Pour les plus vieux, c’est le symbole de l’hiver 1954 et d’un vieux qui bégaye pour aider les sans-abri à ne pas crever sous du papier journal. Pour les plus jeunes, les plus fauchés ou les plus radins (rayez la mention inutile), Emmaüs c’est surtout un bon plan pour choper des vinyles gratos et dénicher le haut de survêtement Adidas d’Allemagne de l’Est trop branché pour l’été prochain. Entre bonnes affaires, et pépés qui chapardent, un report de Maadiar où tout doit disparaître.

Parents bobo, tontons du bled et mères de famille, tout le monde se croise chez Emmaüs, le Flunch des objets presque trouvés qu’on embarque pour presque rien. Mettons de côté la charité et le caritatif un instant, il fait chaud et c’est presque l’été ; en attendant d’avoir des nouvelles de l’Abbé Pierre, Maadiar nous rhabille pour l’hiver avec un reportage United Colors of Benetton.

8 commentaires

  1. Ce reportage est vraiment bien, t’as bien bossé. Y’a peut-être un peu trop de texte des fois mais y’a tellement de petites saillies drolatiques que j’ai beaucoup aimé. Surtout« Je vous épargne la couleur » chatoyant et merveilleux.

    Bref, bravo, et puis aussi bravo, et puis bisou.

  2. Les couleurs je peux les filer à l’oral: pour LUI, pantalon rouge, maillot beigeêtre à grosses bandes oranges. lunettes écailles.

    Pour ELLE, camaïeu de verts pâles moches.

  3. Salut,
    Dans quel emmaus tu es allé? J’ai été déçu par tous les emmaus de région parisienne où je suis allé, même à la maison mère de Neuilly…

Répondre à maadiar Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.