Une bande de Néo-zélandais à écouter avec un tuba dans les oreilles déboule pour chanter l’amour des dauphins. Rock from bottom et psyché percé : va t’acheter une bouée.

Jean-Marc se Barr, il en a marre, tout le monde déconne dans la console, de son. Et fait glou glou au goulot, l’eau y en a partout, de-ci de l’eau delà, partout. Syd s’est Barré, le grand bleu avec une chaussure noire nage profond, fond d’la psicine, « Aqua Serge ! », gueule le producteur, les fils baignent dans la flotte et tout flotte. Le brouillon prend l’bouillon, le son par le bon bout, écouteurs amphibies, sur ma hi-fi stéréo. C’est chouette vu d’en bas, c’est beau vu d’en haut : ai bu ce truc par tasses, Unicorn in uniform, classe et pas strass, perché tout au fond du studio.

Attention, aquaplanning

Chronique désyncro d’allumés rigolos aussi bankables qu’un cornet de glace sur la banquise, pour qu’on s’amuse, muses et sirènes. Quelque chose comme : surfe dans ta baignoire, fume ton peignoir, cadavres swinguant dans le placard. Quelque chose comme : Robert Wyatt sur ses deux jambes, le vide qui s’enjambe, le reste du monde comme des jambons. Quelque chose comme : palmes et réverb’, le calme et des tonnes d’herbe, pour qu’on Faking Jazz Together, sommet glou glou qu’on n’atteint qu’en semelles de plomb, l’oxygène de la bouteille réglé sur « à fond ».

Y a un hymne de piscine, Please turn me into the snat, pour faire chanter le maître-nageur. Quatre morceaux live en bonus, pour surfer à Honolulu, deux ou trois perles pour faire pleurer sa belle (Megumi the mickyway above, Sneaky dog). Y a à boire (la tasse, eh oui, encore une fois) et à se manger une grosse claque. Avec un nom pareil, ça n’est pas très sérieux. Mais cette fois, une chose est certaine : les ovnis volent aussi sous l’eau.

Connan Mockasin // Forever Dolphin Love // Because
http://www.myspace.com/connanmockasin

6 commentaires

  1. Y’a du Jimmy, du Gainsbourg, du flanger, du velours, de la seiche, de la mèche, du rebours, de l’intrus, de la retenue, de l’humour farfelu mais pardonnez ce mec a juste fait Erasmus à San Francisco et s’est pris pour l’Al Capone du Grand Sud. La Nouvelle-Zélande a cette vertu d’être nouvelle. A défaut, j’écouterai White Elephant Snow. Eux au moins ils ont inventé Record Makers en Australie : http://www.myspace.com/whiteelephantsnow.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.