Le mythique ingénieur son des Beatles, qui avait commencé à 15 ans en 1962, aura aidé le groupe à façonner un son ultra novateur pour leur époque. Il est décédé des suites d’une crise cardiaque à l’âge de 72 ans.

Il était présent au tout début, pour le premier enregistrement des Fab Four en 1962. Le destin voudra qu’il soit également présent pour le dernier, en 1969. Durant ces sept années, Geoff Emerick était présent à l’appel et prêt à aider les Beatles dans leurs aventures les plus farfelues. C’est Geoff qui a trouvé la solution quand John voulait chanter comme le Dalaï-lama pour Tomorrow Never Knows. Lui aussi quand il remplace les micros standard placés devant les amplis par une enceinte elle-même transformée en micro. Donc autant dire qu’il était plutôt sympa.

Il a commencé tranquille, encore adolescent, en aidant durant les enregistrements des premières chansons mignonnettes comme Love Me Do, I Want To Hold Your Hand, She Loves You, et A Hard Day’s Night. Mais son réel travail a débuté quand George Martin lui demande d’être l’ingénieur son attitré du groupe. Il sera derrière les meilleurs disques, et les plus audacieux en terme de son et d’innovations sonores : « Revolver », « Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band » et « The White Album ». À propos de A Day In The Life, l’Anglais racontait en 2017 : « Le soir où on a enregistré la chanson, le monde est passé du noir et blanc à la couleur. »

Celui qui a failli tout quitter quand l’ambiance était exécrable durant l’enregistrement du “White Album” a ensuite travaillé avec d’autres artistes reconnus comme Elvis Costello, Kate Bush, Jeff Beck ainsi que pour les projets solos de McCartney. En 2006, il raconta son expérience dans un livre, « Here, There and Everywhere », traduit en 2009 sous le titre En studio avec les Beatles aux éditions Le mot et le reste.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.