Imaginons une petite nana un peu barrée, sapée et maquillée façon prêtresse vaudou, capable d’assurer à la fois sur une six-cordes et d’escalader deux à trois octaves sur un bon vieux timbre R’n’B qui rappelle les meilleures heures des années 90, le tout servi sur un fond de contretemps et autres syncopes rythmiques qu’une joyeuse bande de hipsters en chemises carreaux assure avec la précision métronomique des meilleurs musiciens de studio. À la première écoute, on comprend vite que Hiatus Kaiyote, formé en 2011 à Melbourne, ne déconne pas avec la qualité de ses compositions.

Des variations de cadences aux chorus de synthé qui s’égarent en lignes mélodiques complexes pour mieux rebondir sur un nouveau beat sorti de nulle part, chaque titre de Hiatus Kaiyote est une preuve par le son que la tradition des géants de la fusion comme Chick Corea ou Herbie Hancock n’est pas encore tout-à-fait éteinte. Si on ajoute à cela la facilité déconcertante avec laquelle Nai Palm, la chanteuse, fait naviguer sa voix sur la section instrumentale à grands renforts de trémolos bien placés et cette foutue voix gospel qui fait forcément mouche, on peut se permettre de passer l’éponge sur l’extravagance un peu factice de leur leader.

Résultat de recherche d'images pour "Hiatus Kaiyote"Que ce soit en interview ou en concerts par exemple, Nai Palm part (beaucoup trop) régulièrement dans des délires ambigus sur un prosélytisme vegan un peu chiant, son attrait pour le Yoga ou encore son militantisme pour la préservation de la culture aborigène. Nobles activités en soi, mais après un séjour laborieux en Australie, j’ai vite pu m’apercevoir que la miss cultive à peu près tous les truismes du bon-sentiment propre au lucky country où prédomine le dictat de ce que les anglo-saxons appellent complaisamment le self development. En atteste son explication ampoulée sur l’origine de leur patronyme :

Kaiyote” is not a word. It’s a made up word, but it kind of sounds like peyote and coyote – it’s a word that involved the listeners creativity as to how they perceive it. So it reminds you of things but it’s nothing specific. When I looked it up on online it was like a bird appreciation society around the world, so for me that was a great omen, because I’m a bird lady. A hiatus is essentially a pause, it’s a moment in time. So, to me, a hiatus is taking a pause in your life to take in your surroundings, have a full panoramic view of your experiences and absorbing, and “kaiyote” is expressing them in a way involves the listeners creativity.

– Nai Palm, à propos du nom du groupe.

En-dehors de ce léger point noir somme toute assez anecdotique, Hiatus Kaiyote est un ovni pur et simple nourri à la culture pop. Les références au monde de l’animation japonaise et du jeu vidéo, entre autres, sont omniprésentes dans l’imaginaire du groupe. On le constatera aisément avec Laputa, hommage au célèbre film éponyme d’Hayao Miyazaki (le château dans le ciel dans sa version française), ou encore Atari, dont le titre parle de lui-même.

Et puisque la qualité se doit (parfois) d’être récompensé, le premier album du groupe datant de 2012, “Tawk Tomahawk”, se verra nominé un an plus tard à la 58ème édition des Grammy Awards dans la catégorie meilleure chanson R’n’B pour leur superbe Breathing Underwater. Leur second et dernier disque en date sorti en 2015, “Choose your weapons”, sera également classé à la 22ème place des charts australiennes au cours de la même année.

Le groupe fait cependant vache maigre depuis 4 ans. En dehors de quelques concerts sporadiques dans l’est Australien et d’une récente session live pour les beaux yeux de Spotify, ni les réseaux sociaux, ni le site officiel du groupe ne laissent prévoir de nouvelles sorties. Comble du pétard mouillé, l’année 2018 censée initialement voir l’arrivée d’un nouveau disque donnera finalement lieu à une collaboration de Nai Palm sur le cinquième album de Drake (putain) … et rien d’autre.

Ce tandem inattendu arrive d’ailleurs un après la première sortie solo de la diva, Needle Paw. Si la qualité du disque est difficilement critiquable, la compositrice de Shaolin Funk Motherfunk n’a cette fois nullement cherché à quitter sa zone de confort. N’en reste pour savourer l’amertume qu’une soul gospellisante de bonne facture mais un peu convenue, fleurant presque l’appropriation culturelle un peu bebête. Manque à Needle Paw cet autisme mélodique et ce goût de la prise de risque qu’a inspiré à Nai Palm la présence de ses acolytes barbus.

Après un milieu de décennie aussi prometteur que prolifique, espérons donc que ce hiatus (sic) ne préfigure pas la lente déliquescence d’un groupe qui s’écoute sans fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares