Avant un concert bourré et flamboyant qu'il clôturera par un hommage fou et habité au ‘Sister Ray’ du Velvet Underground, Nicolas Ker nous a reçu dans les loges du Supersonic pour passer du coq à l'âne au cours d'un échange survolté qui le verra alterner conneries magnifiques et confidences personnelles.

Ton album s’appelle ‘Les faubourgs de l’exil’, et voilà que tu sors une chanson intitulée I’m not here anymore : ça parle encore de l’exil ?

Nicolas Ker : Non ça ne parle pas vraiment de l’exil. En fait, même si j’ai écrit les paroles, je ne sais pas du tout de quoi ça parle. Le seul truc que je trouve classe, vers la fin y’a une super belle phrase genre « Et ils n’ont pas retrouvé le cadavre ; il était caché à un autre étage ». Je ne sais pas vraiment ce que ça veut dire mais au moins je sais que ça veut dire quelque chose.

Ouais bon tu t’en fiches…

Nicolas Ker : Non ! Je sais quand ça veut dire quelque chose et quand ça veut rien dire, mais ça ne veut pas forcément dire que moi je comprends. Je sais que ça signifie réellement quelque chose, que les gens peuvent en tirer un truc, mais je ne pourrais pas te dire quoi exactement. Je sais aussi quand c’est du bullshit, et là c’est pas le cas. ‘Les Faubourgs de l’Exil’ je sais de quoi ça parle, et ça parle pas du tout de l’exil. Comme je l’ai déjà expliqué chez Ruquier, ça parle du fait que y’a deux types de gens : ceux qui sont centrés sur eux-mêmes et ceux qui sont à côté de leurs pompes.

Ybr2N

Tu m’as dit que t’aimais bien tous les musiciens un peu « chelous »…

Nicolas Ker : [Il pointe du doigt son guitariste assis en face] Ah bah regarde le, ah ah ! Parfois j’ai l’impression d’être Tod Browning (Réal de Freaks, 1932, NDR) : je réalise un film avec uniquement des freaks ! Quand tu vois les musiciens qui m’entourent…

Mais tu mettrais qui alors dans ce film ?

Nicolas Ker : Ah bah regarde les ! Arielle Dombasle c’est une freak aussi, pour le coup c’est un sacré spécimen ! Tous les gens avec qui je joue sont des putains de freaks. Cela dit moi je pense que je suis un « freaks imperator », en même temps c’est moi qui réalise donc c’est un peu normal hein !

Si j’ai bien compris, tu aimes t’entourer de gens étranges ?

Nicolas Ker : Ah ben j’ai pas le choix, ça se trouve toujours comme ça ! Voilà, je les choisis pas comme dans un casting de célébrités… Il se trouve que tous les gens qui m’entourent sont des freaks.

« Bukowski il me casse les couilles..»

La première chanson Rock de l’histoire c’est quoi pour toi ?

Nicolas Ker : C’est Ike Turner avec Rocket 88 sorti en 1951, bien avant Elvis Presley. Et après, pour moi la première chanson de rock maléfique c’est Who Do You Love par Bo Diddley. La version de Jesus And Mary Chain est fantastique aussi.

Son agent nous interrompt quelques secondes : « Nicolas, tu peux me passer une copie de ton RIB stp ? »

Nicolas Ker : Ehh Pourquoi ?

L’agent : Juste pour le virement.

Ca tourne hein…

L’agent : Qu’est-ce qui tourne ?

Une interview !

Nicolas Ker : Non mais tu peux laisser, tu mets tout, moi je m’en fous ! T’aurais pas un RIB sur ton téléphone ?

Hahah, non. Est-ce que t’aimes bien Bukowski ?

Non, je déteste… Non mais vraiment en plus, il me casse les couilles.. Women c’est vraiment un livre dégueulasse. Moi j’adore les filles. Lui il parle que de la meuf’, voilà elle est dégueulasse, je veux la baiser, et tout d’un coup je vois ses bas, y’a du sperme qui coule… A la rigueur il est drôle, intelligent, il écrit de très beaux poèmes, mais j’aime pas sa vision de la femme. J’adore William Burroughs, j’adore plein d’écrivains bien bizarres, mais pas Bukowski.

Burroughs, la technique du cut-up ?

Oh c’est un génie.

Un génie comme toi ?

Non, moi je suis même pas… Par contre je porte des belles chaussures ! D’ailleurs Arielle m’a offert pour mon anniversaire une fois des boots William Burroughs faites par Louis Vuitton, ils ont fait un modèle spécial en s’inspirant des bottes qu’il portait véritablement. Comme je porte les mêmes chaussures durant des jours, je les ai vite trashé… On a beau m’acheter des supers trucs chics et tout, y’a rien à faire. Je change jamais de vêtements !

“J’ai envie de vivre, pour faire chier les gens!”

Il fait chaud en ce moment, tu aimes bien boire quoi, en cocktails par exemple?

Non, par contre je suis malade d’alcoolisme, c’est pas très sympa comme truc. L’alcool ce n’est pas un plaisir, c’est juste pour tenir debout. En fait je préfère le soda. Si j’aime bien le champagne, y’a des très bons vins, le whisky tourbé aussi. Si ça bourrait autant la gueule je boirais que du Fanta…

Cite moi au moins 1 bonne raison de rester en vie en 2016 ?

Ah moi j’ai envie de vivre, pour faire chier les gens ! J’ai envie de les troller jusqu’à la fin, AHAHAH !

[Il se lève et se met à chanter à tue-tête « Until the end I will troll you! », le tout ponctué de rafales de fous rires complètement fous.]

J’ai presque réussi à te faire tenir jusqu’à la dernière question, c’est génial !

Ahaha !

Entre « Paris », Pony Hoax, Aladdin, Nicolas Ker, les collabs avec Dombasle j’en passe et des meilleurs, tu as autant de projets que mon père a de chemises. Tu t’ennuies vite ?

Ouais, totalement, mon plus grand ennemi c’est l’ennui. Et même avec tous ces projets j’ai encore trop de temps que je passe à rien faire. D’un autre côté c’est une chance de pouvoir s’ennuyer ; certaines personnes n’ont pas le choix, elles doivent se bouger ; moi je paye pas de loyer. Si j’avais 1000 euros de loyer à payer par mois je pourrais pas me branler les burnes.

Le mot de la fin ?

Oh non pas de ça…

Ok ben je mets ça alors : « oh non ! ».

Voilà, « NON », c’est parfait, ça me va !

Nicolas Ker // Les Faubourgs de l’Exil // Pan European Recording
Arielle Dombasle & Nicolas Ker // La Rivière Atlantique // Sortie le 14 octobre

7 commentaires

  1. “moi je paye pas de loyer”. Il vit dans un squat ? Il a des mécènes ?
    Personnage très attachant par ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares