Giorgio Moroder jammant sur un synthé Moog Modular avec Thylacine et Acid Arab sur un motif de Ravi Shankar : non, ce n’est pas le pitch d’une mauvaise série musicale diffusée sur Netflix ; c’est le résumé du début de carrière de Ko Shin Moon, vainqueur du Prix Société Ricard Live 2020 et auteur d’un premier album (« Leïla Nova ») qui tranche d’avec la musique électronique des Dj pousse-boutons. Pour fêter le début de l’été, les deux “boys in the oud” nous offrent une cover instrumentale du culte Bint El Shalabiya de la chanteuse libanaise Fairuz.

Dans la famille des groupes orientalisant sans pomper l’héritage, il y a Ko Shin Moon, un groupe fondé par Axel et Nico, deux Français nés sous le soleil de David Byrne, Jah Wobble, le disque de Ravi Shankar et George Harrison. Au pays de Jul et de ses quad tuning, le mélange étrange a de quoi capter les mirettes, comme le prouve la vidéo à découvrir ci-dessous, et où les deux reprennent ce morceau traditionnel arabe, notamment interprété par la grande chanteuse libanaise Fairuz, dans une version instrumentale interprétée au farfisa Bravo et au oud. Le groupe précise que le rythme est un pattern rock’n’roll de la TR 77, les puristes comprendront. 

Plus d’infos sur Ko Shin Moon ici, à retrouver à la rentrée sur des soirées Gonzaï à Paris et en province. 

10 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares