Oubliez qu’il est l’homme derrière le 100% VIP de Katerine, mettez de coté son CV bordélique et ces collaborations avec Matmatah ou Arielle Dombasle, aussi improbables que sujettes à licenciement sans préavis, Daven Keller est aussi un homme de goût. La preuve avec le clip de Slogan, premier titre d’un nouvel album à paraître en avril.

Ils sont rares les artistes à pouvoir prétendre à la tête de gondole au rayon musique française dégénérée. Certains s’y essaient sans succès et finissent rapido dans les bacs à soldes (Arnaud Fleurent-Didier, le chanteur à mémé), d’autres n’ont même pas le temps de passer par la trappe à crocodiles qu’il est déjà trop tard (Destin) ; quant au dernier tiers (Ricky Hollywood, Dodi El Sherbini), l’avenir – à défaut d’une notoriété internationale – leur tend les bras, et c’est déjà pas mal. Dans le cas de Daven Keller, inconnu connu des studios depuis ses début en 2008 avec « Reaction A », premier LP passé sous le tapis rouge, c’est un peu le cul entre deux chaises musicales. Si l’on se doute qu’être l’auteur du très commercial 100% VIP de Philippe Katerine permet de bonnes cotisations auprès des caisses de retraite, la célébrité reste pourtant loin à l’horizon et ce n’est pas la sortie de « Reaction B » en 2012 (10 pièces pour quatuor à cordes) qui aura permis au Français de passer sur tous les studios télé déguisé en ado attardé de 12 ans avec des chansons mongoloïdes.

Sans transition, le premier single de « Reaction C », Slogan, est une bonne surprise. A l’image d’un disque composé, arrangé et produit par Keller lui-même, un titre qui oscille entre le radiophonique et la marge, entre la french touch des années Jospin et l’idée d’une pop made in France qui ne cèderait aucune concession aux droits SACEM. Jusqu’au-boutiste dans sa démarche d’auto-suffisance, Keller livre ici un clip lui-même autoproduit où l’artiste 360° tape sur des bambous – et ça lui fait du bien – devant des éoliennes, un coucher de soleil, sur des parkings. Pas exactement l’idée qu’on se fait du gendre idéal. 100% do it yourself, donc. S’il est évident que les amateurs de rock en perfecto passeront leur chemin et trucideront sans doute trois pervenches pour se calmer, reste que Slogan possède un gimmick qui permet d’oublier pendant 3 minutes que certains groupes français (Jean-François and the Atlas monticule, au hasard) nous font chier toute l’année avec leur pop passée au karcher. Keller est-il, Daven ? Cette fois, c’est peut-être la tienne.

Daven Keller // Reaction C // Sortie le 13 avril chez DK-Disk / IDOL
https://www.facebook.com/davenkeller

Sans-titre-1

3 commentaires

  1. Peut-être un jour des oreilles ouvertes tomberont-elles sur Ramdam (1999) et Quelqu’un quelque part (2004), puis sur la série (à) Réaction. Et peut-être se diront-elles, les oreilles en elles mêmes, que ce gars là est l’une des plus fines gâchettes que ce pays ait enfanté.
    Il n’est jamais trop tard pour jouir ; écoutez Pierre Bondu, écoutez Daven Keller !
    Ceci écrit, Slogan est une bombe, certainement la plus fatale qu’il ait balancé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares