© Laurene Berchoteau

Le rappeur Fuzati, qui avait déjà lancé le Le Très Jazz Club en 2017, a décidé de ressortir deux disques de Jacky Giordano sur un tout nouveau label, baptisé cette fois-ci Le Très Groove Club.

Jacky Giordano fait partie, à l’instar de Bernard Estardy, Janko Nilovic, Nino Nardini ou encore Jean-Jacques Debout, des personnages mythiques de la musique d’illustration. Ils étaient les pionniers d’une scène française cachée ultra-créative, mêlant la pop, la funk, le jazz, le krautrock, l’exotica et le disco dans leurs laboratoires respectifs, les labels Montparnasse 2000, Tele Music ou encore Crea Sound par exemple.

Parmi ces arrangeurs, orchestrateurs et ingénieurs de l’ombre, Jacky Giordano est peut-être le plus difficile à cerner. Magouilleur, escroc, partenaire de Bernard Fèvre (il a payé les sessions studio) lors du projet Black Devil, le bonhomme avait tout de même un certain talent musical. Deux de ses disques, « Pop in… Devil’s Train » (1976) et « Boucles Rythmiques » (paru en 1979 sous le pseudonyme José Pharos) vont être réédités par Fuzati, digger à ses heures perdues. La sortie est prévue (pour les deux albums) le 25 janvier.

Avant de partir, Le Très Groove Club organise le 16 janvier une soirée « spéciale musiques de film et library music italiennes » à la Petite Halle de La Villette de Paris en compagnie d’Olivier Cachin. Voilà, vous savez tout.

Pour commander les deux albums, c’est par ici

9 commentaires

  1. “Des chansons qui ont des bottes aux pieds et qui savent te dire le nom de la ville qu’elles traversent.” Tom Waits à propos des chansons de Merle Hagggard (1937-2016)
    Library Music, franchement, continuez de rester au bar à dire n’importe quoi.
    Et l’autre, avec son masque sur la gueule, il a quel âge?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.