Off THE RECoRD
//////////5 MARS 2013

LA FEMME [INTERVIEW]
On peut rester amis mais je ne coucherai plus avec toi

La Femme et moi, c’est une histoire d’amour débutée en 2011 à Bordeaux dans un bar de type sud américain qui se nommait El Chicho. Elle m’avait fait des œillades avec son premier EP et j’avais eu envie de me la faire : sur la planche, elle était sexy. Là bas, l’atmosphère était irrespirable tant les gens étaient nombreux pour une si petite cave et les briquets ne s’allumaient plus parce qu’on était en manque d’oxygène.

Si je raconte cette histoire, c’est parce que l’amour est depuis retombé. Le dernier EP en date ne m’émoustille plus autant que les précédents. Sans doute parce que, selon ses membres « les morceaux présents sur l’EP comme « Hypsoline » ou « It’s time to wake up » ont été écrits il y a déjà plus d’un an ». Ouais, peut être. Sauf qu’en vérité, j’ai eu des doutes, sincères, sur l’intégrité du bail : après avoir parlé d’ « indépendance » pendant si longtemps, ont-ils après cette fameuse tournée américaine cédé au chant des sirènes (plutôt légitimes, puisqu’on parle de surfeurs de Biarritz) ? Et si finalement, après le carton du premier EP chez Third Side repressé deux fois, La Femme voulait-elle simplement sortir de sa cuisine, et vendre plus de disques ? Entre flemme et flamme, le coeur balance. Deux ans après notre rencontre souterraine, on a fini par se retrouver.

femmeband

Salut La Femme, j’ai jamais compris combien vous étiez au total, dans le groupe.

À la louche, une petite dizaine. On est un groupe à géométrie variable.

Comment va Mystère, ce mystérieux groupe tout droit sorti des années 60 dont personne n’a jamais vu les membres ?

On sait pas, on ne sait ni qui ils sont, ni où ils sont.

Okay, fin des politesses et autres banalités : ça va faire environ deux ans que l’on attend une vraie sortie. Un album quoi, et vous semblez avoir depuis un moment assez de matière pour sortir quelque chose de ce genre. Alors pourquoi un troisième EP ?

On voulait signaler qu’on revenait. L’album est prévu pour le 8 avril, on sait pas encore si on va faire un gros album ou alors un truc un peu plus court, parce qu’en gros les morceaux font entre quatre et huit minutes. Il y en a seize environ, ce ne sont que des longs morceaux et quand tu l’écoutes, eh bah, ça fait un gros truc. On peut même pas le faire en vinyle. Faudrait le réduire à quarante minutes pour ça….  du coup on sait pas si on fait une version courte et une version « deluxe » avec tous les morceaux. Genre un de onze titres.

On passe dans une nouvelle ère ? Fini les sorties à 500 exemplaires ?

Le prochain EP on va le faire à 500, ou 1000, faut voir, et après c’est Born Bad qui presse l’album, donc je ne sais pas, 500 exemplaire ouais, toujours, après ça dépend du vinyle. 500 c’est cool.

307463_10151318232268752_1090948676_n

Dans ce cas, pourquoi cette signature chez Barclay ? Vous ne vouliez pas rester indépendants ?

Attends, attends attends, on n’est pas en contrat « artiste » mais sous licence. En gros tu as deux types de contrats, artiste et licence. Quand t’es en « artiste » on t’avance toute la thune mais en contrepartie tu dois en permanence te plier aux exigences de la maison de disques. Nous ce qu’on voulait, c’était garder notre indépendance dans ce qu’on joue et être le plus visible possible tant sur la promo qu’au niveau de la distribution. On est avec Barclay uniquement pour la France. Pour le reste on passe par notre boite, les Disques pointus. Gérer la promo et la distribution, on aurait pu le faire nous même mais ça aurait impliqué de ne plus fumer, d’être vachement disciplinés et organisés et limite faire que ça, au détriment même de la musique. Et pour nous, c’était beaucoup trop compliqué. Depuis le début, on veut avoir le maximum d’exposition possible en mode HUGE, genre dans des énormes festivals avec une énorme main rouge derrière et des hélicoptères de l’armée. Le clip qu’on a tourné, même s’il est en autoproduit, reflète bien ce genre de délire. Faut gagner un minimum de ronds pour pouvoir se prendre pour Mickael Jackson. Et ça se fait plus dans les clips, les gens se filment juste en train de jouer. Des fois, on fait des montages à la con avec ce qu’on filme au quotidien mais parfois, quand la musique est trop marquée et qu’il y a une histoire qui se dégage, il faut savoir faire un méga film…avec un grand acteur italien.

La Femme // Nouvel EP chez Barclay (inclu le hit de l’été 2011 : Sur la plage)
https://www.facebook.com/lafemmeressort

29 commentaires

Montrer tous les (24 autres) commentaires

  1. Bob le flambeur

    Après l’interview récente de john cale par bastien , roger tu viens de gagner le prix de l’interview métro 20 minutes dont tout le monde se branle. Ceci n’est pas une pipe ? Ouais ben j’ai l’impression qu’il va falloir se terminer à la main. Que tu aimes ou pas l’album de ce groupe dont je me fous royal au passage, n’empêche quand même pas de faire une vraie interview et pas un post it sans intérêt. Je n’ai rien appris.

  2. William Burren

    D’un autre coté, ça change des papiers-fleuves, là on cherche la fin, on la trouve pas, après on essaye de comprendre ce qu’il y a sur la photo, ah oui une femme, logique. Moi je trouve que c’est un papier courageux, quoiqu’en même temps il y a un risque de Mezrahisme à ne pas négliger.

  3. Matt Oï

    T’inquiètes pas mon Roger, ça suffit amplement, non mais sans déconner on a pas besoin d’en savoir plus non? Moi je dis impec ( comme si j’avais le temps de me farcir toutes les interviews de 20 000 signets sur Gonzaï alors que j’en suis). Signé le bon flic.

  4. Matt Oï

    enfin c’est pas parce que j’en suis que j’ai pas le temps mais bon de manière générale c’est lourd de se tapper des interviews fleuves qd ça se résume à un simple jeu de ping-pong sans fin où l’interviewer cherche à savoir des trucs dont le lecteur se branle totalement (sans vouloir disqualifier les ITW avec un vrai fonds, mais bon pour la Femme ça me semble très adapté).

  5. Bob le flambeur

    Peut être bester que tu as raison mais en l’occurence j’en ai autant appris que dans un « trois questions à » dans les inrocks ( je ne sais pas si ça existe toujours cette rubrique je n’ai pas ouvert un de ces trucs depuis quelques années). Ce n’est pas qu’une question de longueur mais un question réponse ou on à 5 questions qui se battent en duel et dont la motié ont des réponses d’une ligne, je ne vois pas l’intérêt . D’autant qu’ aucune ne questionne réellement leur musique .

  6. BSTR

    Nan mais c’est bien de pouvoir se démonter entre confrères, je trouve ça très sain.
    Si j’avais été Roger, j’aurais même été plus loin en fait, j’aurais écrit un papier commençant ainsi :

    LA FEMME

    Puis j’aurais conclu avec :

    La FLEMME.

  7. Ping : PATRICK COUTIN [INTERVIEW] ::: Rythme haine blues | Gonzai

  8. Ping : FLORYGOLD, FRENCH RIVER ::: Du côté de la Californie française | Gonzai

  9. LAPALUS GROSNASIE

    allez c’est bon a 24 ans y’en a pas beaucoup qui en mène plus large qu’eux, arretez votre debat de journaleux ils ont posé leur couilles dans le « paysage musicale français » cha!

  10. Ping : DAFT PUNK ::: Critiques et perspectives de la musique populaire | Gonzai