FOXYGEN
Lavoisier avait raison

La force des disques de grands cambrioleurs, c’est qu’il est impossible de remarquer l’effraction, impossible de savoir où se finit le plagiat et où débute la véritable partie originale. De ce point de vue, le cas Foxygen est remarquable. Disque de faussaire ou de faux fossoyeurs, leur “We are the 21th Century Ambassadors of Peace and Magic” confirme surtout que les lois de la physique s’appliquent aussi au Rock’n’Roll.
Lire l'Article
Partager

DEUX [1982-2013]
Le minimal se fait la malle

Le décès voilà quelques jours de Gérard Pelletier à l’âge de 60 ans marque la fin d’un rêve synthétique imaginé trente ans plus tôt par son groupe Deux, duo synth-pop à la française en avance sur son temps et qui, du coup, n’a jamais connu son heure de gloire. Comme toute une génération de jeunes musiciens semble se réveiller aujourd’hui avec un synthé sous l’oreiller sans pour autant rendre à César ses lauriers, Gonzaï ressort des cartons une interview de Deux, mis en boite voilà cinq ans pour la réédition d’ « Agglomerat ».
Lire l'Article
Partager

FAIRHORNS
Comme Beak au rasoir

Son look de fils ainé de la famille Adams ayant trop trainé au cyber café ne plaide pas en sa faveur, mais Matt Williams a su trouver en Beak une famille d’adoption où porter les cheveux gras et collectionner les synthés pourris n’est pas synonyme de déshéritage. Avec son projet solo nommé Fairhorns, le clavier fou de Geoff Barrow repousse les limites de l’inaudible, du moins pour ceux ayant découvert le solfège grâce à Nagui et NRJ.

Lire l'Article
Partager

MUSTANG REPREND
Des reprises pour éviter la méprise

Échaudés par le succès tout confidentiel de leur « Tabou » sorti l’année dernière, les rois mages gominés redonnent des signes de vie avec un EP de reprises de chansons françaises qui s’il ne tordra pas le cou aux mauvaises langues (sic), permettra au moins de prouver que nulle besoin de regarder vers l’Amérique pour trouver la bonne étoile du Berger, comme dirait Sheila.
Lire l'Article
Partager

MATTHIEU CHEDID
Je dis haine

Rarement dans l’histoire du rock français on aura vu tant de fausse modestie mise au service d’un tél égo. Au fur et à mesure que la consonne grossit sur les affiches, le mojo tant vanté se dilue inlassablement dans un grand vide interstellaire composé de caissières en manque d’amour, de jeunes parents accros au Feng shui et d’adolescentes en quête d’un monde plus vert. Et m….
Lire l'Article
Partager

BRYAN FERRY ORCHESTRA
The Jazz Age

« Après quarante années à faire des disques, à la fois en solo et avec Roxy Music, j’ai pensé qu’il serait intéressant de revisiter quelques-unes de ces chansons, de les approcher de façon instrumentale (…) et d’apporter une nouvelle vie à ces chansons, une vie sans mots ». Ça commence comme ça, avec les notes d’une pochette infâme qui n’augure de rien de bon, à moins que l’idée d’écouter des reprises de Roxy Music en mode salon de thé dansant des années 20 ne vous excite davantage qu’un nouvel album soporifique de Brian Eno. Ce qui mérite une discussion, petit doigt levé, en trempant la madeleine de Proust dans ce « Jazz Age » aux couleurs sépia.
Lire l'Article
Partager
La playmate du mois

BABA SCHOLAE
69, année erratique

Dans sa biographie mormone consacrée à Jerry Lee Lewis, Nick Tosches remonte à la source du terme « revival », défini par l’écrivain complétiste comme « une réunion religieuse destinée à raviver la foi et organisée aux États-Unis par les prédicateurs itinérants ». En ces temps de nostalgie collective où la moindre veste à franges et la première des reliques de collectionneur se voient affublées du terme « vintage », la sortie post-mortem du disque de Baba Scholae, quarante ans après son enregistrement, est l’occasion de rappeler que pour les croyants et les rockeurs français, il y a parfois une vie après la mort.
Lire l'Article
Partager

GONZAÏ X
Avec Jeremy Jay, Black Devil Disco Club, Bataille Solaire et Cargo

À 48 h d’une fin du monde qu’on attendra davantage qu’un nouveau livre écrit sur du papier Kleenex par Beigbeder, Gonzaï fête Noël et tout un tas d’autres conneries – le lancement de son magazine en janvier, par exemple – avec une dixième soirée dédiée aux danseurs solitaires. Rendez-vous le 19 décembre au Saint-Ex de Bordeaux pour Jeremy Jay et Cargo, puis le lendemain à la Maroquinerie pour le même Jay accompagné par Black Devil Disco Club et, apocalypse oblige, Bataille Solaire.
Lire l'Article
Partager

PIERRE HENRY
Kermesse pour le temps qui passe

Pour sa septième édition, l’excellent festival d’Automne en Normandie avait décidé de rendre hommage au père de la musique concrète en invitant celui qui ressemble désormais davantage à Santa Claus qu’à l’auteur de « Psyché Rock ». À 85 ans, Pierre Henry s’était donné comme objectif de revisiter sa carrière avec une création originale nommée « Le Fil de la vie », qui eut surtout pour résultat de le faire perdre. Récit d’une soirée dans un trou noir. Ou normand.
Lire l'Article
Partager

MELODY’S ECHO CHAMBER
Quand le Tame n’Impala, les souris dansent

Le deuxième album de Tame Impala nous a tous empapaouté. Maintenant que « Lonerism » squatte la playlist iTunes section « musique de pub pour bagnoles » des agences de com’ tenues d’une main molle par des trentenaires prenant des nouvelles du monde via GQ ou le dernier sketch de Mouloud Achour, on peut bien s’avouer que Kevin Parker nous a fait un bébé dans le dos. Nom de code du beau cocufiage : Melody Prochet.
Lire l'Article
Partager