White Denim ? La classe from Texas. And twice : c’est Fits. Suer dans son froc même pas en cuir, militer
White Denim ? La classe from Texas. And twice : c’est Fits. Suer dans son froc même pas en cuir, militer pour du Fits fucking, claquer des doigts et des dents : ce power trio fout la fièvre : plaidoyer sous 40°.

White Denim enfonce Black Keys, White Stripes (ah ! ah !), le rock anglais (ah ! ah !) et tout Brooklyn. Si si. Pas la peine de discuter. Ghinzu aussi, si vous y tenez.

La basse est énorme ! Elle te renverse ! Crochet au foie ! Elle pulse jusque dans tes chaussettes ! Mince alors ! Quel pied !

White Denim est urgent. Gracieux. Extatique. Sur les rails. White Denim c’est de la drogue. On avait pas entendu ça depuis quand ? Mirrored and reverse, c’est du road trip sous trip avec un métronome sous le capot et des gardes bouts partout. Paint yourself du swing à la sauce Marshall, trois notes à l’orgue et ça repart.

La batterie c’est Bonham téléchargeant le logiciel du jazz dans une fenêtre en matant des strings tendus A MORT dans une autre.

White Denim c’est rouler à 200 à l’heure. White Denim, c’est de la sueur. Radio Milk How Can You Stand It et All Consolation ouvrent leur disque et tes oreilles, basse et guitares y taillant les mêmes riffs. En tranches EPAISSES. Say what you want se paye le luxe de réinventer Whole lotta love avec volée d’arpèges au milieu et envolée psyché dans les secondes qui suivent. White Denim, c’est intenable.

La guitare Santanise, cytharise, Hendrixise et tout ce qui rime avec sixties, pour te coller des uppercuts en dessous de la ceinture.

On peut mourir en écoutant El hard attack Dcwyw, qui va trop vite trop longtemps. Acheter un billet d’avion pour les US avec Everybody somebody sur la platine. Et se demander si ce sont vraiment eux qui ont osé Regina hold hands : comment peut-on être à la fois sirupeux et classe ?

Enfin il y a Syncn. Dernier morceau de l’album, premier écouté. D’une subtilité rare de nos jours. D’une finesse impensable face au cliché du bouseux texan : sous la montagne de watts et les coups de fouet, se dessinent des rêveries fiévreuses. Car par dessus tout, White Denim, c’est touchant.

J’aurais voulu acheter ce disque.

www.myspace.com/whitedenimmusic

White Denim // Fits // Full Time Hobby (PIAS)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.