Connect
To Top

TWIN PEAKS NE GRANDIRA JAMAIS

Dans cette interview sans filtre et 100% honnête, les nombreux "Fuck" et autres "Shit" prononcés ont été préservés pour montrer à quel point les mecs de Twin Peaks sont au moins aussi mongolo que les Black Lips à leur grande époque.

Moyenne d’âge : 22 ans, et le monde semble à leurs pieds. La joyeuse bande de Chicago qui a commencé à jouer ensemble en 2012 a depuis décroché l’université pour se consacrer pleinement à leur musique ; comme dans toute bonne histoire de groupe de rock qui se respecte. Ils ont récemment foulé les scènes françaises pour promouvoir leur dernier album, en ouvrant pour Cage the Elephant. L’occasion d’en apprendre un peu plus sur ces piles électriques qui aiment beaucoup la bière. Et aussi dire beaucoup de conneries.

redeye-twin-peaks-chicago-interview-down-in-heaven-20160509

Avant de parler de votre musique, j’ai vu que vous avez créé votre propre bière pour le Pitchfork Festival à Chicago. Elle avait quel goût ?

Cadien : C’était une bière mexicaine, façon Corona. Une bière que tu peux boire à toute heure de la journée en plein été, douce et forte à la fois.

Jack : Elle faisait genre 7° ouais. Ces dernières années il y a pas mal de bières bien amères et dégueulasses qui sont fabriquées. C’est de la merde. On voulait quelque chose de buvable en toute condition, comme savent le faire les mexicains.

Il vous en reste encore ou vous avez tout bu ?

Jack : C’était juste pour le Pitchfork. On avait monté une guinguette où on les vendait pendant le festival. C’était un one-shot, désolé mec !

Cadien : Il m’en reste quelques une dans mon frigo, en souvenir, mais elles ne sont pas à vendre !

Vous vouliez faire de la concurrence aux bières d’AC/DC et d’Iron Maiden ?

Jack : AC/DC ont leur propre bière ? C’est pas vrai…

Cadien : Elle est bonne ?

On ne peut pas vraiment dire ça…

Cadien : On pourrait en refaire, mais c’est clairement pas une affaire rentable cette histoire-là. C’était pour le délire, comme pas mal de choses qu’on fait au final. Si tu regardes bien on a un sacré stand merchandising. T’en connais beaucoup des groupes qui vendent des feuilles slims à leur effigie ?

Vous détestez quand on essaie de définir votre groupe. Donc, selon vos propres mots : c’est quoi Twin Peaks ?

Cadien : On est un putain de groupe de Rock’n’Roll old-school, un peu garage et punk sur les bords.

Vous chantez tous dans le groupe, mais qui écrit ?

Cadien : Tout le monde écrit.

Jack : Et tout le monde chante.

Vous êtes des génies en fait, c’est ça ?

Cadien : Non ! Le génie c’est surtout Colin, notre claviériste, qui peut jouer des tonnes de putain d’instruments.

Ça fait quoi de commencer à enregistrer sur Garageband en étant même pas majeurs, et de se retrouver maintenant à travailler avec John Agnello (Sonic Youth, Dinosaur Jr…) ?

Cadien : John Agnello est un sacré gars. Il a mixé notre dernier album. L’enregistrement, on l’a fait nous-même, en utilisant Ableton. J’avais plutôt l’habitude d’utiliser Garageband, mais mon Mac de merde date de 2004 et il est complètement niqué.

Jack : Moi j’ai encore Garageband sur mon ordi, je peux te le prêter si tu veux.

Il reste des traces de vos premières démos sur Internet ? Ou vous avez tout supprimé ?

Cadien : […]

Il va falloir que je checke toutes vos vidéos de 2007 sur Youtube c’est ça ?

Cadien : Si tu tapes mon nom sur Google, tu pourras trouver quelques vieilles reprises des Black Lips que j’ai fait pour déconner. Je dois avoir une putain de tête de gamin dessus…

Jack : Putain mec, tu m’avais caché ça, c’est dingue…

Cadien : Mais maintenant je suis un homme nouveau !

Les Rolling Stones ont enregistré « Exile on Main Street » sur la French Riviera. Vous avez fait un peu la même pour « Down in Heaven » dans une maison au Massachusetts. Comment ça s’est produit ?

Cadien : Au départ c’était une putain de blague. On parlait d’aller quelque part, de louer une maison, pour se poser et enregistrer dans un cadre plutôt sympa. On délirait en essayant de trouver quel serait le meilleur endroit, on se faisait des films. En déconnant, des amis ont entendu la discussion, et on nous a proposé de venir dans le Massachusetts en nous disant : « Vous avez juste à ramener à boire et de la bouffe, et la baraque est à vous ». On y est allé direct, pour deux sessions de deux semaines en plein été. Et ça a donné ce putain d’album.

Vous détestez aussi que les gens vous disent que vous devenez matures après chaque album. Resterez-vous jeunes et cons pour toujours ?

Clay : J’espère ! En tout cas, personnellement, je commence à me sentir un peu vieux. Après la majorité, tout le monde se sent bizarre. Tu es censé avoir grandi, être responsable et te ranger dans une case… C’est pour ça qu’on fait de la musique ! On espère que ça va durer longtemps.

Cadien : La clef de la jeunesse, c’est d’être intelligent, d’avoir de la chance, de ne pas être trop pressé mais de ne pas trop attendre non plus.

Le site plus ou moins officiel

1 Comment

  1. narta!

    22 février 2017 at 14 h 52 min

    ! kall the dentists! any!

Laisser un commentaire

A lire aussi

  • Vanishing Twin au pays des amphibiens

    À l’heure où plus personne n’a les yeux rivés sur l’Angleterre pour savoir quelle est la météo musicale de...

    Jeffers Waldo16 juillet 2017
  • La vie, c’est Phew quand on y pense

    On a trop tendance à coincer la splendide voix de Phew quelque part entre la pop japonaise gothique, le krautrock et...

    Grégoire Bressac5 juillet 2017
  • Pond, du kangourou au pachyderme

    Futur leader de stade derrière leur grand frère Tame Impala, Pond est sûrement un de ces groupes australiens dont...

    Jeffers Waldo3 juillet 2017