Seize disquaires indépendants parisiens vont recevoir leurs étrennes avant l’heure : la Mairie de Paris fait un chèque de 110 000 euros au total (soit 6 875 euros par disquaire) pour que les boutiques fassent peau neuve ou achètent de nouveaux équipements.

Vieillots, les disquaires parisiens ? Pas assez accueillants ? Trop petits ? Trop sombres ? Tout ça (et même si, pour la plupart, c’est bien évidemment faux), c’est bientôt fini. La Mairie de Paris a annoncé qu’elle allait octroyer un budget total de 110 000 euros destiné à seize disquaires indépendants parisiens. Pourquoi ? Car selon le ministère de la Culture et de la Communication, les disquaires ne captent que 7 % de la part des ventes physiques de musique contre 45 % pour les grandes surfaces spécialisées. Et même si le retour du vinyle est un fait, les disquaires peinent à voir le bout du tunnel.

La ville va donc aider ces piliers historiques de la diffusion culturel à faire face aux géants de l’industrie comme la Fnac ou Amazon qui, à coups de promotions, de contrats exclusivités et d’algorithmes (lire notre enquête dans le numéro 27 sur Amazon) mettent en péril la survie des vendeurs de 33 tours.

Elle souhaite protéger les commerces de proximité et les commerçants indépendants qui luttent de plus en plus chaque jour contre une baisse de leurs chiffres d’affaires et un combat perdu d’avance contre les franchises. Officiellement, la somme de 6 875 euros par disquaire est destinée « à la rénovation et à la redynamisation » de ces derniers. La situation de certaines boutiques est parfois critique (concurrence déloyale, marges trop petites, etc.) et ce, malgré les évènements types Disquaires Day qui leur offrent une bonne visibilité et l’assurance d’un bon chiffre d’affaires à la fin de la journée. Cette aide est la bienvenue, même si elle paraît (malheureusement) inefficace face aux mastodontes du milieu.

Voici la liste des disquaires lauréats (suite à un appel à projet lancé en juillet 2018) : Maquis Store // Melomania // Balades Sonores // Ground Zero // Potemkine // Rupture Inside /Rupture Store // The Walrus // Betino’s Records // Born Bad Records // Fargo // Le Silence de la rue // Music Fear Satan // Citeaux Sphère // Hand and Arms // La Cuve à son // Soul Ableta.

9 commentaires

  1. de la coke & du pepsi @ tout va des santiags & des conversses, du vegane ou du keb, de lemmanus ou du balacetagale……..

  2. 6 875 euros par disquaire par disquaire ,on espere que dans la listes des heureux gagnant il y aura certaines boutiques qui vont enfin décellophané leur vinyle pour qu’ont les ecoute ,car franchement aux ballades sonores et chez walrus et consorts ,8 disques sur 10 ils te les font ecouté sur spooty et consorts ,shame on you les gas , si depuis ma lointaine province ennuyeuse je prends un billet tgv allez retour a 150 boules pour faire un disquaires tours a boboland c’est pour ecouté du support physique et que l’on me fasse decouvrir des pépites mais il faut aussi que les mecs derrière le comptoir il se bouge leur cul et qu’il arrete de tchaché avec leur petite cours et leur bande de potes ,oh les gas sortez vous les doigts du cul et apprenez a faire votre job de disquaire correctement

  3. je n’avais plus mis les pieds chez le disquaire LE SILENCE DE LA RUE depuis facile 6 ans tellement le mec est antipathique et super lunatique. J’ai finalement fait mon comeback il y a deux jours et voila que le bellâtres me fait des confidences sur son ex. Depuis quand je suis PSY moi ? punaise tu est pathétique christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.