Et mon top ten de cette fin d’année est… Ah bah non, 2011, c’est déjà fini. Pourtant, un dossier sommeillait dans mon ordi. Un album nommé « Everything Was Beautiful And Nothing Hurt » qui date de 2011, ça compte pas ? Nan ? Le groupe s’appelle Mina May. Un nom un peu nul. Ils sont français. Leur disque est top. Rien entendu de mieux l’année dernière. Ni de plus surprenant. Ni de plus rageur. Ni de plus élégant, éclectique, chiadé, transpirant, électrique, excité, énervant. Bon alors ça compte ? Non, toujours pas ? J’appelle le syndicat.

– Syndicat des scribouilleurs de back office, Nicolas Tochise bonsoir, que puis-je pour vous ?

– Bonsoir, Vernon, du site Gonzaï.com, j’ai un problème avec…

– Gonzaï, vous dites ?

– Gonzaï, oui.

– Je vérifie la base de données

S’ensuit un long bruit de module en 56K. Je réécoute vite fait The Seven Spirits, histoire de vérifier que j’ai bien fait d’appeler. Le piano est effectivement tout bizarre et fait des nœuds dans mon ventre, la batterie secoue mes épaules comme un vieux twist, Ghinzu me vient à l’esprit. La voix revient dans le téléphone.

– Monsieur Vernon ?

– Oui.

– Je vous écoute.

– Elle dit quoi la base de données ?

– Ça ne vous regarde pas. Et puis j’évite de dire des gros mots à des inconnus au téléphone. Le dossier en est truffé.

La basse de No really No m’attrape par le cou et l’orgue me met des coups de cravache sur les flancs, je suis un cheval dans la nuit filant vers le premier club venu. Mon passager a une cape. C’est n’importe quoi.

– Bon alors j’ai un problème avec mon top ten 2011…

– Effectivement, nous sommes en 2012…

– … Oui, ben justement… (Je ne sais pas par où commencer. Je me racle la gorge. Je me lance) J’ai des hoquets quand j’écoute  New Flesh For All, des envies de cavalerie au ralenti sur Wisdom City, j’ai l’impression d’écouter The Wall avec Everything Was Beautiful And Nothing Hurt et trois mesures plus tard je chiale sous la pluie en zoom arrière…

– Monsieur Vernon ?

– Oui ?

– De quoi parlons-nous ?

… Je me suis emballé.

– Du nouvel album des Français de Mina May, Everything Was Beautiful And Nothing Hurt.

– Je vérifie la base de données.

Il est tatillon, le Nicolas Tochise. Pas sûr qu’il trouve grand-chose sur un quatuor français aussi bankable de par chez lui que… Je ne trouve pas. Personne ne va croire qu’ils sont français. Il n’empêche, Visitor est un petit chef-d’œuvre. Des synthés puissants. Une incantation de parking. Star Wars dans ta cuisine et le charley qui te claque le beignet. De quoi se faire son cinéma pour pas cher, voilà ce que j’en dis.

– Merci d’avoir patienté.

– Elle dit quoi, la base de données ?

– J’ai rien trouvé sur la base de données, j’étais sur Deezer.

C’est un farceur, celui-là.

– Vous avez écouté Think Twice ?

– Oui.

– Vous en pensez quoi ?

– J’en transpire encore, pour être tout à fait franc avec vous. Ceci dit, le règlement, on ne s’assoit pas dessus comme ça.

– Nan mais attendez Nicolas, reconnaissez qu’une fièvre pareille, ça mérite des dérogations, nan ?

– Pas de familiarités, monsieur Vernon. Sinon ça va partir en couilles, wesh gros, et là c’est le début des emmerdes. Suffit pas d’arriver avec un  disque qui envoie les pieds pour se toucher le bout des seins en pensant que c’est open bar au syndicat des scribouilleurs du back office, nom d’un roadie scandinave bituré à la Corona.

– Ah celle-là, je suis désolé, elle est à moi.

– Je vous demande pardon ?

– Laissez tomber… Bon, kess qu’on fait avec ce disque ? Je peux le mettre dans mon top ten 2011, ou pas ?

– Ça dépend, vous le mettez en combien ?

– Bah je sais pas. J’ai pas eu le temps de réfléchir, j’ai appelé sur un coup d’tête.

– Comme disait Patrick Dewaere.

– Z’êtes un marrant, vous…

– Bof… quand on voit où ça l’a mené.

– On diverge, là, Nicolas.

– C’est pas faux. On en était où ?

– À After The Storm.

– Elle est calme ?

– Bah oui, c’est après la tempête. Faut tout vous expliquer à vous, hein. C’est une sorte d’outro cosmique, comme si on suçait des esquimaux debout sur un synthé.

– Il y en a combien des esquimaux ?

– Nicolas… Je vous parle d’un truc cosmique, là… Une rampe de lancement dans les étoiles, quouahhh.

– Et les étoiles, elles ressemblent à quoi ?

– A In The Turmoil. Une fusée où Supertramp taperait le bœuf avec Holy Fuck.

– Je consulte la base de données.

… J’entends une tentative de mix en direct de Crime Of The Century avec Latin de Holy Fuck, suivi d’un hurlement.

– Vous êtes un grand malade, vous !

– Ben c’est pour ça que je vous appelle. Bon, alors, et mon top ten ?

– Si vous les mettez en premier, je peux voir ce que je peux faire.

– Nicolas, vous êtes un mec super.

– Pas de familiarités, cousin.

– Par simple curiosité, derrière, vous mettez qui ?

– Je sais pas trop. Je vous rappelle ?

– Soit. Ah et au fait, monsieur Vernon, le coup du dialogue, c’est la seconde fois.

– Pardon ?

– Bah oui, vous l’avez déjà fait avec Blood Red Shoes.

– Ah ! Je savais pas que c’était comptabilisé. Et on a droit à combien ?

– Je ne me souviens pas, il faut que je consulte la base de données.

Mina May //  Everything Was Beautiful And Nothing Hurt // Pacinist (Almost Music)
En concert à la Maroquinerie le 14 janvier, en première partie de The Pain Of Being Pure At Heart.

 http://www.myspace.com/minamaymusic

2 commentaires

  1. Ca y est j’ai trouvé mon bouquin, stoppe tes recherches intensives.Bon maintenant, trouve-moi des choses à écouter, j’en ai marre des débuts de clara morgane dans le 7ème art.Merci hein, merci.

  2. Attends…les gens y peuvent lire ce que je t’ai écrit? parce que là je vois que ça s’affiche, alors..Au fait c’était une blague Clara Morgane, je connais meme pas en plus..je crois que c’est une marque de fringues mais je sais plus, ça fait longtemps c’est un pote qui m’en a parlé, et je lui parle plus depuis le collège, alors…Foutez-moi la paix s’il vous plait, je suis indépendant, pas un branleur suce-cul de l’Hexagone—Frantz Olivier Gisbert et son nouveau brulot: Ma probité ma langue-à-caca et le pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.