Un nouvel album d'Hendrix dans les bacs ? Elle est bien bonne. Sony fait bien son métier de distributeur, c'est déjà pas mal, mais on a beau demander une interview à la maison

Un nouvel album d’Hendrix dans les bacs ? Elle est bien bonne. Sony fait bien son métier de distributeur, c’est déjà pas mal, mais on a beau demander une interview à la maison en charge de son catalogue, pas grand monde pour assurer le service avant vente.

Pour Jimi on comprend, le pauvre, plus de quarante ans dans la tombe, ça détruit son homme. Mais ces derniers temps, même Eddie kramer ne mouille plus trop la chemise pour les deniers du culte. Pas grave, on occupe le terrain pour que les gens n’oublient pas le plus grand guitariste de tous les temps (© Experience). Et puis il faut bien que la famille paie les avocats quand ils se font des procès entre eux:

– Après Valleys of Neptune, on pourrait aussi rééditer tout le catalogue dans la foulée ?
– Ouais, pas con, j’ai pas fini de payer le hummer du p’tit. De toute façon, faut y aller parce que sinon avec cette merde de domaine public, on va vite se retrouver cul nul dans la neige avec juste une putain de licence de merchandising pour pleurer.
– M’en parle pas et avec les salaires qu’on se sort et ce fucking téléchargement illégal… moi je te dis qu’ils vont nous foutre dedans pour de bon.
– T’inquiète, on a encore du temps devant nous, par contre pour nos petits enfants, ça sera plus chaud.

Hendrix était un génie, aucun doute là dessus. Racler les fonds de tiroirs ne changera rien à la donne, il transpirait le talent par toutes ses pores. En revanche, soyons sérieux, l’espace d’un instant: la formule album inédit accolée à cette sortie est vraiment pathétique. A ce rythme là, la famille Hendrix va pouvoir sortir un album «d’inédits» par an pendant les vingt prochaines années :

– On est sur quoi aujourd’hui?
– La quarante-huitième prise de Red House, tu sais, celle de la session du 8 février 69
dingue, celle où Stevie Winwood  est rentré dans le studio et s’est assis sur hammond à 3’02
– OK, vas y fonce, c’est du bon. File la au plus vite à Bob pour rehausser les niveaux et on la met sur Under the seas of pluton, si on se bouge, on sera dans les temps.

Mis à part ça, le titre Valleys of neptune à la classe internationale d’un grand titre d’Hendrix. Pour le reste, c’est d’un banal transcendant comme les cinquante tonnes d’Hendrix disponibles sur le marché en version plastique ou numérique.

Ps : ci joint l’argu officiel « la genèse de Valley of neptunes » copiée / collée. Pour le côté «seul le détail compte» et l’enfilage de perles. Comme il aurait été dommage que l’on sache pas à quelle heure Jimi était parti se soulager, j’insère ici quelques commentaires et rectifications qui j’espère donneront un éclairage substantiel au débat.





« I have plans that are unbelievable, but then wanting to be a guitar player seemed unbelievable at one time. » Jimi Hendrix

Valleys of Neptune témoigne de l’incroyable évolution créative de Jimi Hendrix en 1969 – l’année la plus mouvementée de sa vie. (moins que 1970, non?) Ces 12 chansons inédites (sans déconner?) comprennent à la fois les derniers enregistrements studio faits par le Jimi Hendrix Experience dans sa formation originelle quand ils s’essayaient à donner une suite à Electric Ladyland, ainsi que les premières sessions avec Mitch Mitchell et le bassiste Billy Cox.

11 des 12 chansons de Valleys of Neptune furent enregistrées dans la foulée de Electric Ladyland, (Mais pourquoi avoir mis la 12ème alors, c’est cadeau?) le double album dont les longues sessions (selon les standards de 1968) conduisirent le producteur Chas Chandler à quitter le navire et altérèrent irrémédiablement les relations entre Hendrix et son bassiste Noel Redding. Imperturbable, Hendrix continua à avancer, sûr de lui dans son double rôle d’artiste et de producteur. Le succès critique et commercial d’Electric Ladyland confirma la justesse de la vision créative de Jimi. « Chaque note sur cet album a une signification » insista t’il dans une interview qu’il donna peu après sa sortie. (C’est bien pour ça qu’aujourd’hui la famille Hendrix sort des chutes de studios…ils font des séances de spiritisme ?)

La tournée européenne de 1968 accentua encore les dissensions dans le groupe, en particulier entre Hendrix et Redding, dont les relations avaient déjà commencé à se détériorer depuis plusieurs mois.(C’est vrai: le 29 septembre 1967 à quatre heures trente deux du mat Jimi a vomi sur la chemise en satin vert de Redding qui l’a vraiment mal pris). Jimi retourna à Londres en Février 1969 et fit réserver l’Olympic Studio, où le guitariste avait enregistré la majorité de ses trois albums studio précédents, pour des sessions avec le groupe.
Valleys of Neptune comprend 3 chansons issues des énergiques sessions de l’Olympic datées du 16 février 1969 : « Lover Man », « Sunshine of Your Love » et « Crying Blue Rain ». Ce soir là, Hendrix invita le percussionniste Rocki Dzidzornu (connu pour sa contribution à « Sympathy for the Devil » des Rolling Stones) à participer à l’enregistrement de « Crying Blue Rain ». « Lover Man » a des racines encore plus profondes : Jimi a modelé sa composition sur le classique de BB King « Rock Me Baby ». Un arrangement up tempo de « Rock Me Baby » faisait partie des reprises favorites de l’Experience sur scène mais, vers 1968, la chanson commença à évoluer vers la propre composition d’Hendrix « Lover Man », complétée par des nouvelles paroles originales.(Euh ouais mais il y a pas un peu plagiat ? Je veux dire si Harrison paie pour my sweet lord alors allez hop la famille faut cracher les talbins) Lors de la session, Hendrix fit adopter à Mitchell et Redding un tempo plus lent que les versions précédentes sur scène. Le groupe, accompagné de Dzidzornu (C’est possible d’avoir la phonétique à côté de son nom ? C’est vrai imagine on fait un plateau télé, on aura l’air con) aux congas, enregistra trois prises incomplètes avant d’aboutir à la quatrième prise au morceau figurant sur l’album.

Profitant de l’élan créatif du groupe, Jimi se lança ensuite dans « Sunshine of your Love ». Tous les membres d’Experience admiraient Cream et avait des relations amicales avec eux ; « Sunshine of your Love » était une chanson particulièrement appréciée par le groupe. Pour cet enregistrement, The Experience utilisa les arrangements développés pour les versions live de la chanson. Leur première prise fut très convaincante mais une seconde également très inspirée figure finalement sur l’album. (Vous avez raison, faut toujours en garder sous le pied, on ne sait jamais pour les années de disette)

Le soir suivant, Jimi changea de vitesse et dirigea le groupe pour une unique session à l’Olympic. The Experience avait été choisi pour jouer au premier de deux concerts programmés au Royal Albert Hall le 18 février.  Le show allait être filmé et enregistré pour un film. En guise de préparation, Hendrix fit enregistrer de nouvelles versions des chansons pour lesquelles ils avaient conçu de nouveau arrangements destinés à la scène. (Donc pas vraiment un album studio). Six morceaux live furent mis dans la boite sans aucun overdub au studio B de l’Olympic. Deux de ces enregistrements, les prises 2 de « Spanish Castle Magic » et « Hear My Train A Comin », furent sorties pour la première fois dans le coffret Jimi Hendrix Experience paru en 2000. Une version habitée de « Fire » et une superbe version /repet de « Red House » sont incluses pour la première fois dans cet album.
En avril 1969, The Experience étaient réunis à NY en prévision d’une énorme tournée US qui devait commencer en Caroline du Nord le 11 avril. Jimi continuait fermement et imperturbablement à enregistrer et développer de nouveaux morceaux. Afin d’essayer de stimuler l’atmosphère créative, des sessions furent programmées à Olmstead Studios, des installations nouvelles pour le groupe et situées au sommet d’un building de midtown Manhattan (Quel étage, c’est au niveau de la terrasse ? Nan c’est vrai si un jour on va dans le coin…) En dépit de ce nouvel environnement, les vieux problèmes entre Hendrix et Redding refirent immédiatement surface. (Ca, le coup de la chemise, il n’avait pas digéré)

Pour Hendrix le studio d’enregistrement était la base principale pour développer de nouveaux titres. Dans cet environnement libre de tout parasitage extérieur tel que les demandes incessantes de concerts ou d’interview, Jimi allait transformer sa fertilité créatrice en chansons.(Ouais, ben Jude Hilde, une plantureuse suédoise,  elle dit qu’à part une demi molle… alors, sa fertilité…) Il n’avait plus le temps de passer ses journées dans l’appartement de Chas Chandler oû ils avaient tous les 2, dans le début du Jimi Hendrix Experience, l’habitude de composer et de travailler les nouvelles compositions de Jimi avant de même les présenter à Mitchell et Redding.
Ce changement radical de mode de travail consternait Redding peu habitué à cette nouvelle façon de procéder… (C’est vrai merde tu me gerbes pas dessus comme ça). Le bassiste ne partageait pas la philosophie d’Hendrix sur le sujet et considérait que refaire constamment les prises en studio était une perte de temps et d’argent. En fait Redding savait que s’il ne sortait pas les parties de basse attendues par Hendrix, Hendrix les referait lui-même sans ciller (C’est celui qui dit qui est)

Après 4 jours tendus, le studio Olmstead fut abandonné et le groupe rejoignit le studio A au Record Plant.  Le 7 Avril (à 17h32), l’Experience enregistra 3 nouveaux titres : « Hear My Train A Comin’, » « Lullaby For The Summer » et une nouvelle version de « Stone Free. » Le brûlant « Hear My Train A Comin’ était un réel aboutissement. Une composition Blues originale de la qualité de « Red House » et un titre incontournable sur scène. En fait une 1ère mouture de ce titre fût jouée par Hendrix dès 1967 lors d’un show sur la BBC. Après sa mort, une version filmée lors d’une session photo en Décembre 1967 fut retrouvée.
Jimi y joue ce titre à la 12 cordes acoustique. Cette remarquable version est disponible dans le documentaire de 1973 « A Film About Jimi Hendrix ». ( euh ok mais c’est quoi le rapport avec Valley of neptunes ? )

Ce 7 Avril, cette version fut enregistrée en une seule prise dans des conditions live, et permet de se rendre compte de la puissance de ce titre lorsque l’Experience le jouait sur scène … Malgré la qualité du titre, cette version de « Hear My Train A Comin' » ne sortit jamais du vivant de Jimi Hendrix. Seule existait une version plutôt regrettable sortie en 1975 sur le controversé (c’est le moins que l’on puisse dire, c’était le début du grand n’importe quoi) album posthume « Midnight Lightning ». Cette version comporte de nombreux overdubs de musiciens de sessions que Jimi Hendrix ne connut même pas de son vivant. Cet album, au même titre que « Crash Landing » sorti lui en 1974, a d’ailleurs été supprimé du Catalogue officiel de Jimi Hendrix. La vraie version restaurée de « Hear My Train A Comin’ est donc celle présente sur « Valleys Of Neptune ».

La recherche et la restauration de titres inédits d’Hendrix a toujours été le cheval de bataille d’Expérience Hendrix.(on avait compris) Une des dernières pépites retrouvées est la version studio originale de « Lullaby For The Summer ».Cette version fut retirée de la bande multipiste en 1974, et fut retrouvée sur une bande audio à part lorsqu’un ingénieur du son travaillait sur le contesté album post mortem « Crash Landing ». ( et encore un !)

Hendrix avait ce riff de guitare depuis 2 ans convaincu qu’il tenait l’amorce d’un bon titre. Très habilement, Hendrix intégra le jeu de 2 guitares pour ce titre et utilisa une pédale d’effet Octavia spécialement crée par son ami électronicien Roger Mayer. Ce son très particulier est aussi reconnaissable sur « Purple Haze » and « Machine Gun ».

Une semaine plus tard le groupe retourne au Record Plant Studios (Allo Robert, t’as un créneau pour moi ?) pendant un break entre 2 dates de leur tournée. Jimi Hendrix réadapte alors la version de « Stone Free » du 7 avril précédent et pose les parties lead guitar et les overdubs voix. Les parties vocales de Roger Chapman et Andy Fairweather du groupe Family sont elles aussi rajoutées sur la prise master finale. Après quoi Hendrix enregistre une série de prises de « Ships Passing Through The Night. ».Comme le titre « Lullaby For The Summer », inexplicablement cette prise ne se retrouvera pas sur le master final de 1974 mais sur une bande audio et restera pendant plus de 3 décennies introuvable Experience Hendrix a retrouvé cette pépite/ chute de studio et de fait elle retrouve sa juste place sur Valleys Of Neptune.  « Ships Passing Through The Night » anticipe par ailleurs la composition de « Nightbird Flying, » un des plus brillants exemples de la direction musicale que comptait prendre Jimi Hendrix. (donc ils font bien des séances de spiritisme). Lors de cet enregistrement, Hendrix brancha sa guitare sur un baffle de piano Leslie conférant un son totalement atypique et révolutionnaire pour l’époque ( Euh ouais bon faut voir, les Beatles, les pretty things utilisaient le même procédé). Ce son dominant très caractéristiquement la rythmique de ses comparses Mitchell et Redding.

Personne ne se doutait cependant que cette séance allait être la dernière séance studio du trio originel car même si Noel Redding allait continuer à jouer live comme membre du Jimi Hendrix Experience jusqu’en juin 1969, Jimi Hendrix avait d’autres objectifs en tête (C’est pas très clair là, je comprends pas il se barre ou bien?). Frustré en effet de la situation, Jimi sollicita Billy Cox, bassiste de session ayant joué en studio avec le Hendrix Experience, espérant que celui-ci allait le conseiller artistiquement dans cette passe difficile.

Cox n’avait rien entendu d’Hendrix depuis le départ du guitariste de Nashville pour New York ,4 ans auparavant, et ne savait même pas que son ami était devenu une Rock star internationale  De son coté depuis le départ de Jimi, Billy Cox avait été très actif en tant que bassiste de session studio et live. Il comprit la dimension atteinte par Jimi Hendrix lorsque celui-ci l’invita backstage après un concert au Ellis Auditorium de Memphis le 18 Avril 1969 (Yeah billy, mate ce cul, tu veux un trip, de la coke ?). Hendrix demanda alors à Cox de le rejoindre à New York pour travailler sur ses nouvelles compositions et celui-ci accepta. (Nan j’peux pas vraiment venir mener une vie de rock star tu comprends, pas en ce moment…)  Arrivé le 21 Avril à NYC, après une courte jam session au Record Plant, Cox épaulait sur scène le soir même, Hendrix au Scene Club, le night club underground préféré du guitariste.

Par chance ce soir là, Jimi fut présenté aux membres d’un groupe originaire du Maryland les « Cherry People », et Jimi les invita au Record Plant. A la batterie et aux percussions se retrouva donc Rocky Isaac, au tambourin Chris Grimes, et aux maracas Al Mark. (Et qui a balayé le studio?) Cet ensemble impromptu, enregistrèrent plusieurs prises du titre « Roomfull Of Mirror » et le résultat impressionna tellement Hendrix, que celui-ci leur demanda de revenir 3 jours plus tard pour une seconde session. Le 24 Avril, Jimi Hendrix commenca l’enregistrement de « Bleeding Heart ». C’était à l’origine un Blues composé et enregistré par le légendaire Elmore James, un slide guitariste dont Hendrix était fan absolu. Le Hendrix Experience avait déjà repris ce standard blues sur scène au Royal Albert Hall le 24 février précédent mais en Blues /12 mesures sans trop changer la version originelle.

En Avril 1969 pendant les sessions au Olmstead Studio, Hendrix décida de bricoler à sa manière « Bleeding Heart » pour une version finale très personnelle et au tempo bien plus rapide que le tempo Blues habituel.. Le groupe mis en boite plusieurs versions de ce titre, dont celle présente sur « Valleys Of Neptune ». On entend clairement Hendrix dire à la fin cette prise : »Ecoutez moi ça !!! » (Waouh en studio une fois la prise terminée et ben on réécoute). Durant Mai 1969, Hendrix va expérimenter toutes sortes de sons et instruments…Cuivres, Sitar électrique, Claviers en tous genre, et percussions à foison…

Avec Cox sous la main, Hendrix avait l’occasion de réenregistrer « Stone Free ».Ce titre était le tout 1er titre qu’il ait présenté à Chas Chandler (bassiste des Animals), lorsque celui-ci avait découvert le prodige en septembre 1966.. Elevée aujourd’hui au rang de titre incontournable d’Hendrix, Il faut savoir que « Stone Free » à l’origine n’était sorti qu’en face B du 45trs « Hey Joe »  en décembre 1966 partout dans le monde mais curieusement pas aux USA. Le label Reprise n’ayant pas jugé opportun de sortir ce single aux US, pas plus que de l’inclure sur le pressage US du 33trs « Are You Experienced ? » en Aout 1967…(Il est vraiment long et mal foutu ce texte, c’est vrai j’chui paumé là on est en quelle année?)

La formation d’origine d’Hendrix Experience avait déjà enregistré une version de « Stone Free » pendant 3 sessions au Record Plant en Avril 1969. Cette version de 1969 seulement disponible dans le Jimi Experience Box set sorti en 2000, est enrichie d’arrangements bien plus sophistiqués que la version d’origine enregistrée en novembre 1966.
La raison est simple : lors de l’enregistrement de l’original Chas Chandler producteur de Jimi Hendrix était tellement endetté qu’il avait décidé d’aller au plus vite dans la production et l’enregistrement des sessions du Hendrix Experience. Il en était même arrivé à vendre une de ses basses pour financer la carrière de Jimi Hendrix…C’est dire… (L’enfoiré ! Attends si t’as pas une thune t’es producteur de rien du tout). C’est pourquoi Hendrix disait souvent que beaucoup de ses enregistrements avaient été quelque peu baclés par manque de moyens financiers. En 1969, Hendrix avait d’ailleurs réintroduit « Stone Free » dans la set list de ses concerts et les versions live de cette période confirmaient déjà toute la dextérité et le sens de l’improvisation du génie à la 6 cordes.

Malgré tout, cette version de 1969 ne donnait pas entière satisfaction à Jimi Hendrix…Avec Cox et Mitchell il décida d’en donner une autre version avec une approche artistique différente. (Euh mais c’est la version qu’il y a sur le cd ou bien ? Je veux pas chipoter mais si il n’en était pas vraiment content, c’est pas cool). Le 17 Mai 1969 au matin, le lendemain d’un concert au Baltimore Civic Center, Hendrix, Cox et Mitchell, se retrouvent au Record Plant. Les efforts du trio ressemblent plus à une Jam session qu’à un enregistrement posé, Hendrix guidant tout d’abord Cox sur la structure et le groove du morceau et Mitchell sur le rythme et le tempo à adopter. Dès qu’il se sentit satisfait de la ligne de basse et du tempo de la batterie, Hendrix retourna en cabine aux manettes avec Eddie Kramer ingénieur attitré du Jimi Hendrix Experience. Cox et Mitchell firent plusieurs prises avant qu’Hendrix estima que c’était dans la boite. Le trio s’attacha par la suite, à enregistrer une version basique, brute de décoffrage.

Jimi était dans une grande forme ce matin là et laissa son exhubérance et son sens de l’improvisation le guider pendant cette session. (Il a repris 3 fois des cornflakes) Il prit aussi bien soin d’enregistrer cette fin plus longue avec cette improvisation ou on sent qu’Hendrix guide Cox et Mitchell vers sa vision du titre telle qui la souhaitait. Toutes ces bandes furent rajoutées et mixées avec les parties solo et la voix d’Hendrix ainsi que les backing vocals du master enregistrés le 14 Avril 1969, pour donner le master final de « Stone Free ». Jimi Hendrix avait enfin sa version finale.

« Valleys Of Neptune » a commencé à prendre forme durant les sessions de Février 1969 aux studios Olympic. Jimi enregistra séparément les démos solo au piano et à la guitare (dont quelques unes ont été utilisées sur le « bootleg » officiel Dagger Records, Hear My Music) car il tenait à développer au maximum le potentiel de cette chanson exceptionnelle.

Jimi continua de travailler la chanson durant tout l’été. Les sessions de Septembre 1969 au Hit Factory ainsi qu’au Record Plant, marque le début d’un travail très sérieux, seulement aucune de ses tentatives ne correspondaient à ses attentes. Plus tard dans le mois, une session avec simplement  Mitchell et Juma Sultan (couché), percussionniste, donna lieu à une version de cette chanson, la plus prometteuse qui soit à ce jour. Un extrait de cet enregistrement a été inclus en 1990, dans la compilation posthume, Lifelines, sortie en édition limitée.  Le travail autour de cette chanson reprit de plus belles le 15 Mai 1970 (Attention Jimi, ça sent le sapin) lors d’une session au Record Plant, mais le véritable développement de la chanson a eu lieu entre temps, alors qu’Hendrix, Mitchell et Cox prenaient les commandes pour faire les arrangements du titre. La cinquième prise de cette session combine les voix de Jimi aux percussions de Juma Sultan du 23 septembre 1969. Le travail sur « Valleys Of Neptune » a continué dans les studios Electric Lady de Jimi, en juin 1970, mais ce dernier master ne sera finalement  jamais achevé avant sa mort, 3 mois plus tard.

« Mr bad Luck » est chronologiquement  le premier enregistrement des 12 titres inédits de Valleys Of Neptune (Putain t ‘aurais pas pu commencer par là !!). Cette chanson fait partie des quelque compositions originales qu’Hendrix a joué dans des petits clubs de Greenwich Village alors qu’il n’était qu’un simple guitariste, face à Jimmy James & The Blue Fames en 1966.

Un an plus tard, le 5 Mai 1967, Jimi a ressorti la chanson du placard enregistrant ce master avec The Experience durant les sessions destinées à Axis : Bold As Love. Quand le travail reprit sur l’album Axis en octobre 1967, Jimi ne s’intéressa plus à la chanson et mis cet enregistrement de côté. C’est en octobre 1968, qu’il se repencha sur le titre de la même façon qu’il le fit pour « Look Over Yonder ». Une toute nouvelle version a été enregistrée par The Experience aux Studios Hollywood’s TTG le 22 octobre 1968. une première fois parue sur Rainbow bridge en 1971 et plus récemment sur South Saturn Delta (Ils aiment bien les noms de planètes chez Experience. Il font aussi dans l’astrologie ?). De même que pour « Valleys Of Neptune », une version alternative de « Mr bad luck » a été utilisée dans le programme d’une radio syndiquée, plus tard compilée dans Lifelines en 1990. Cette compilation a été retirée du marché en 1992 et n’a jamais été réédité. (Ok mais le mec qui a vraiment acheté ces disques à l’époque, il doit l’acheter le nouveau ou pas ?)
Sous la direction du producteur Chas Chandler, Mitchell et Redding ont eu la possibilité de valoriser leurs parties de basse et de batterie sur le master de « Mr Bad Luck » réalisé lors de la session de juin 1987 au Studio Air à Londres. Chandler leur a aussi proposé d’ajouter ou remplacer les basses et batteries originales sur les titres « Crying Blue Rain » et « Lover Man ». (Bande de charognards)
Il est important de noter que Jimi Hendrix a seulement autorisé la sortie de 4 albums et d’une poignée de singles au cours de sa vie (Putain mais elle d’un sans gêne cette phrase). D’où vient toute cette musique ? Elle découle de la passion de Jimi pour la création et l’exploration. Nous avons la chance qu’il ait préservé une grande partie de son travail pour la postérité. Son amour pour l’enregistrement a donné naissance à une énorme réserve d’enregistrements studio et de performances live qui nous permettront de continuer d’apprécier et de découvrir cet incroyable héritage qui continue d’inspirer les gens à travers le monde.

John McDermott (Merci John, ce n’était pas très clair mais franchement tu touches ta bille en Hendrix)

31 commentaires

  1. Ah oui il paraît, j’ai vu ça une fois dans Guitariste Magazine… Ou peut-être Guitares & Claviers, je sais plus, je les confonds toujours

  2. Ben oui qu’est-ce que Hendrix vient faire ici ? Après tout c’est juste un des génies du siècle, pas de quoi en faire un plat…

  3. Mais que vient faire cet horrible tripoteur de manche sur Gonzaï??
    C’est quoi la prochaine étape, Eric Clapton?
    Je croyais ce webzine plus classe que cela…

  4. Nulle « brigade du bon goût » ici cher ami, mais l’objection fort légitime d’un lecteur assidu de ce webzine, qui apprécie jusque là sa bonne tenue (mais pour combien de temps encore?).
    Pour lire des articles premier degré sur Queen, Doors et autres machins du genre, il y a des centaines (milliers?) d’autres blogs de « passionnés », pas besoin de Gonzaï…

  5. Bonjour,

    ici le concierge de l’hotel.
    Gonzaï, ca fait trois ans que ça tient la route, vous inquiétez pas les mecs, on a encore des chambres à louer; vous inquiétez donc pas de savoir si le prix va augmenter ou si on va passer en Relais & Chateaux.

    Et Clapton, moi vivant, pas une ligne.

  6. (Putain ca parle en code ici…)
    Ça devient compliqué d’avoir sa dose hebdomadaire, je croyais que c’était dimanche le bouclage…

    PS: moi je voudrais bien un article sur Graceland de Paul Simon!

  7. Five Live des Yardbirds, le White des Beatles, We’re Only In It For the Money des Mothers, Fly de Yoko Ono, Layla de Derek & the Dominoes… Y aurait un bel article à faire sur Clapton.

  8. euh, postmoderniste,je ne sais pas, tu as lu l’article ?
    parce que niveau premier degré ce n’est pas trop ça …

    et le vrai sujet c’est johnny cleg

  9. Assez d’accord, vois pas trop ce qu’hendrix vient faire dans ces colonnes, même au second degré…
    Une superbe série sur burgalat et houellebecq, et puis ça. Suis pas sûr de comprendre le grand écart là.
    (Dieu merci rien sur Clapton!)

  10. @Serlach,
    Au temps pour moi, j’avoue que je n’ai que survolé votre article, faute de courage… L’ironie m’avait effectivement échappé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.