Non content d’avoir passé 4 ans derrière les fûts du gang californien de Foxygen, et enfin libéré de toute obligation contractuelle, Shaun Fleming a décidé de lâcher sa grosse caisse chérie pour le micro. A peine remis d’une tournée d’adieu mondiale tonitruante, le batteur sortait en septembre dernier son deuxième album, tout seul.

Comme quoi, les batteurs ont souvent plus d’un tour dans leur sac, derrière leurs airs de sportif attardé, tous muscles saillants dehors. Et il n’est pas le premier à tenter le grand saut dans l’inconnu. Avant lui, d’autres cadenceurs téméraires ont cru voir en eux de grands songwriters. Avec plus ou moins de réussite, il faut le dire. Que la personne sur cette planète qui a écouté un album de Ringo Starr jusqu’au bout sans s’arracher les oreilles se manifeste. Et que dire de Dave Grohl, qui excellait dans l’art de défoncer violemment sa batterie chez Kurt avant de devenir le frontman de l’un des pires groupes de l’histoire du rock. Blaze de merde, musique de merde : les Foo Fighters. C’est vrai qu’entre enchaîner les «poum-tchak» et écrire une chanson, il y a un fossé que certains n’auraient pas du essayer de franchir. Au vu de cette ascendance bien foireuse, la décision de Shaum Fleming s’apparente en réalité à un vrai saut dans le vide.

Avant même de comprendre qu’il s’agissait du batteur de Foxygen, j’ai passé une bonne demi-heure à me demander si j’avais affaire à un mâle ou une femelle. Fleming, qui a naturellement un côté androgyne, pousse le truc encore plus loin en choisissant des photos pas nettes et un blaze de nana : Diane Coffee. S’il laisse planer le doute quant à son orientation sexuelle, il balaie rapidement le suspense quant à la réussite de son entreprise musicale.

Avec «Everybody’s a good dog», Shaun Fleming se fait le roi d’un empire pop sans frontières, qui aurait annexé dans la paix et l’amour tout un tas de chouettes contrées sonores de très bon goût, parmi lesquelles: le son motown (Down With The Current), la soul (Everyday et un peu partout), la pop féminine des 60‘s façon Ronnettes (Tams Up) et enfin une île pleine de gens bizarres qui dansent toute la nuit en tutu sur une plage fantasmatique, celle du psyché. Pour fédérer tous ces gens, Diane Coffee use de ses charmes vocaux, le mec étant à l’aise dans tous les registres. Naïve et douce sur Soon To Be, Won’t To be, qui nous rappelle aux meilleurs heures de Tame Impala, sa voix devient autoritaire et puissante dans l’épique morceau de bravoure Mayflower, furie pop avec un Bowie des grands jours dans le rétroviseur. Avant de se mettre au service d’un duo kitsch sur la bien nommée Duet, le roi Coffee ne se refusant absolument rien.

Tout comme Foxygen, les chansons de Fleming ressemblent d’abord à un gros bordel dadaïste, qui cache en fait une tripotée de références bien assimilées et ressorties avec brio. Un trop plein d’ idées et une énergie débordante canalisée par des arrangements, des orchestrations et des instrumentaux de derrière les fagots. Et avec eux une certaine idée de la quintessence pop avec 11 chansons qui s’enchaînent avec autant de fluidité que les conneries qui sortent de la bouche de Claude Bartolone. Une vraie alchimie qui donne une idée de la putain d’ambiance qui a du régner dans cet obscure studio de l’Indiana, où Fleming a enregistré une bonne partie du truc.

Tous les batteurs sont-il des chiens chiens à sa mémère ? Pas Shaun Fleming en tout cas, qui en plus de réussir son passage de toutou/batteur à roi/chanteur, se permet de donner le tempo à son ancien boss Sam France, au Cor sur un morceau. Jonathan Rado ne fait pas non plus exception, qui vient aider Coffee sur plusieurs morceaux au moyen de bidouillages électroniques. Comme quoi, du service à la personne au devant de la scène, il n’y a qu’un pas. Et Fleming d’enjamber fièrement le tas de batteurs tombés au combat, arrivant de l’autre côté du fossé sans encombre, une couronne de fleurs sur la tête. Shaun Fleming est mort, vive Diane Coffee.

Diane Coffee// Everybody’s a good dog // Secretly Canadian
https://dianecoffee.bandcamp.com/album/everybodys-a-good-dog

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.