Les techniques sont connues : pour les femmes, boire négligemment un verre en faisant les yeux de biches, et, pour les messieurs, la fameuse phrase « tu voudrais pas te détacher les cheveux ? » avec le geste suivant la parole… Les astuces s’amassent dans les carnets à spirales et s’échangent au comptoir. Et puis pour les timides, il existe la musique.

C’est à cela que servait un jukebox : repérer une fille, s’avancer langoureusement vers la machine à néon, foutre la piécette dans la fente, presser le bouton à côté d’un titre mielleux (Be my Baby, You’re my Wonderful One) et fixer la nana dans les yeux, histoire d’entamer une conversation oculaire. Deuxième piège à filles : la guitare qui, au-delà de « tuer le fascisme », reste l’instrument de torture des roucouleurs des quais et parcs de France. Dans le genre « avec mes arpèges, j’emballe… »

Pour cette deuxième partie de la spéciale drague, Radio Gonzaï choisit les charmeurs en chef : Elvis, Cale (à vous de deviner lequel), et tout un tas de types en boutons de manchette qui savaient lever de la jambe.

Radio Gonzaï #28 : Dagueurs & Crooners (Part 2) by Gonzai

  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.