ROTARY TOWER
La vie après DC Recordings

C’est l’histoire d’un label anglais qui a failli tenir le monde entre ses mains. De 1995 à 2011, DC Recordings a façonné le son du trip hop londonien puis produit les meilleurs disque de novö disco du continent. Et puis un jour, plus rien. Comme les meilleurs bandits font souvent des mauvais joueurs, cette histoire ne s’arrête heureusement pas là.
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

THE OSCILLATION
« From Tomorrow » en écoute

Deux ans après « Veils », le trio anglais redonne des signes de vie avec une carte postale venue du futur. Lourdement timbré, « From Tomorrow » sent l’acide mal digéré, la fin du monde annoncée par des mayas en tenue de cosmonaute et ses neufs chansons délirantes sont à découvrir en exclu avec un tableau de Youri Gagarine shooté au RedBull en trame de fond.
Lire l'Article
Partager
Lire l'Article

HANDS IN THE DARK
Un label aux mains dans le cambouis

C’est l’histoire d’un type passionné de musique qui en rencontre un autre et qui, plutôt que de passer à sa vie à attendre qu’un son nouveau ne vienne, décide de prendre le destin par le cou pour lui faire cracher des notes au bassinet. Vous la connaissez déjà cette histoire ? Fondé en 2010 par Morgan et Onito, le label français Hands in The Dark profite du grand vide actuel – plus de magasins, plus d’argent, plus de clients – pour lui donner une nouvelle chute.
Lire l'Article
Partager

LUMERIANS
Transmissions From Telos: Vol. IV

Plusieurs hivers après la sortie du « Live at Dunwich » de Giallos Flame chez feu DC Recordings, les Américains de Lumerians apportent la réponse du berger US à la bergère anglaise avec un deuxième long format qui ferait certainement valser Maggie Thatcher sur sa chaise électrique si elle s’était enfoncé une fusée nucléaire au fin fond du cosmos intérieur.
Lire l'Article
Partager

PUBLICIST
Saturday Right Fever

En des temps pas si reculés que ça, la mouvance novo-discoïde avait, le temps de quelques albums, redonné des signes de vie. Impulsé par la clique Italians Do It Better, Zombie Zombie et les freaks anglais tout droit sortis du laboratoire DC Recordings, un revival en claquement de platform boots qui donnait même aux losers des airs de Travolta survoltés. Tout ça, c’était en 2007. Quatre ans plus tard, réécouter Chromatics s’avère aussi pénible qu’une partie de poker avec Teki Latex, et DC Recordings a mis la clef – de sol – sous la porte. La faute à qui ? A la crise, bien sûr. Quelque part, Bernard Madoff a tué le groove. Et le disco, fort logiquement, est redescendu à la cave.
Lire l'Article
Partager
La playmate du mois

THE OSCILLATIONS
Out of phase (flashback)

À l’omniprésente sévérité ondulatoire de la rythmique. Aux superpositions d’effets en abîme à faire passer Cluster pour un groupe de folk. Au son de basse à matérialiser en gros cubes bourdonnants aux angles arrondis. À l’inexplicable reprise cheesy de Julian Cope façon Sigur Rós reprenant Spiritualized avec un métronome et l’orgue de GarageBand. Aux craquages psychédéliques façon Leary communiant avec les esprits de la montagne suisse pendant l’enregistrement de 7up. À la tonalité indiscutablement noire — et rouge sombre — de l’ensemble.
Lire l'Article
Partager