Selon une récente étude menée par un des plus grands labo d'expertise de la musique (Deezer), les Français cesseraient de vouloir découvrir de nouvelles musiques à partir de 27 ans et trois mois (c’est une moyenne, pas de panique les quinquas cool). Le festival La Route du Rock, qui souffle cette année ses 28 bougies, semble pourtant bien décidé à faire mentir la plateforme du streaming musical français. Du moins en partie.

Alors certes, chez Gonzaï, on n’ira certainement pas s’infliger un concert de Charlotte Gainsbourg ou de Phoenix. Mais il suffit de regarder un peu plus loin que les têtes d’affiche plus ou moins tièdes pour se convaincre de la pertinence, aujourd’hui encore, d’un tel festival. Entre le rock macabre de Protomartyr, la transe germanophile des chiliens de Follakzoid (Sacred Bones), les jolies chansons de Cut Worms (dernière signature de Jagjaguwar), les groupes méconnus sont légion et viennent faire contrepoids à une flopée de headliners. On pourrait aussi citer les trublions punks de Shame, la cold wave de John Maus et KVB,  les garageux de King Tuff et du Villejuif Underground, ou la classe de Patti Smith au milieu d’habitués des festivals comme le Brian Jonestown Massacre ou les Limiñanas. Et pour ceux qui s’interrogent encore, il y a aussi les coups de soleil à se prendre gratos, allongé sur un transat, sur la plage de Bon Secours avec Marc Mélia, Forever Pavot  et Chevalrex. Soit, tout de même, quelques bonnes raisons de faire étape à St-Malo lors de votre tour de France des festivals.

Ca se passe à Saint Malo du 16 au 19 aout. Plus d’infos sur http://www.laroutedurock.com

 

1 commentaire

Répondre à gâchis parmentier dans le dentier Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.