Mettons les choses au clair, je fais partie des âmes égarées qui sont passées à côté du premier album de Vampire Weekend.

Mettons les choses au clair, je fais partie des âmes égarées qui sont passées à côté du premier album de Vampire Weekend.

La faute à Tania Bruna-Rosso que je vis s’extasier au Grand Journal sur son album de l’année -de la semaine- et que par principe j’avais alors occulté. Le temps a passé et après avoir vu s’étaler dans les transports londoniens leur pub pour Ralph Lauren et avoir bavé devant leurs belles gueules en couverture de Tsugi, le besoin s’est fait sentir d’écouter Contra, leur second album. J’ai donc écouté, 2 minutes, puis j’ai éteins. Maintenant j’en suis sure, je suis en mesure d’aller faire mon oie sur Canal + en me pâmant pour des groupes pop-rock quelconques mais new-yorkais.

L’histoire aurait du s’arrêter là si, via un échange de mails lapidaires, mon cyber-patron’avait décidé de se décharger sur moi d’un papier sur le-dit album, concluant l’échange par un élégant « T’inquiète, ça passe plus vite qu’une sodomie ». La problématique est trop belle pour ne pas filer la métaphore : le Nouveau Vampire Weekend est un mauvais coup. Irritant ? Pire encore : indolore. Ni suffisamment inspiré pour rester scotcher, ni suffisamment bien calibré pour avoir envie de chanter à tue-tête par-dessus.

L’emballage était pourtant prometteur : un nom gothique friendly qui me ramenait à mes années lycée et une pochette à l’esthétique rétro réhaussée de la vulgarité réjouissante d’une touche de placement de produit. A l’écoute de l’album, je me retrouve dans les limbes caribéennes quelque part entre High Places et la bande-son des pubs Oasis. Moue sceptique, air pincé, soupir. Ce n’est qu’en arrivant à la piste Cousins que j’ai compris la similitude avec le cas Arctics Monkeys, autre groupe que tout le monde A-DO-RE et dont les compositions, arrivées à mes oreilles, ratent leur cible.

C’est moi qui déconne ou c’est eux qui font de la soupe ?

Une demi-seconde de remise en question plus tard, je peux l’affirmer : j’ai un goût très sur et je déteste Ralph Lauren.

Vampire Weekend // Contra // Beggars

http://www.myspace.com/vampireweekend

  •  
  •  
  •  
  •  

51 commentaires

  1. Oui c’est vrai, moi aussi je les trouve trop propres ces vampire weekend. Après tout la vraie musique ça doit être crade, avec des types en jeans troués qui rotent et qui pètent. En plus l’aspect extérieur je trouve que ça influe vachement sur la manière de jouer, et encore plus sur la créativité du groupe. VW c’est trop des gamins, ils sont pas assez trash pour New-York.
    Et alors moi, je vais te dire, j’ai fait mieux que toi : l’album je l’ai écouté cinq secondes et il s’est retrouvé dans la poubelle. A part la pochette parce que je la trouve arty.

  2. Bon alors, Bester y dit, ça passe plus vite qu’une sodomie… Moi je dis qu’il faut prendre son temps et que Cousins est assez fûté, ça joue dans la même cour que le Pineapple Face du bassiste de New Order, pop et récréatif. Comme de pisser avant de tomber: juste le moment opportun. Après, on oublie… 

  3. AAAAH ! Merci, enfin une critique avec les mots justes sur cet album. Ce n’est pas les Inrocks qui les contredira. Leur premier album était pourtant funky à la sauce sympa pour l’été.

  4. Que vous puissiez, chère Ismène, recevoir une telle formule de politesse de votre rédacteur en chaf sans en prendre ombrage prouve en tout cas que l’équipe de Gonzaï a atteint une belle maturité dans la parité hommes-femmes.
    de cela je tiens à vous féliciter.

    sinon moi aussi cet album m’emmerde gentiment, tout comme le premier, sans pour autant être déplaisant.

    Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi on fait un tel foin des blancs qui font de la musique afro (comme quoi ce serait du coup forcément génial), on dirait un peu le réflexe inverse à celui, bien connu, qui consiste à déclarer génial tout groupe de rock qui n’est pas composé que de jeunes blancs (bloc party etc).

    cela étant VW est un agréable ambianceur pour boire des coups sur la plage (il faut donc les voir sur une plage).
    ca devrait être possible cet été en festival, moi j’avais fait ça aux eurockéennes.

    ps la réponse au problème de math (petit coup de pouce pour les robots spammeurs) : 6

  5. Non mais c’est bon, on a compris, chez Gonzaï vous n’aimez pas la pop

    C’est pas grave hein

    Et oui l’album est un peu mou du genou par rapport au premier, et oui il chante comme le mec des Arctic Monkeys maintenant, et oui c’est les mêmes guitares que Hot Club de Paris…

    Enfin bon, c’est pas ça le plus important en vrai si? Sinon s’il fallait toujours citer les références de tout le monde dans tous les disques on en sortirait pas…

    au revoir.

  6. chez Gonzaï vous n’aimez pas la pop
    -> ça m’a toujours froissé ce genre d’affirmation…
    Si pop cela veut dire Beatles, ok pour moi, je piocherais même dans le cageot de tomates ; Mais si pop ne vous fait pas penser à la chanson intelligente, avec du Vannier dessus, ou du Duvall dedans, là je suis plus d’accord et je peux mordre.

  7. ah mais non je ne suis pas d’accord, la pop n’est pas nécessairement intelligente, loin de là parfois, le bubblegum américain des 60’s consommable en 3’15 est là pour nous le prouver

    Quant à Vannier, respect au bonhomme, mais je ne me suis jamais plus penché que ça sur son oeuvre. Et Duvall je vois bien, mais en fait non: je ne pense pas que nous parlions de la même chose, vraiment pas.

    Enfin bref, l’affirmation lapidaire dans un commentaire sur internet, y a quand même que ça de vrai pour lancer un bon vieux débat des familles. L’allusion aux Beatles est du même acabit. Sérieusement ne pas considérer les compositions des Beatles comme quelque chose d’intelligent, c’est pas un peu pousser le bouchon un peu loin?

    maintenant je vais m’asseoir sur ce caillou là au bord de la route, et j’attends le point Godwin arriver, allez-y, continuez, je vous en prie

  8. ???

    Bizarre tout cela.

    Bien sûre que l’on aime la pop. Mais la pop, cela ne veut pas dire avoir une couverture médiatique à faire pâlir Jésus Christ ; non?!

  9. c’est horrible bester de faire le point godwin aussi tôt.
    Mais sinon, pour moi aussi c’est de la soupe. Ce qui est triste, ils m’avaient sauvé une soirée quand ils étaient en première partie des shins y’a des années. Un bon groupe avant un groupe pas communicatif du tout du tout.

    12 bordel

  10. Oh Vampire Weekend c’est comme un Tuc, ça fait de mal à personne. Je trouve d’ailleurs suspect qu’on se donne tant de mal pour chier sur un tuc.
    Qu’on aille pas me dire que c’est de la subjectivité, j’apelle ça de la scatologie.

    Unissons nos anus et éclaboussons le monde !
    Bien joué Gonzai !

  11. je vois pas le rapport entre la couverture médiatique et la notion de pop en fait

    et ce concert des vampire weekend avant les shins étaient très bien oui

    Moi perso je trouve que c’est plutôt Hitler qui est comme un tuc, c’est pas sympa de s’attaquer à lui comme ça

    (cette comparaison avec un Tuc est quand même la meilleure comparaison faite depuis un bon moment)

  12. Ils aiment Thierry Ardisson et croire qu’ils ont un petit style subversif.
    Les wiggers du rock, en somme. Pseudo-dandys couillus, ce genre…
    Même pas la force de chier sur ce webzine tellement il est bas de gamme, tellement ses rédacteurs se regardent le nombril, tellement ils écrivent tous comme bites ramollis en mal de distinction.
    Je me demande même pourquoi je prends le temps de le lire de temps à autre. Une excessive confiance en l’être humain et en sa capacité au changement, sûrement.
    Bien mal m’en prend.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.