Connect
To Top

MOTÖRHEAD, INTERVIEW
Entre routine et intégrité

En 35 ans, Motörhead n’a rien révolutionné. Motörhead est juste resté Motorhëad. Une basse, la figure de proue Lemmy Kilmister qui castagne au médiator, une guitare qui fait saigner du nez et puis une batterie aussi. Rapide, mécanique, une violence mitraillée qui baffe les tempes à l’endroit où ça ne fait pas que du bien. Depuis Bastards (1993), c’est Mikkey Dee, quatrième batteur, suédois (blond), qui caracole derrière les futs. Être le successeur de fou Phil l’Animal Taylor, et qu’est ce que ça fait ?

Sortie du 21ème album The World Is Yours, début d’une tournée, et Motörhead reste cette machine rodée, cette locomotive à watts. Ils sont increvables, Lemmy est le pire. 64 ans, les pattes taillées en orfèvre et le métabolisme branché non-stop sur whisky cola, le vieux de la vieille trace un pan de l’histoire du hard. Un DVD justement intitulé Lemmy sort, consacré à sa longue carrière et expose les témoignages d’une ribambelle de guests fans (Dave Grohl, Slash, Steve Vai) qui répètent en cœur à quel point il est Dieu. Pour l’histoire, le frontman aura fondé le groupe avec deux inconnus virés après quelques mois de galère et aussitôt remplacés par « Fast » Eddie Clarke à la guitare et Phil « Philthy Animal » Taylor à la batterie. C’est cette combinaison qui hissera Motörhead au rang d’illustre groupe hardos avec les mythiques Overkill (1979), Bomber (1979) et Aces Of Spades (1980). Des albums joués et rejoués sur scène, quelle que soit leur formation. Aujourd’hui, Lemmy est entouré de Phil Campbell à la guitare et de Mikkey Dee, batteur pour son dixième album avec le groupe. Tout le monde connait Lemmy, et Motörhead, comme marque de fabrique au moins. Mais moins Mikkey. On a voulu l’interviewer lui. Enfin, on n’a eu que lui.

Alors, Mikkey Dee, vous auriez voulu faire les premiers albums de Motörhead ? Comment on rejoint ces gars-là ?

On m’a proposé de rejoindre le groupe en 86, en 89, en 90,  je ne l’ai rejoint qu’en 92. Je n’étais pas prêt au début… Si je les avais rejoints avant j’aurais été éjecté. Mais j’ai vite compris quel genre de groupe était Motörhead. Il y a eu plusieurs formations, initiales, du milieu, et maintenant c’est nous. Mais Motörhead n’a pas une partie plus importante qu’une autre. Ce sont surtout des pics, en haut ou en bas, des moments critiques. Moi je suis heureux d’être rentré quand j’y suis rentré. Peut-être qu’il y aura une autre formation après nous mais… Lemmy aura 150 ans!

Qu’est ce qui a fait le succès de Motörhead et qui fait que ça marche toujours ?

Constance et honnêteté. Lemmy ne se ment pas à lui-même ou au reste du groupe. Et nous ne nous compromettons pas avec notre musique. Les jeunes me disent « c’est facile pour toi Mikkey, tu es dans Motörhead. » Oui, stupid idiot, évidemment ,mais comment crois-tu qu’on en soit arrivé là ? On n’a pas changé notre musique pour faire de l’argent, on joue ce qu’on a toujours joué, et ça colle toujours. Si les jeunes générations viennent voir nos shows, c’est parce que les kids aujourd’hui savent aussi faire la différence entre quelque chose de sincère ou non.

L’ombre de la légende ? Lemmy ou lui se passeraient bien de la notoriété. La gloire est juste nécessaire, pour le groupe. « Mais, petit gars, si tu es Harry Potter avec sa putain de baguette magique et que tu peux m’ôter ma célébrité, vas-y ». Mikkey n’a pas fondé la boutique, et plutôt humble, il reconnait que le devant de la scène reste la place attitrée de Lemmy, que Lemmy EST Motörhead. « Je ne me cache pas derrière lui, j’essaie de faire face derrière ma batterie, ce qui est plus compliqué. Mais c’est important d’avoir une image solide ». Qu’est ce qu’un ancien batteur de groupe de trash (King Diamond, ndlr) a pu apporter aux gros bonnets de Motörhead ? Beaucoup. Quand Mikkey arrive dans le band, deux choix s’offrent à lui : remplacer Phil l’Animal Taylor ou faire entrer Mikkey Dee dans Motörhead. Il choisit la réponse B et apporte une nouvelle batterie. Mikkey est un phénomène en ce point que les fans l’acceptent vite. Surement grâce à son discours sans ambiguïté aussi : « je suis Mikkey Dee, je vais changer le groupe et vous allez aimer. Ou pas ». Là où d’autres se seront pétés les dents, Mr Dee réussit à convaincre. Pete Gill par exemple, batteur sur Orgasmatron (1986) se fait très vite expulser, et Phil Taylor doit reprendre le contrôle des futs sur trois albums jusqu’à Bastards (1993), excellent premier album du Mikkey batteur. Brian Robertson, guitariste pour Thin Lizzy, n’est qu’un autre exemple de l’alchimie qui tombe à l’eau entre les membres du crew Motörhead. Citez des groupes de hard dont le nom commence par « M », ils sont là. Mikkey fait partie de ce qu’on appelle un groupe de légende. A ça, deux raisons : constance et intégrité. Mais Motörhead, est-ce que c’est comme tout, était-ce mieux avant ? Mikkey regrette quelques petits détails anodins : Deep Purple, Thin Lizzy, Black Sabbath… Et puis, religion oblige, il regrette d’avoir cassé une chambre d’hôtel aussi : « ça m’avait couté 400 dollars, alors que je n’avais pas d’argent à l’époque (Rires), c’était en 86 ou 87, je ne me souviens plus. » Mais pour sa carrière, sa bonne étoile a été cool à toujours lui soufflé le bon aiguillage : « quand j’ai quitté King Diamond, puis quand j’ai rejoint Motörhead, à chaque fois j’ai su bouger vers quelque chose d’autre parce que c’était le bon moment. Et j’ai eu la chance de faire des décisions 100% justes. A chaque fois, j’ai juste écouté mon cœur. Et pour Motörhead, je ne suis pas si nostalgique, je suis dedans, je vais de l’avant. Je laisse la nostalgie à d’autres. »

Mikkey Dee, coupe l’interview au bout de quinze minutes vingt-sept. Et je suis reconnaissant pour le rab’. Il doit en avoir marre qu’on lui parle des années 80. Insolent, je lui demande s’il a peur de la routine en partant. La réponse oscille, entre le oui et le non. Enregistrer régulièrement, partir en tournée… Motörhead doit rester Motörhead. Et la routine, comme un devoir, devient fidélité.

http://www.myspace.com/motorhead
Motörhead // The World is Yours // EMI

2 Comments

  1. Pingback: LEMMY ::: Documenteur en poker mentor | Gonzai

  2. malandain

    20 mai 2011 at 22 h 05 min

    comment fait tu pour jouer comme ca tu es un dieu de la batterie une question une de quel marque es ta batterie

Laisser un commentaire

A lire aussi