Au premier plan, il y a la pochette qui te claque à la gueule comme le poppers t'explose les neurones. Oh my god (emichet), c'est quoi cet engin ? Un avatar issu des entrailles du gr

Au premier plan, il y a la pochette qui te claque à la gueule comme le poppers t’explose les neurones. Oh my god (emichet), c’est quoi cet engin ? Un avatar issu des entrailles du grand moustachu poilu des village people accouplé au Billy idol version cuir et bas résille?Non, Hunx est le nouvel étalon de l’écurie Born Bad, catégorie Sooo Camp ! Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’ami Seth Bogart a le téléphone bien monté.

Côté musique, ça ne casse pas trois faut ongles à un travelo mais finalement, on ne lui demande pas d’inventer la machine à golden shower, Hunx and his Punx ressemble à du Ga(y)rage hilarant et jouissif avec une tonne de clichés à tapette détournés, un chant aussi précieux qu’une pute effarouchée d’attendre le gogo dans le froid depuis trois heures. Hunx and his Punx, c’est la revanche de l’homosexualité provoc à guitare, c’est Dee Dee Ramone qui se fait prendre le cul par Gary Glitter, les Shangris las braillent dans la sono et John Waters filme le tout avec son air de Don Diego de la Vega pervers.
Ça sue le graillou sous les bras poilus, les homonormés; les fans eunuques de Kylie et de Mylène peuvent retourner s’épiler le torse en pensant à leur vote Bayrou sur fond d’euro dance.

Oh oui Johnny fais-moi mal.

Hasard du calendrier, je visitais récemment une véritable institution de club gay sadomasochiste en faillite qui fermait ses portes après vingt cinq ans de joyeux fucks. Situé rue keller, Paris XI, en face de la boutique Born Bad, ça aurait pourtant fait un sacré décor pour un clip de Seth Bogart et ses Punx, que l’on aurait pu voir se trémousser sur le pilori ou enchainé sur la croix, histoire d’assumer leur différence dans la joie et la jouissance.  Des clips justement, la folle dingue en a fait des petits chefs d’œuvre, des handmade ou plutôt des footjob kitsh façon Cry baby, Pink flamingo; de ceux où le micro boule à facette et le rose bonbon sont légions.
Peu de chance pour Seth Bogart  AKA Hunx, de décrocher un tube qui ne soit pas enduit de vaseline. Lui, finalement, s’en branle royal, y croit dur comme sa trique de princesse, as Queer as punk, cet univers de weirdos lui convenant bien, tant qu’il peut rester sur scène en slip léopard, se fourrer des glaçons dans le cul, boire sa pisse et assurer le peep show. Un bel effort pour monter aux rideaux à paillettes et nous faire prendre notre pied. Keep on fisting in a free world.

Hunx and his Punx // Gay singles // Born Bad
http://www.myspace.com/hunxsolo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.