Il a la cote chez les limonadiers, les enfants l’adorent et les cadres de province se bidonnent tous le samedi soir en écoutant son nouveau disque à la queue leu leu, entre le fromage et le désert. Katerine, l’homme à tête de sou qui faisait chanter la France dans son slip. Se faire des couilles en or en coulant des bronze, ce n’est plus qu’un rêve d’enfant.

12.35. Philippe Katerine se gratte les parties au saut du lit, c’est l’heure du réveil. « Penser à en faire un morceau, je pourrais en faire une chanson tiens, deux testicules qui se renverraient la balle, ah ah ah façon de parler hein! ».

Aujourd’hui c’est la sortie officielle de son nouvel album, le très sobrement nommé Philippe Katerine. Tout le monde s’extasie, la presse s’emballe, « Katerine président! » entend-on un peu peu partout, des clubbings de Mulhouse aux rédactions peuplées par les quarantenaires mal baisées. Il a de la chance Philippe, finies les années loose à pleurer des chansons tristes pour trois pékins moyens, son hold-up du Louxor clair qu’il adore ouais. Et puis il vous emmerde. « Pourquoi attendre la mort pour passer à la postérité ? » pense-t-il en faisant chauffer son Expresso dans la cafetière en forme de girafe – sa grande fierté qu’il dit, « bien plus que tout ses disques réunis ». Philippe soudain s’émeut, pense à Gainsbourg. Puis pète un coup, c’est drôle:

12. 55. Philippe Katerine griffonne quelques notes sur son calepin: « PENSER A ECRIRE UNE CHANSON JUSTE AVEC DES PETS ». Il était vraiment con ce Gainsbourg, pas la peine d’attendre la soixantaine pour faire de la merde.

Depuis qu’il a fait son trou au rayon subversion populaire, élu artiste de l’année par toutes les gazettes flatulentes, Philippe n’a plus de limites. Ce n’est pas lui qui le dit, c’est l’hebdomadaire posé négligemment sur la table, avec sa gueule en couverture. Le chanteur remet sa mèche en place, allume un clope avec son briquet en forme de bite puis tourne les pages. Sans surprise, dix pages lui sont consacrées. Les photos sont biens, le papier élogieux. A force de s’emmerder dans son quotidien morose, le journaliste est parti comme les autres dans la quéquête de sens sur « cet artiste hors-norme qui désincarne à sa façon la France à Sarkozy, la Gaulle qui se redresse sur un premier jet». Katerine file pisser un bol en demandant si tout ça n’est finalement pas un peu trop gros. « Tiens salut Jeanne! », sa compagne Pamela vient de finir son gros popo.

14.07. Philippe Katerine a l’idée du siècle en matant sa photo de Marcel Duchamp, agrafé au plafond. Son prochain disque se nommera Initials P.K., d’ailleurs il est déjà en train d’écrire les paroles de la chanson d’ouverture: Chanson d’ouverture écrite avec des mots qui parlent de mon nouvel album. Philippe maintenant c’est l’expert, le pro, le Maradona des mises en abime. Eclair de génie, Katerine envoie un texto à son ami Gonzales: « HELLO CHILLY, TU ME PRÊTERAIS TON CHIEN POUR LUI FAIRE ENREGISTRER UN FEATURING? J’AI DEJA LE TITRE: « VIE DE CHIEN »

Mince, déjà quinze heures. Le petit Philippe enfile un slip et un lycra, Tania Bruna-Rosso et Mouloud – tiens on dirait une girafe elle aussi, et lui un petit éléphant, penser à leur dire – débarquent dans vingt minutes et l’appartement est encore propre, il faut tout foutre en bordel et pisser sur les murs. Dure dure la vie d’artiste, quand on a mis son phallus dans la prise. Fin d’interview, Tania et Momo sont heureux, « tout est dans la boite! », Katerine a pris son air le plus touchant pour convaincre son audience: « mon plus grand rêve ce serait d’avoir un cône à la fraise à la place du sexe pour pouvoir me le lécher, toute la journée ». A force d’être simultanément Dr Jekyll et Mister Aïe, Philou en fait des tonnes. « Plus c’est gras, plus ça passe », il se marre. Ce soir, direction les plateaux TV pour l’album de la semaine. « Chérie, est-ce que t’as pu laver mes bananes? Faut que j’me barre et j’suis déjà à la bourre ». Ne pas Gainsbourg qui veut.

16.58. Comme tous les soirs, le Lorenzaccio des tartes à la crème endossera son costume, fait de caca et d’alphabets retournés. La France le regarde, lui l’ancien crooner des salles municipales, le gamin bourré d’acné aux cheveux plats. « Une belle revanche sur la vie » comme le souligne Télé 7 jours cette semaine, « un délice de Chantilly pour les dandys fouettés » comme le disent bien les périodiques. « Je peux t’emprunter un Tampax, darling? J’aimerais bien chanter avec, ce soir ». Pas de soucis mon chéri, mais prends un pull rose, fais un peu froid dehors. Sur le pas de la porte, Philippe compose le numéro de sa fille, il le connait par coeur et a déjà prévu d’en faire une chanson aussi. Il est un peu stressé le quadra, en tapant les numéros sur son Nokia:

– Allo-Rigan, ici-boulette, ah ah ah! Ca va? T’as aimé mes nouvelle chansons? Oui? Ah super. Et la 6, tu l’aimes, oui c’est celle avec les bruits d’animaux et le klaxon de ton camion pompier, ah très bien, ok, j’appelle mon label pour leur dire qu’on va l’enregistrer alors. Plein de gros bisous, oui, moi aussi, oui, des bisous hein.

Docteur Folamour de la chanson à texte ou petit trublion des marées basses, Katerine est finalement devenu un héros pour les paraplégiques et la France de Luis Régo. A l’intérieur de son cerveau, une trottinette qui pédale en roue libre. « Plus c’est gros, plus ça passe » qu’il répète encore. Certains jours, j’aimerais vraiment qu’on en finisse avec le second degré.

Illustration: Weekly Horrors
http://www.weeklyhorrors.be/


  •  
  •  
  •  
  •  

38 commentaires

  1. Pas écouté son dernier disque, n’ai pas eu le bonhomme entre quatre yeux, mais une question me turlupine (non non non, pas de blagounette, rien que du fi(r)st degré) : qu’est ce qui te fait le plus chier : qu’il ait du succès ou qu’il fasse des mauvaises chansons ? Je m’explique : on peut lui reprocher beaucoup de choses, ne pas aimer ce qu’il fait, mais il faut lui reconnaître le constance. Il a pas attendu Louxor pour chanter des âneries. Drôle ou pas, c’est un autre débat (non non non, pas de joke). Enfin voilà, quoi.

  2. Il vend des diks, c’est clair.

    Moi ce mec me rappelle Jordy, comme lui il vend des diks, ok, et comme lui il dénonce une réalité difficile (“Dur dur d’être bébé” n’est-ce pas là un hymne à l’indépendance?).

    Franchement, là où ça a dérapé, c’est quand on a commencé à la prendre pour Boris Vian la Katherine… comme Sfar ou Pascal Clark.

    Ce mec c’est un rigolo. Qui chante pas si mal que ça (ouais, j’aime bien sa voix, je l’ai vu aux Transmusicales de Rennes y a quelques années, ça passe, le bonhomme m’a fait marrer) et qui sait trouver des instrus efficaces et propres à mettre sous ses couplets rigolos-golios.

    Mais la couverture des Inrocks, le sacré Chanteur rebelle mal pensant et mal poli des années 2010. C’est un peu abusif.

  3. Suite à ce post je rêverais d’1 itw Bstr-Pk…
    Plus sur le détail, qu’est ce qui t’as vraiment traumatisé à Mulhouse? Tout?
    Tchuss.
    R

  4. Totalement d’accord avec Maadiar, ça commence à déconner sec sur le biopic de Gainsbourg. Katerine c’est (pour moi) le talent mal assumé qui préfère péter sur les toiles cirées plutôt que remplir des salles à 200 personnes. C’est un point de vue qui se défend, mais hurler au génie parce qu’un chanteur décomplexé fait à peu près tout et n’importe quoi, n’importe comment, sur 24 chansons pour le centre aéré, non. Ca touche au paroxysme du Do It Yourself, cette notion detestable d’un artiste contre le système qui truffe son disque de second degré sous couvert d’une étiquette Indie-Bon genre.

  5. Belle itw ciselée comme d’hab sylvain, je n’en avais pas connaissance…grand merci. Cette itw fait dire que pour ce genre de personnage, le plus grand danger est bel et bien de devenir la propre caricature de soi même…un peu comme Doré…et s’éloigner de son moi profond et authentique (sans intention aucune de faire du nietzsche)

  6. un peu déçu par l’album de philippe katherine. ya pas mal de chansons où il se contente de répéter deux phrases. difficile d’en faire un album de chevet. le type est quand même comique, c’est donc dommage qu’il n’ait pas écrit de paroles. il n’avait même pas à les travailler, vu qu’il peut sortir dix conneries par secondes. c’est donc pas de la flemme, mais un choix étrangement régressif.

  7. De la dissonance. Je trouve l’album PK bon et le personnage PK bienvenu dans notre présent comme un poil pubien dans la soupe du chien.
    Qu’il utilise peu de mots importe peu, ça tape mieux, comme des mantra pour halte garderie. Qu’il n’ait qu’une idée par morceau (aucune, diront certains) me convient. Il dépouille la crevette et ne garde que la tête.
    Il ne fait pas le malin, le comique ou le golio. Il est au delà, au dessus, en dessous, en dedans, bien profond.
    Il rend toute critique inutile, il est hors jeu, hors champ, hors concours. Il rend caduque toute tentative de classification, de normalisation.
    Sur le fond il a raison : on veut tous des bisous et ça nous emmerde d’aller travailler, encore plus de zoner dans les supermarchés. Sur la forme, chacun est libre d’adhérer ou pas, mais quelque uns de ces nouveaux morceaux sont de petites bombes pop vicieuses, ça se voit comme la bite au milieu de la figure.
    Régressif oui, mais en cette époque où ceux qui nous gouvernent ne font que remuer la merde, je trouve ça plutôt sain. PK ne se veut pas subversif ou provoc, ce qu’il produit est simple et plus fort que lui. Il ose et il s’en branle et il jouit sur nos têtes ethnocentrées.
    Enfin, désolé Bester, mais pour une fois ton article est pénible à lire, bourré de ce fameux second degré que tu dénonces à la fin.
    D’ailleurs PK ne manie pas le second degré, il est bien au premier, il a tout juste et ce n’est pas trop valorisant pour nous autres “genre humain de goût, rebelle et pensant” ; c’est peut être ça qui vous dérange ?

  8. Votre article n’a aucune distance. Elle sent l’ethnocentrisme parisien métropolitain. Quelle haine ! J’écoute Katerine depuis plus de 15 ans, il était plus mince et arborait un look mod. Ces ritournelles pop, sa pose désengagée et spontanée marquent.
    J’étais présent lors de l’un de ses concerts à Marseille et pendant une représentation en Avignon, mélange de danse contemporaine et de sa pitrerie.
    Le fait de parler d’animateurs de télé montre votre culture pauvre et instantanée.
    Katerine n’est pas génial, il est rafraichissant.
    Cela fait du bien.

  9. cher hank
    ok tu ne peux ne pas être d’accord avec la forme de cet article. j’avoue que de mon côté que je n’ai ni tranché sur le sujet ,ni même tranché sur l’album en question. Par contre je ne vois pas en quoi faire savoir que tu écoutes cet artiste depuis quinze ans et qu’il arborait à une certaine époque un look mod apporte au débat ? On s’en fout un peu non ?
    veux tu dire qu’un mec habillé mod détient une forme de vérité ? Le cardigan est-il un vêtement preuve de talent ?
    j’ai rencontré pas mal de néo mods dans ma petite vie et on m’affuble parfois de cette case et franchement je n’ai pas réellement ressenti une intelligence ou une sensibilité supérieure chez ces gens qui au demeurant serait scandalisé de savoir que l’on pense Katerine comme faisant parti de leur clique d’étriqués

    pour ce qui est de la tv, il est clair que PK fait le tour des popotes ( et bien lui en fasse) mais je ne pense pas que l’ami bester manque de culture, il met simplement en abîme les gimmicks de katerine pour amuser la galerie. c’est ce que l’on appelle dans le jargon être un bon client et ça peut très vite devenir lassant. perso je ne suis pas encore en zone rouge avec katerine mais la systématisation du processus pourrait aussi mener à Carlos ( le fils de Dolto hein…) version trop décalé

  10. A part ça, je vous ai déjà parlé de la fois où j’ai vomi sur ma télécommande et l’ai passé sous l’eau pour la nettoyer? Une super histoire hein, à la fin je me suis rendu compte que j’avais cassé ma télécommande en la passant sous l’eau. La vie est vraiment mal faite.

    Tout cela pour dire que dans la vie on n’a pas toujours ce qu’on veut. Et qu’on la passe souvent à chercher à ce qu’on n’a pas.

    Ah et aussi qu’un tien vaut mieux que deux tu l’auras.
    Et que le dernier disque de Katerine mériterait aussi d’être passé sous l’eau.

    Maintenant je retourne à mes musiques sérieuses d’homme frustré par le courant tempéré de la vie moderne, merci d’éteindre la musique en partant.

  11. non moi j’ai comme Katerine un petit 3 ans d’âge mental ( c’est lui qui le dit) ce qui permet donc de te pisser allègrement dessus

  12. Hank, merci de me donner 21 ans, c’est flatteur.
    En fait j’en ai 13 et je vis encore chez mes parents – comme Katerine tiens! Bon allez là je dois vraiment filer, j’ai école!

  13. J’ai trouvé la prestation de PK chez Taddéï hier soir absolument ridiculissime et merdiquissime. Ce mec existe musicalement par la connerie, c’est un positionnement, cela se respecte, cela marche, cela fait vivre l’industrie. C’est par ailleurs une posture philosophique intéressante que d’interpréter ou d’incarner le vide de nos êtres, ce que nous sommes profondément. Il utilise aussi un véhicule adapté qui est la pop moderne pour accompagner ce vide lyrique et psychologique. Enfin il annonce la couleur avec son première hit (“Mais je suis une merde et je vous emmerde…”) ce qui le rend quasi-inattaquable. En bref ce mec est quand même assez génial mais si ce qu’il fait est abyssalement nul, ce qui n’enlève pas un certain côté jouissif lié à l’expression assumée de la nullité.

  14. En tout cas sa tournée “Robots” avec les Little Rabbits était super : musicale, rock’n’roll et drôle.
    et pourtant l’album était pas formidable à la base.
    a découvrir sur scène donc ?

    problème, depuis Robots qui était encore ok de ce pointe de vue, il a sans doute fait un pas (de trop) vers un album “humoristique” (école didier super / Anais) : c’est drôle la première fois, rigolo la 2e , lassant ensuite… donc ça vieillit mal.

    Rq : moi aussi je mettrais bien des fessées à Jeanne Balibar (surtout pour qu’elle arrête de chanter)

  15. c’est vrai mais plus profond dans le colon et surtout nu sur la plage
    sinon zézette j’ai toujours un tube de vaseline(s) à dispo pour toi …
    il y a vraiment des acharnés du commentaire gratuit et pour qu’enfin on arrive à une belle unité et une cohérence dans le propos, je pense que vous devriez fonder un club. C’est bien connu à plus de deux la connerie est exponentielle.
    vous pourriez vous réunir et écrire des commentaires que l’on publierait d’un coup d’un seul, un genre d’apothéose ordurier

    si si je vous assure ça me ferait plaisir mais ce doit être parce que j’ai des déviances sexuelles qui me tarabustent le cerveau et des bananes qui me titillent le gros intestin

  16. Vous ne croyez pas si bien dire, c’est l’une des trois chansons potables sur ce disque. A l’inverse, une simple écoute des 21 autres chansons ridiculise votre commentaire.

  17. Après une deuxième écoute, il n’y a pas grand chose à sauver.
    Malgré les refrains débiles, quelques tournures pop à la Kinks, déconnantes et sérieuses à la fois, touchantes et rocks, peuvent rester.

  18. En tout cas il aura le mérite de faire couler de l'”encre”… Même chez Gonzaï… Et tout ça avec une musique qui ne prétend pas être plus que ce qu’elle est : de la merde en barre ; à mon avis ça le f’rait marrer d’ailleurs…

  19. Très déçu par cet article relativement faible poursuivi d’un style médiocre du niveau des lyrics de katerine dans son dernier album.
    C’est le genre d’article qui doit l’inspirer.

    Et je suis sur que si on en parlait pas partout dans les médias gonzaï aurait été les premiers à soutenir ce projet, ne serait-ce que par l’intelligence de l’arnaque déployée.

    La musique de katerine est une musique de ressentis, sans prétention et pleine de liberté, choses trop rares aujourd’hui.

    Plutôt que de vous évertuer à descendre ce mec, qui n’a rien a prouver, vous feriez mieux de reconnaitre que ca fait du bien de voir que ce genre de projets expérimentaux peuvent s’imposer au grand public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.