intrinsèque d’un auteur/compositeur/interprète tel que M. Clapton mais que vous comptez parmi ses plus fervents admirateurs, vous avez probablement des goûts de chiotte depuis maintenant plus de quarante ans. Ce qui est évidemment respectable et ne porte pas préjudice au quotidien, mais qui est peut-être la raison de votre commentaire un peu échauffé.
            Bien à vous,
            Docteur F.

            1. Mon cher Docteur F, bien que ca ne s’adresse pas à moi, je vous réponds dans le calme.
              Personnellement, je suis pas un fan de Clapton. Mais j’ai du mal a pas respecter son oeuvre ni son parcours, son âge … Ne serait-ce que par humilité.
              Encore une fois, il y a critique et critique …
              Critiquer un mec comme Clapton, qu’on l’aime ou qu’on l’aime pas, c’est autoriser les lecteurs à demander : “Et toi, qu’as tu fais de remarquable ?”
              Déjà : pas cet article qui est franchement faiblard.
              Mais peut être est-il le nouveau Proust, le nouveau Céline, et on le sait même pas , parce que les 15 tomes de son roman est resté sous son lit …

              Plus probablement un musicien médiocre qui pense être un critique génial … Peut-être le futur Goncourt …

              Ou alors une sombre merde …

              Les paris sont ouvert …

            2. bonsoir les goût de chiote tu en a aussi à force de lire tes commentaires sans intérêt … Mais si c’est ton gagne pain , la je me permets de te dire que tu rame dure. Respect pour Éric clapton et trouve des personnalités qui mérite la critique.

      2. Cher Dr. F.
        ledit Clapton a pondu, avec Derek & The Dominoes, le seul (double) album valable d’une carrière bien trop longue–si on l’avait laissé picoler tranquille au moment du Rainbow Concert, on en serait pas là et pour cette raison Pete Townshend sera damné pour l’éternité, condamner à errer dans le Tartare parsemé de HP de 200KW passant etrenellement l’intégralité des prods Stock-Aitken & Waterman !
        Que cela soit écrit et accompli!

  1. Franchement dans le genre article à 2 balles y a pas mieux!! Le niveau journalistique me fait penser à du Bezu. …publiez donc des recettes de cuisine les lecteurs auront au moins quelque chose à se mettre sous la dent .

  2. Ce n’est ni du journalisme ni de l’info juste des grossièretés des vulgarités pour fayoter avec un système qui vante les « killers », c’est lamentable et Éric Clapton n’est pas le sujet, le sujet c’est la violence verbale et c’est lamentable

      1. Tu n’es qu’une merde. Tu sais quoi ? C’est bon de te haïr. Clapton, “océan de merde”? C’est gratuit, c’est vulgaire (pour employer des gros mots et rester spirituel, faut s’appeler Louis-Ferdinand Céline ou fermer sa gueule), ça n’est même pas, au plan de ta petite sémantique nauséabonde, simplement logique. Allez, disparais tête de noeud.

  3. Gros blaireau! Pour qui te prends tu minable chroniqueur à 2 balles? Quand tu atteindras le dizième de la richesse de la vie de M.Clapton (ce que je doute vu ton niveau ), tu pourras peut être commencer à commenter la vie des autres…et encore.

  4. Et le gratte papier qui a écrit l’article : il a fait quoi, au juste ????

    Il y a un minimum de respect …

    Ou alors il faut accepter de se faire ramasser comme un p’tit con qu’il est, probablement …

  5. Je m’adresse à toi qui a pondu ce texte aussi méprisant et hautain. Tu es probablement un petit Bobo de droite ou de gauche. Peu importe, on s’en branle. Et quant à la musique, je ne pense pas que tu sois capable de l’apprécier, au vu de ton article de merde. Tu es un parfait connard arrogant. Arrête le journalisme, ça vaut mieux. Pauvre type que tu es.

  6. Article pathétique. Au début je m’attendais à y trouver de l’humour de qualité mais j’ai vite compris que l’auteur devait être un frustré de la guitare ou un homme sans aucun gout musical pour cracher ainsi sur Eric Clapton.
    Encore un article “putaclik” pour tenter de cacher une absence de don journalistique.

  7. Alors Clapton a eu ses glorieuses dans les 60/70’s en effet. Il a aussi fait des mélodies exceptionnelles dans d’autres groupes que Cream (Blind Faith ou Derek and the Dominos). L’intégralité de son œuvre solo n’est certe pas toute bonne à prendre, loin de là, mais se permettre de critiquer de la sorte semble juste surréaliste et méprisant. Chacun ses goûts ! Les miens en tout cas ne penchent pas sur l’auteur de cet “article”…

  8. Je suis étonné par le nombre de commentaires qui défendent Clapton – certes, il avait le feu sacré autrefois, du génie même, il a volé tout près du soleil avec Layla & Other Assorted Love Songs, un des meilleurs albums de rock and roll – il n’y a pas débat à ce sujet – mais depuis? Pour moi, il était déjà flingué en 1975, alors en 2018… Sérieusement il y a des gens qui trouvent bien ce qu’il a fait après ? Sa reprise balourde de I Shot the Sherif? Ses albums 80s produits par Phil Collins? Son MTV Unplugged où ça se voit qu’il se fait chier lui-même? Ses reprises de blues qui sentent tellement la fatigue? Eh bien à tous ceux-là je dis: bravo pour votre loyauté, c’est beau.

    1. Il ne s’agit pas de défendre spécialement Clapton, mais simplement de souligner la nullité et la vulgarité de cet “article”. On se demande d’ailleurs quel est le but de cette prose malodorante, car ce n’est ni pertinent , ni drôle, mais juste d’une grossièreté crasse.

  9. Avant d’écrire quoi que ce soit, retourne à l’école pour apprendre à écrire sans fautes (j’y mets un “s” pour ton cas).

    Par ailleurs, question musique, tu n’es évidemment pas qualifié. Faut t’enlever la merde des oreilles.

  10. Entendu du kote d’astaffort MORTS ‘tu suce, tu suce, tu turlute…’ @ un egamine italienne ou suisse d’où le tu suce pour peut etre T suisse ? LOOSE du Lot/garonne ou du Gers ou du trou du cul! stop le pastaga hé couilles molles!

  11. Preuve une fois de plus qu’Internet est un déversoir idéal pour la haine et l’intolérance. On notera toutefois que le bouffon qui a pondu ces quelques pauvres lignes (et qui est sûrement très fier de sa petite crotte) n’ose même pas signer de son nom. Nullité rime avec lâcheté.
    Je précise que je ne suis pas fan de Clapton du tout, et que je ne l’écoute guère. Ca n’empêche pas les incultes tel que ce “journaliste” d’essayer de faire correctement leur travail de critique ou alors d’aller pointer à Pôle Emploi pour se trouver un vrai job.

  12. Arrêtez vos conneries, non seulement le mec a raison de A à Z quant au contenu merdique des albums de Clapton depuis des décennies, mais en plus cela pourrait s’appliquer à ce gros naze de Sting et Police.
    Au moins Knopfler a eu la décence d’arrêter avant de faire la même chose…

  13. Alors moi j’ai ris, de bon cœur, devant cet article d’une telle vulgarité. J’ai biberonné du Clapton dans les années 80 (quand il pillait JJ Cale), j’ai fait ma crise d’adolescence avec Cream et j’ai tout oublié depuis. Il faut l’avouer c’est devenu chiant. Effectivement, on peut comparer cet fin de carrière à celle de Knopfler ou de Sting, voir des Stones maintenant, sauf que celle là, elle dure depuis 40ans.
    Du coup je vais me regarder Gimme Danger!

  14. HAAaaaaaaaa mais trop bien cet article, continuez comme ça, enfin on se marre … Non seulement c’est drôle en soi ( et bien vu sur le fond ) mais en plus on peut se repaitre de tous les commentaires verbeux qui suivent… un vrai florilège pour un double régal 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.