Au terme de sa mini-tournée européenne, la montréalaise d’adoption dévoile « Have You Met Elliott ? », véritable condensé de « pop » déviante.

Les guillemets sont de circonstance quand on parle de « pop » pour définir la musique d’Hélène Barbier. Certes, la sempiternelle structure couplet-refrain représente l’ossature de ses morceaux. Mais le terme ne rend pas vraiment hommage ni à la diversité de ses inspirations (slacker rock, indie lo-fi, psyché ou post-punk, à différents degrés) ni à l’étrangeté relative de ses morceaux.

Affichage de helenehires2_credit_Anne_Bocher.jpg
Crédit : Anne Bocher

Si Hélène Barbier échappe à l’étiquetage compulsif, c’est donc parce qu’elle parvient à ménager la chèvre et le chou, soit à faire des chansons courtes et (faussement) simples tout en installant une ambiance subtilement décalée, faite de dissonances et de rythmiques volontairement boiteuses. De là naît chez l’auditeur une certaine tension, une crispation pourtant pas vraiment désagréable. Ça chatouille l’oreille sans vraiment déranger, c’est même plutôt charmeur. Quelques refrains entêtants viennent réconforter l’auditeur le plus douillet.

On reconnaît là les traits distinctifs des anciennes formations d’Hélène comme Moss Lime ou Phern, où l’on retrouvait déjà le batteur Christian Simmons : le côté bricolé, un peu bancal, la relative simplicité des arrangements qui fait mouche, une voix joliment nonchalante.

Au jeu pas très fendard des références, on pense à une partie de la galaxie no-wave (Lounge Lizards, Lizzy Mercier Descloux) ou aux Honeymoon Killers, bref à quelques ovnis ni totalement pop ni vraiment punks, ainsi qu’à quelques groupes de slacker plus ou moins rock (Homeshake, Mild High Club). En réconciliant ces deux tendances, Hélène Barbier parvient à faire sonner ses dissonances comme quelque chose de très doux, sans une once d’agressivité. Le résultat ne ressemble pas vraiment à du post-punk, à moins d’imaginer d’étranges berceuses post-punk. Si vous aimez la pop un peu chelou ou que vous avez vous-même été bercé un peu trop près du mur, vous aimerez à coup sûr « Have You Met Elliot ? ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares