Il y a quelque chose des personnages de Nick Hornby chez Michka Assayas. Des personnages affectés et enthousiastes, qui vivent les plus petits dilemmes comme de grandes tragédies, prenant la musique avec un sérieux tout relatif face à l'immense excitation qu'ils ont pour en parler.

C’est ainsi que Michka Assayas représente une époque. Celle où les Inrockuptibles était un journal lisible et aventureux, où les disques se pirataient sur K7 et où on l’on avait besoin d’érudits, faute de Wikipédia. D’ailleurs, sa page à lui le décrit comme un proche de Bono… Rien n’y transparait dans l’émission du Gonzaï Club à découvrir ci-dessous.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.