Connect
To Top

C’EST BIEN C’EST NOUVEAU : THE VILLEJUIF UNDERGROUND

Souvent relégués au fond de top 10 d’artistes à suivre parrainés par des marques de téléphone, ils luttent contre 60 ans d’histoire pour se faire une place dans le cœur d’auditeurs qui croient avoir tout entendu. Aujourd’hui, parlons d'un groupe qui, au moment de choisir son nom, n’a pas john-calé sur l’humour.

En 2007, la France toute entière passait sous un tunnel quand sortit le premier album de My Sister Klaus, pourtant la meilleure imitation de Lou Reed avant que lui-même ne décide de s’auto-plagier parce qu’après tout on n’est jamais mieux desservi que par soi-même. On vous fait l’impasse sur les #RIPLouReed ; dix ans sont passés et hormis l’hommage emprunté (sic) de Foxygen à l’auteur de Coney Island Baby, on n’a rien vu passer hormis une nouvelle génération de kids (à prononcer en imitant Philippe Manœuvre) portant des T-Shirts du Velvet Underground en allant à des expos sur le Velvet Underground pour revivre la folie Velvet Underground avec une sorte de nostalgie, vous l’aurez compris, si ce n’est underground, du moins complètement conne.

Du coup, facile de dire qu’on attendait un homme pour relever le niveau. La lumière blanche vient aujourd’hui du 94. Et on l’avale (de Marne) d’autant plus difficilement que cette région parisienne ne s’était jusque là distinguée que pour son hôpital contre le cancer. Les dix morceaux de ‘Le métro Villejuif’, s’ils sont tellement surjoués à l’extrême qu’on s’attend parfois à voir Lou surgir de l’arrêt Louis Aragon (Ligne 7 pour les connaisseurs), restent tout de même assez rafraichissants pour le gamin de 18 ans qui regrette de n’être pas né à New York en 1969. Cette vision d’un monde tourné vers l’arrière est évidemment consternante à différents égards, mais ça vaut toujours mieux que de contempler la déliquescence de Moe Tucker ou cautionner le demi-bouc rose d’un John Cale bon pour l’euthanasie.

Que dire d’autre sur The Villejuif Underground ? Qu’ils sont potes avec le groupe Marietta, que leur album est déjà disponible en vinyle et qu’on attend avec impatience le prochain groupe d’Ile-de-France au nom détourné (Bobigny-Dylan, Get of my Saint-Cloud, Paris Hilton John ?).

https://sdzrecords.bandcamp.com/album/le-villejuif-underground

3 Comments

  1. Lou Raide

    7 juillet 2016 at 17 h 39 min

    Pas dégueus ces petits pédés de banlieue, et complètement cons, j’adore :)

  2. Patrice

    8 juillet 2016 at 10 h 07 min

    Article inutile pour disque magnifique

  3. Vous parlez pas avec moi

    8 juillet 2016 at 18 h 11 min

    Ce groupe est à chier, le refrain de la piste 10 est en français ?!?
    Enculés !

Laisser un commentaire

A lire aussi